7 décembre 1942

7 décembre 1942


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

7 décembre 1942

Décembre 1942

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
> janvier

Europe occupée

Les Royal Marine Commandos commencent leur fameuse pénétration de la Gironde (les Cockleshell Heroes).

Nouvelle Guinée

De violents combats à Buna



Pearl Harbor bombardé

À 7 h 55, heure d'Hawaï, un bombardier en piqué japonais portant le symbole rouge du soleil levant du Japon sur ses ailes apparaît des nuages ​​au-dessus de l'île d'Oahu. Un essaim de 360 ​​avions de guerre japonais a suivi, descendant sur la base navale américaine de Pearl Harbor dans un assaut féroce. L'attaque surprise a porté un coup critique à la flotte américaine du Pacifique et a entraîné irrévocablement les États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale.

Avec la rupture des négociations diplomatiques avec le Japon, le président Franklin D. Roosevelt et ses conseillers savaient qu'une attaque japonaise imminente était probable, mais rien n'avait été fait pour accroître la sécurité de l'importante base navale de Pearl Harbor. C'était dimanche matin, et de nombreux militaires avaient reçu des laissez-passer pour assister à des services religieux à l'extérieur de la base. À 7 h 02, deux opérateurs radar ont repéré de grands groupes d'avions en vol vers l'île depuis le nord, mais, avec un vol de B-17 attendu des États-Unis à l'époque, on leur a dit de ne sonner aucune alarme. Ainsi, l'assaut aérien japonais a été une surprise dévastatrice pour la base navale.

Une grande partie de la flotte du Pacifique a été rendue inutile : cinq des huit cuirassés, trois destroyers et sept autres navires ont été coulés ou gravement endommagés, et plus de 200 avions ont été détruits. Au total, 2 400 Américains ont été tués et 1 200 ont été blessés, beaucoup en tentant vaillamment de repousser l'attaque. Les pertes du Japon étaient d'environ 30 avions, cinq sous-marins miniatures et moins de 100 hommes. Heureusement pour les États-Unis, les trois porte-avions de la flotte du Pacifique étaient en mer pour des manœuvres d'entraînement. Ces porte-avions géants auraient leur revanche contre le Japon six mois plus tard lors de la bataille de Midway, renversant la tendance contre la marine japonaise auparavant invincible dans une victoire spectaculaire.

Le lendemain du bombardement de Pearl Harbor, le président Roosevelt a comparu devant une session conjointe du Congrès et a déclaré, &# x201CYesterday, 7 décembre 1941&# x2013une date qui vivra dans l'infamie&# x2013les États-Unis d'Amérique ont été soudainement et délibérément attaqués par la marine et les forces aériennes de l'Empire du Japon.&# x201D Après un discours bref et énergique, il a demandé au Congrès d'approuver une résolution reconnaissant l'état de guerre entre les États-Unis et le Japon. Le Sénat a voté pour la guerre contre le Japon par 82 voix contre 0, et la Chambre des représentants a approuvé la résolution par 388 voix contre 1. La seule dissidente était la représentante Jeannette Rankin du Montana, une fervente pacifiste qui avait également exprimé une voix dissidente contre le Entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale. Trois jours plus tard, l'Allemagne et l'Italie ont déclaré la guerre aux États-Unis, et le gouvernement américain a répondu en nature.

La contribution américaine au succès de l'effort de guerre des Alliés a duré quatre longues années et a coûté plus de 400 000 vies américaines.


Les anniversaires dans l'histoire

Anniversaires 1 - 100 de 281

    Gennadi Vassilyevich Sarafanov, URSS, cosmonaute (Soyouz 15) Martin Frost, (Rep-D-TX, 1971- ) Alassane Ouattara, ancien Premier Ministre de Côte d'Ivoire Hugh Shelton, 15e Président du Joint Chiefs of Staff John Marsden, avocat australien, activiste gay (décédé en 2006) Jaber Al-Mubarak Al-Hamad Al-Sabah, Premier ministre du Koweït (2011-présent), né à Koweït City, Koweït Terenci Moix, écrivain espagnol, né à Barcelone, Espagne (décédé en 2003)

Stephen Hawking

8 janvier Stephen Hawking, physicien anglais (Black Holes & Baby Universes), né à Oxford, Angleterre (d. 2018)

    Vyacheslav Dmitriyevich Zudov, cosmonaute soviétique (Soyouz 23), né à Bor, Russie Junichiro Koizumi, homme politique japonais (Premier ministre, 2001-06), né à Yokosuka, Japon Lee Kun-hee, magnat des affaires coréen et président du groupe Samsung, né dans le comté d'Uiryeong, Corée du Sud Aleksandr Yakovlevich Petrushenko, cosmonaute russe Vladimir Sergeyevich Kozelsky, cosmonaute russe (sauvegarde Soyouz 24), né à Aleksandrovskoye Stavropol kray, Union soviétique Bernardine Dohrn, ancien chef du Weather Underground, né à Milwaukee, Wisconsin Michael Mayor, Astrophysicien suisse (1ère exoplanète découverte), prix Nobel de physique 2019, né à Lausanne, Suisse Amihand Rajbansi, homme politique sud-africain, né à Durban, Afrique du Sud (d. 2011) Carol Bellamy, femme politique américaine (City Council Pres-D- 1978 -85), né à NYC, New York Tony P. Hall, homme politique américain (Rep-D-OH, 1979- ), né à Dayton, Ohio James "Jimmy" Grashow, sculpteur et graveur américain, né à Brooklyn, Ne w York Ita Buttrose, journaliste et femme d'affaires australienne, née à Potts Point, Australie Ivan Ivanovich Bachurin, cosmonaute soviétique, né dans l'oblast de Kharkov, RSS d'Ukraine Willy Bogner Jr., créateur de mode et cinéaste allemand (Au service secret de Sa Majesté), né à Munich, Allemagne Jens Nygaard Knudsen, concepteur danois de Lego de la figurine, né au Danemark (d. 2020) Nigel Walmsley, président (Carlton UK Television) William McLennan, PDG (Central Statistical Office) Tasuku Honjo, immunologiste japonais (Prix Nobel de médecine 2018), né à Kyoto, Japon Arnaldo Tamayo-Méndez, cosmonaute cubain, premier latino-américain dans l'espace (Soyouz 38, 1980), né à Baracoa, Guantánamo, Cuba FR Hartley, vice-chancelier (Université de Cranfield) Richard Needham, député britannique Satya Paul, créateur de mode et entrepreneur indien qui a inventé le sari moderne, né à Layyah, Punjab , Inde britannique (décédée en 2021) [1] Susan Hill, dramaturge anglaise (Magic Apple Tree) Sarah Brady, militante américaine pour le contrôle des armes à feu, née à Kirksville, Missouri James Loewen, sociologue et historien américain, né à Decatur, Illinois Ton de Kok, homme politique néerlandais (CDA) Michael Bishop, PDG britannique (British Midland Airways), né à Bowdon, Cheshire Archie Andrews, personnage de bande dessinée (Archie) Chananjit Vohra, magnat de l'hôtel kenyan/britannique/multimillionnaire Ehud Barak, Premier ministre de Israël Donal d E. Williams, officier de marine américain et astronaute de la NASA (STS 51D, STS 34), né à Lafayette, Indiana (d. 2016) Margaret Wright, commissaire en chef (Guide Association) Michael Bloomberg, philanthrope, homme politique américain et PDG de Bloomberg L.P., né à Boston, Massachusetts

Kim Jong Il

16 févr. Kim Jong-il, chef suprême de la Corée du Nord (1994-2011), né à Vyatskoye, Union soviétique [lieu et date de naissance contestés, 1941] (décédé en 2011)

    Huey P. Newton, activiste afro-américain, révolutionnaire et co-fondateur du Black Panther Party, né à Monroe, Louisiane (d. 1989) Ken Kramer [Kenneth Bentley Kramer], ancien membre républicain américain de la Chambre des représentants, né à Chicago, Illinois Claude Miller, réalisateur (Garde a Vue, Little Thief, Wild Child), (d. 2012) David O'Dowd, Chief Constable (Northamptonshire)

Mitch McConnell

20 février Mitch McConnell, homme politique américain (Sénateur-R-KY, 1985-, et chef de la majorité au Sénat 2015- ), né à Sheffield, Alabama

    Peter Leonard, journaliste et présentateur australien, né à Yass, Nouvelle-Galles du Sud (d. 2008) Beau Boulter, (Rep-R-TX, 1985- ) John Lewis, Head Master (Eton College) Joop van den Ende, producteur de théâtre néerlandais , né à Amsterdam, Pays-Bas David K ​​Williamson, scénariste/dramaturge australien (Removalists) Joe Lieberman, (Sen-D Connecticut) Stuart Henry, disc-jockey britannique Adriaan van Dis, auteur néerlandais (Nathan Sid, In Africa), né à Bergen aan Zee, Pays-Bas Charlayne Hunter-Gault, journaliste américain & correspondant à l'étranger (McNeil-Lehrer), né à Due West, Caroline du Sud Robert H. Grubbs, chimiste américain & lauréat du prix Nobel, né dans le comté de Marshall, Kentucky Richard Bowman Myers, président de le Joint Chiefs of Staff John Irving, nouvelliste américain (Le monde selon Garp The Cider House Rules), né à Exeter, New Hampshire Kwang Jo Choi, le fondateur de Choi Kwangdo et est l'un des douze maîtres originaux du Taekwon-Do. Vladimir Vasilyevich Kovolyonok, USR, cosmonaute (Soyouz 25, 29/31, T-4) Charles C. Krulak, 31e Commandant de l'US Marine Corps Michael "Mike" Resnick, auteur américain de science-fiction (Sideshow Eros Ascending), né à Chicago, Illinois Felipe González, Premier ministre espagnol, 1982-96, né à Séville Paul Preuss, auteur américain de science-fiction (Medusa Encounter, Starfire) Tommy F. Robinson, homme politique américain (Rep-D-AR, 1985-91), né à Little Rock, Arkansas Charles R. Boutin, homme politique américain (Maryland), né à Troy, New York

Ratko Mladić

12 mars Ratko Mladić, général des Serbes de Bosnie pendant la guerre de Bosnie (reconnu coupable de crimes de guerre en 2017), né à Božanovići, Croatie

    Dave Cutler, ingénieur logiciel américain, né à Lansing, Michigan John Whittaker, promoteur immobilier anglais (Peel Holdings) James Soong, homme politique taïwanais

John Wayne Gacy

17 mars John Wayne Gacy, tueur en série américain qui a tué 33 jeunes hommes, né à Chicago, Illinois (décédé en 1994)

    Sidney K Barthelmy, homme politique américain (?) David Minge, (Rep-D-Minnesota) Ali Abdullah Saleh, homme politique yéménite et 1er président du Yémen (1990-2012), né à Bait el-Ahmar, Royaume du Yémen (d. 2017 ) Dick Pound, président canadien de l'Agence mondiale antidopage Walter Rodney, historien et homme politique guyanais (décédé en 1980) Erica Jong [Mann], auteur américain (Fear of Flying), né à NYC, New York Raymond J. McGrath , Chambre des représentants américaine de New York, né à Valley Stream, New York Sir John E. Sulston, biologiste moléculaire britannique, co-récipiendaire du prix Nobel 2002 de physiologie ou médecine (séquençage du génome des vers ronds), né à Fulmer, Buckinghamshire (d . 2018) Michael Jackson, écrivain et journaliste britannique, né à Wetherby, Yorkshire (d. 2007) Neil Kinnock, chef de l'opposition britannique (Parti travailliste), né à Tredegar, Pays de Galles Daniel Dennett, philosophe américain, né à Boston, Massachusetts Conrad Schumann, garde-frontière est-allemand, né à Zschochau, Saxe, Allemagne nazie (ré. 1998) Larry Pressler, homme politique américain, sénateur américain du Dakota du Sud, né à Humboldt, Dakota du Sud George Esson, Chief Constable (Dumfries & Galloway) Michael Savage [Michael A Wiener], animateur de radio et commentateur américain, né dans le Bronx , New York Ulla Hoffmann, homme politique suédois Samuel R. Delany Jr, auteur américain de science-fiction (Towers of Toron Neveryona), né à Harlem, New York Graham Bright, homme politique britannique secrétaire privé du Premier ministre britannique John Major, né à Horndon-on -the-Hill, Essex, Angleterre Hiroyuki Sakai, chef japonais spécialisé dans la cuisine française (Iron Chef), né à Izumi, Kagoshima, Japon Kitty Kelley, journaliste et auteure américaine (Unauthorized Biography of Frank Sinatra), née à Spokane, Washington Douglas Trumbull, réalisateur américain (Silent Running, Brainstorm), né à Los Angeles, Californie Eduard Visser, écrivain néerlandais (Fyffes s'appelle maintenant Chiquita) Earl Hilliard, homme politique américain (Rep-D-Alabama), né à Birmingham, Alabama Ni ck Auf der Maur, journaliste et homme politique canadien, né à Montréal, Québec (d. 1998) Anatoly Nikolayevich Berezovoi, cosmonaute soviétique (Soyouz T-5), né à Enem, Russie (décédé en 2014)

Jacob Zuma

12 avril Jacob Zuma, homme politique sud-africain, président de l'Afrique du Sud (2009-18), né à Nkandla, Afrique du Sud

    Ataol Behramoğlu, poète et écrivain turc, né à Çatalca, Province d'Istanbul, Turquie Valentin Vitaliyevich Lebedev, cosmonaute (Soyouz 13, 35, T-5)
  • Précédent
  • 1

L'attaque japonaise sur Pearl Harbor, à Hawaï, le 7 décembre 1941, a stupéfié pratiquement tout le monde dans l'armée américaine. Les bombardiers japonais lancés par des porte-avions ont trouvé Pearl Harbor totalement non préparé. Le président Franklin Roosevelt s'est rapidement adressé au Congrès pour demander une déclaration de guerre, comme l'illustre cet extrait audio. Bien qu'il n'ait jamais mentionné l'Europe ou le fait que l'Allemagne n'avait pas encore déclaré la guerre aux États-Unis, l'attaque de Pearl Harbor lui a permis de commencer l'intervention plus large dans la guerre européenne qu'il souhaitait depuis longtemps.

Le président Franklin D. Roosevelt: Hier, le 7 décembre 1941, date qui restera dans l'infamie, les États-Unis d'Amérique ont été soudainement et délibérément attaqués par les forces navales et aériennes de l'Empire du Japon.

Les États-Unis étaient en paix avec cette nation et, à la sollicitation du Japon, étaient toujours en conversation avec son gouvernement et son empereur en vue du maintien de la paix dans le Pacifique. En effet, une heure après que les escadrons aériens japonais aient commencé à bombarder l'île américaine d'Oahu, l'ambassadeur du Japon aux États-Unis et son collègue ont remis à notre secrétaire d'État une réponse formelle à un récent message américain. Alors que cette réponse déclarait qu'il semblait inutile de poursuivre les négociations diplomatiques existantes, elle ne contenait aucune menace ou allusion à une guerre ou à une attaque armée.

Il sera enregistré que la distance entre Hawaï et le Japon montre clairement que l'attaque a été délibérément planifiée il y a plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Dans l'intervalle, le gouvernement japonais a délibérément cherché à tromper les États-Unis par de fausses déclarations et des expressions d'espoir pour le maintien de la paix.

L'attaque d'hier sur les îles hawaïennes a causé de graves dommages aux forces navales et militaires américaines. J'ai le regret de vous dire que de très nombreuses vies américaines ont été perdues. En outre, des navires américains auraient été torpillés en haute mer entre San Francisco et Honolulu.

Hier, le gouvernement japonais a également lancé une attaque contre la Malaisie.

La nuit dernière, les forces japonaises ont attaqué Hong Kong.

La nuit dernière, les forces japonaises ont attaqué Guam.

La nuit dernière, les forces japonaises ont attaqué les îles Philippines.

La nuit dernière, les forces japonaises ont attaqué l'île de Wake.

Et ce matin, les Japonais ont attaqué l'île de Midway.

Le Japon a donc lancé une offensive surprise s'étendant sur toute la zone du Pacifique. Les faits d'hier et d'aujourd'hui parlent d'eux-mêmes. Le peuple des États-Unis a déjà formé ses opinions et comprend bien les implications pour la vie et la sécurité mêmes de notre nation.

En tant que commandant en chef de l'armée et de la marine, j'ai ordonné que toutes les mesures soient prises pour notre défense. Mais toute notre nation se souviendra toujours du caractère de l'attaque contre nous. . .

Source : avec l'aimable autorisation de la bibliothèque Franklin D. Roosevelt, Hyde Park, New York.


7 décembre 1942 - Histoire

"Ayant commencé sa recherche de Reed en 1986, Nadelson et un collaborateur
a finalement produit un documentaire sur lui pour la BBC. Dans la sauvagerie
méandre " Camarade Rockstar ", publié pour la première fois en Angleterre il y a 15 ans, elle
a parfois du mal à se souvenir de ce qu'elle a écrit une page ou même un
il y a un paragraphe, et le livre est plein d'erreurs époustouflantes : le sénateur Joseph
McCarthy n'a pas siégé au comité de la Chambre sur les activités anti-américaines
"Le général Jimmy Walker" n'a pas fondé la John Birch Society et *Pearl
Le port n'a pas été bombardé le 7 décembre 1942.*" [soulignement ajouté--DT]
http://www.nytimes.com/2006/07/09/books/review/09mall.html

Peut-être que cette dernière erreur, contrairement aux autres erreurs, n'était qu'une faute de frappe. Mais ça m'a conduit
penser : pouvez-vous imaginer un scénario - de préférence un scénario dans lequel l'Union européenne
la guerre commence comme prévu en septembre 1939 - au cours de laquelle la guerre du Pacifique ne
commencer avec le bombardement de Pearl Harbor par le Japon le 7 décembre 1942 ? j'ai fait un
postez une fois sur Hull présentant son modus vivendi de trois mois
http://groups.google.com/group/soc.history.what-if/msg/cf6bd16671c8adc1 et
comme l'a souligné Rich Rostrum, retarder la crise de trois mois aurait
effets significatifs
http://groups.google.com/group/soc.history.what-if/msg/eb1423ba4e59d8d6 mais
quelqu'un peut-il voir un scénario plausible où la crise est en fait retardée par
exactement un an.

Il faudrait probablement s'appuyer sur un changement dans la politique et la décision des États-Unis
faire - retarder ou modifier l'embargo qui a déclenché les Japonais
attaque d'environ un an.

Mais je ne connais tout simplement pas assez les tenants et aboutissants de la politique américaine,
la politique et les processus de prise de décision pour avoir une idée de quoi exactement.

Je ne pense pas que cela dépasse le domaine du possible, cependant. mais
se tenir prêt à être corrigé et jeté sur (et espérer apprendre
quelque chose en tout cas !)


Patron Stooges Attack Payer les heures supplémentaires !

De Action syndicale, Vol. 6 n° 49, 7 décembre 1942, pp.ف &ق.
Transcrit & balisé par Einde O’ Callaghan pour le Encyclopédie du trotskisme en ligne (ETOL).

Sans aucun camouflage, l'attaque postélectorale contre la semaine de quarante heures est en réalité une attaque meurtrière contre les salaires.

Les travailleurs y consacrent en fait beaucoup plus d'heures que quarante. En fait, ils travaillent trop longtemps et se fatiguent trop, comme en témoignent les 11 000 accidents industriels QUOTIDIENS.

Ce qui dérange les patrons et les promoteurs politiques des profits patronaux, c'est que les travailleurs sont payés à temps et demi pour le travail au-delà des quarante heures.

Tous les discours sur une semaine de quarante-huit heures sont autant de poussière dans les yeux « jetée par les pires ennemis du travail ». Ce qu'ils visent, c'est de retirer aux travailleurs qui risquent quotidiennement leur vie et leur corps quelques dollars - les quelques dollars que les travailleurs gagnent maintenant à temps et demi.

Combien gagnent les travailleurs de toute façon ? Avec cette généreuse rémunération des heures supplémentaires, roulent-ils dans la richesse ? Une bonne question – à laquelle il y a une réponse très factuelle !

Oui, il y a un boom de guerre. Oui, les travailleurs sont payés au temps et à la balle sur quarante heures. MAIS AVEC TOUTE CETTE PROSPÉRITÉ, 16 000 000 DE TRAVAILLEURS AUX ÉTATS-UNIS GAGNENT MOINS DE 16 $ PAR SEMAINE !

Ces chiffres sont pour juillet 1942, publiés par le secrétaire au Travail Perkins. Et ces chiffres signifient qu'au plus fort du boom de la guerre, un tiers de la force de travail du pays reçoit des salaires d'antan. C'est le capitalisme pour vous !

D'accord. Montons sur l'échelle. Voyons comment les travailleurs les plus aisés s'embrassent

Le salaire moyen dans toutes les industries manufacturières a atteint 37,88 $ par semaine en septembre. Sur ce petit montant doit être payé la longue liste d'articles suivante : nourriture, vêtements, loyer, divertissement, éducation ameublement et mobilier de maison médecins, dentistes, dettes d'hôpitaux et impôts sur le revenu des assurances, impôts sur la victoire, obligations de guerre, hausse des prix et taxes à la consommation. Quelque chose a peut-être été omis ? Eh bien, gardez la monnaie.

Le secrétaire au Travail Perkins décompose obligeamment ce chiffre et révèle que le salaire moyen dans la fabrication de biens non durables n'est que de 29,71 $ et non de 37,88 $. Avec une femme et des enfants et la liste de nécessités ci-dessus, ces travailleurs ne peuvent pas être exactement riches.

De nos jours, les biens non durables signifient principalement la production civile. Voyons donc comment les autres ouvriers, les ouvriers de guerre privilégiés, se vautrent dans le luxe.

Elsa Maxwell – cette chroniqueuse qui ne sait de rien sauf comment jaillir – a récemment écrit dans le soi-disant pro-travail Poste de New York le fabuleux mensonge suivant sur les salaires : “Les travailleurs expérimentés sont en moyenne de 100 $ à 200 $ par semaine.” Ainsi Elsa Maxwell, l'experte des lancers de fêtes de la haute société.

Cependant, le secrétaire Perkins a des responsabilités statistiques qui exigent un certain respect de la vérité. Elle nous assure que dans la production de biens durables - qui de nos jours est principalement la production de guerre - le salaire hebdomadaire moyen en septembre était de 44,47 $.

Revenez en arrière et regardez la liste des nécessités que 44,47 $ doivent couvrir ! Bien sûr, avec 44,47 $, un travailleur peut faire un peu mieux qu'avec 29,71 $. Il peut faire beaucoup mieux qu'avec 16 $ –, ce qui est presque rien du tout. Mais il n'aura pas beaucoup d'argent à cacher sous le matelas. S'il peut s'en sortir sans recourir aux usuriers, il sera un très bon gestionnaire financier.

Les détracteurs du travail au Congrès sont payés 200 $ par semaine sur les fonds publics. Presque tous ont d'autres sources de revenus, honnêtes ou autres. Ils reçoivent des frais d'un genre et d'un autre. Ils obtiennent des retours sur investissements. Où descendent-ils pour attaquer la somme dérisoire des heures supplémentaires de la main-d'œuvre ? Et qu'en est-il des grands garçons industriels qui sont les pouvoirs derrière le trône du Congrès ? Il y a Tom Girdler de Republic Steel qui a empoché seul 275 000 $ en salaire en 1941 et Ferguson de Newport News Shipbuilding a reçu 127 000 $ – et Love of Burlington Mills récompensé par un salaire de 179 652 $ – et Grace of Bethlehem “gain& #8221 un salaire de 537 734 $ – pour en prendre quelques-uns au hasard.

Où ces sangsues engraissées, suçant leurs bénéfices du labeur du travail, s'attaquent-elles aux heures supplémentaires des ouvriers !

Évidemment, les patrons et leurs politiciens croient que l'ouvrier et sa famille sont des êtres de chair inférieure. Ils se considèrent comme la « classe aryenne de la société américaine » avec les ouvriers créés comme leurs esclaves éternels !

La semaine dernière, il y a eu une accalmie inquiétante dans la guerre que ces ennemis du travail mènent contre la semaine de quarante heures et contre les heures supplémentaires payées par les travailleurs. Sans aucun doute, des préparatifs sont en cours pour la prochaine rencontre.

Les syndicats se préparent-ils aussi à une contre-offensive ? C'est ce qu'il doit faire !


Résolution sur Jim Crow Bon, mais manque de dents

De Action syndicale, Vol. 6 n° 49, 7 décembre 1942, p.ك.
Transcrit & balisé par Einde O’ Callaghan pour le Encyclopédie du trotskisme en ligne (ETOL).

A côté de Roosevelt et des différents intervenants gouvernementaux, ce sont bien les staliniens qui ont occupé le centre de la scène lors de la récente convention du CIO à Boston. Ce n'était pas dû à un plan défini des staliniens eux-mêmes, mais à la fortune de la guerre et du procureur général Biddle. Les projecteurs étaient braqués sur Curran et Bridges, et dans une moindre mesure sur les staliniens des syndicats de « cols blancs ».

Curran s'est fait connaître parce qu'il est à la tête de l'Union maritime nationale. Deux mille membres de cette union ont été perdus en mer depuis que les États-Unis sont entrés en guerre. Trois cents d'entre eux étaient des marins noirs. Il était bien entendu tout à fait approprié et approprié que le CIO, et tout le mouvement ouvrier d'ailleurs, commémorent le sacrifice que ces travailleurs ont fait. Aucune des choses que nous avons à dire sur le stalinisme ne s'adresse à ces hommes ou à leurs camarades parmi les vivants sur terre et sur mer qui ont été pris dans les filets de la Seconde Guerre mondiale impérialiste.
 

NMU obtient une plaque

Une plaque commémorative a été présentée à la NMU par Murray du CIO. Il y avait aussi un « Mémorial aux membres du CIO de la marine marchande qui sont morts au service de notre nation. » En présentant la plaque à Curran, Murray a prononcé le discours de présentation, dans lequel il a loué l'héroïsme des hommes. qui dirigent les navires transportant des fournitures de guerre sur toute la terre. "Ce sont les garçons", a déclaré Murray, "qui donnent de leur vie, de leur sang et de leurs membres pour aider l'Amérique et ses alliés à gagner cette guerre."

S'il est vrai que ces "garçons" ont donné leur vie, il n'y avait rien dans la résolution ou dans le discours de Murray pour indiquer qu'il n'y a aucun doute dans l'esprit de quiconque que cette guerre ne soit pas exactement le genre de guerre qu'on prétend être. Alors que beaucoup de choses ont été dites sur la convention, même par un partisan de la guerre comme le sénateur Pepper, pour semer le doute même dans l'esprit des plus obtus ou des plus enthousiastes, la résolution et le discours de Murray étaient complètement muets sur la question de savoir si ou ce n'est pas vraiment une guerre pour la démocratie.

Pepper semblait être un peu dérangé. En commentant la déclaration de Churchill selon laquelle il n'était pas devenu Premier ministre pour assister aux funérailles de l'Empire britannique, il a déclaré : “. Si nous ne sommes pas sincères lorsque nous disons que nous nous battons pour la démocratie, nous nous préparons à trahir une autre génération. » La génération qui a combattu et est morte pendant la Première Guerre mondiale a-t-elle été trahie ? Si oui, quelle garantie ont les hommes qui combattent dans celui-ci que leur génération n'est pas trahie ? Les travailleurs du monde doivent répondre par EUX-MÊMES à cette question.

Au cours du discours de présentation de Murray, remettant la plaque à Curran, il a déclaré : « C'est ce que je pense personnellement de vous, c'est ce que le CIO pense de vous et de votre syndicat. » C'était en quelque sorte de remarque étrange et ne signifie bien sûr pas que Murray a changé d'avis sur le "communisme". C'est plutôt que dans leur voyage autour du cercle, les staliniens ont rencontré Murray dans un soutien total à la guerre impérialiste et se sont retrouvés dans son étreinte. Ce n'était peut-être pas un hasard, cependant, que la déclaration citée ci-dessus de Murray à Curran n'ait pas trouvé sa place dans les actes imprimés de la convention.
 

Les ponts sont à l'honneur

Harry Bridges s'est également retrouvé sous les projecteurs lors de la convention. Il a fait l'objet d'éloges élogieux et d'une approbation moralisatrice de la part de Murray et des autres grands noms, dont David MacDonald. Cet éloge a-t-il été accordé à Bridges parce qu'il était À UNE FOIS un dirigeant syndical militant qui a mené quelques grèves de masse militantes ? Rien de la sorte. La direction du CIO exigeait que le mandat d'expulsion contre Bridges soit levé et qu'il devienne citoyen parce que, ET SEULEMENT PARCE QUE, il soutient la guerre. Son dossier de travail n'a pas été mentionné, ni même laissé entendre que son expulsion pourrait avoir été décrétée en raison de son activité militante PASSÉE.

« Il n'a pas été démontré à la satisfaction des travailleurs et de nombreux citoyens avec lesquels Harry Bridges a déjà été affilié ou membre d'une organisation ou d'un groupe subversif ayant pour objectif de renverser le gouvernement des États-Unis. Harry Bridges a apporté un soutien loyal au gouvernement des États-Unis à l'appui de cette guerre. L'Australie souhaiterait le retour d'Harry Bridges. Ils croient qu'il les aiderait à gagner la guerre.”

Que pensait Murray de Bridges il y a deux ans ? Quelle serait son attitude vis-à-vis de Bridges s'il avait soutenu une résolution dans son international contre l'accord Roosevelt-Murray de « no-grève » imposé au CIO ? Selon Murray, quelle serait l'attitude de l'Australie envers Bridges s'il redevenait un leader syndical militant pendant ou après la guerre ?

MacDonald a dit que la façon dont il l'a regardé est que “M. Bridges est encore aujourd'hui un bon citoyen américain décent. » Bittner a estimé que « l'affaire Bridges est un acte d'accusation contre le gouvernement des États-Unis. » Bien sûr, Bittner n'a pas dit à la convention exactement ce qu'était l'acte d'accusation. C'était vrai pour tous. Ils sont pour Bridges maintenant parce ET SEULEMENT PARCE QUE, il est un partisan de la guerre impérialiste.

Ils ont le pressentiment, bien sûr, que tout n'est pas tout à fait normal avec la procédure d'expulsion de Bridges. Ils savent que l'affaire s'est produite à l'époque où les staliniens ne soutenaient pas les Nations Unies pendant la guerre. Ils savent aussi que les patrons craignaient que Bridges ne déclenche une autre grève et, pour cette raison, voulaient l'expulser du pays. Mais ils ne mentionnent pas cela. Cela pourrait interférer avec l'effort de guerre. Ils ne se préoccupent pas maintenant de savoir si Bridges est ou non un stalinien. Ils garderont cela en réserve jusqu'à la fin de la guerre.
 

Discussion sur la discrimination raciale

L'une des discussions les plus intéressantes de la convention portait sur la question du Noir et du CIO. Il y avait une résolution sur la « discrimination » qui disait en partie que « nous, les démocraties, combattons le fascisme chez nous et à l'étranger en rassemblant toutes les races, toutes les religions et tous les peuples en un corps uni de guerriers pour la démocratie. Toute pratique discriminatoire au sein de nos rangs, contre les Noirs ou d'autres groupes, aide directement l'ennemi en créant la division, la dissension et la confusion. La résolution résout que le CIO réitère maintenant sa ferme opposition à toute forme de discrimination raciale ou religieuse et renouvelle son engagement à poursuivre le combat pour la protection en droit et en fait des droits de chaque groupe racial et religieux à participer pleinement à notre vie sociale, politique et industrielle.”

Il y a eu des objections à cette résolution. La réclamation a été faite, notamment par certains des délégués noirs, qu'il n'était pas assez fort. Yancy, des employés des services de transport, a déclaré que

« nous convenons que la réitération est nécessaire, mais en même temps nous pensons que nous devons sortir des platitudes et sortir du cadre des mots cette réitération de nos politiques et la mettre en action réelle et pratique. » Nous pensons que cette résolution devrait être réengagée et qu'elle devrait être renforcée par des faits supplémentaires, tels que ceux présentés dans la résolution du Conseil exécutif telle qu'elle a été soumise et acceptée.

La résolution a été discutée par Murray, Brophy, Bittner et de nombreux délégués de la salle. Townsend, président des employés des services de transport et membre du conseil exécutif du CIO, a déclaré à la convention que

« Il incombe à chacun d'entre vous de reconnaître la gravité de ce problème. Nous allons négliger l'utilisation de cette main-d'œuvre (Nègre) et si vous-mêmes pensez plus à vos préjugés qu'à votre liberté vous perdrez cette liberté. Je vous préviens qu'à moins que ceux d'entre vous qui composent le Congrès des organisations industrielles ne fassent plus que s'exprimer du bout des lèvres sur cette question brûlante, il se passera quelque chose qui nous fera tous regretter.

Walter Reuther a parlé de la résolution à l'effet que la résolution et les faits donnés dans les remarques de Murray devraient atteindre les gens dans les usines, car

À moins qu'ils ne comprennent les choses dont nous parlons dans ces résolutions, ils resteront des résolutions pieuses et ronflantes. Je pense qu'il est du devoir de chaque délégué ici présent de retourner dans ses organisations respectives et de veiller à ce qu'ils s'engagent dans la lutte contre la discrimination raciale, et non comme une considération secondaire . mais cette lutte contre la discrimination raciale doit être mise en tête de liste avec la sécurité syndicale et d'autres revendications syndicales.”

Il était clair que ce problème de discrimination contre les Noirs dans les syndicats et dans les usines commençait à inquiéter la direction ainsi que leurs inquiétudes concernant le Congrès, la WLB et d'autres agences gouvernementales. La discrimination contre le Noir commençait à gêner la poursuite de la guerre. Leur attitude est que si l'on veut gagner le soutien des Noirs pour la guerre, alors la discrimination doit être éliminée ou au moins diminuée.

C'est la principale motivation aujourd'hui derrière leur préoccupation sur la discrimination raciale : la solidarité du travail, noir et blanc, est nécessaire pour gagner la guerre. Sur la question plus importante de la nécessité pour la solidarité du travail d'obtenir une plus grande sécurité, des concessions des patrons et une vie meilleure pour l'ensemble des travailleurs américains, ces dirigeants étaient étrangement silencieux.


Théâtre européen (7 décembre 1942)

Après que le Japon se soit retiré de son attaque contre l'Amérique, cela donne à l'Allemagne le temps de se préparer à l'éventuelle intervention de l'Amérique. En janvier/février, les Allemands font de grands projets pour de futures opérations militaires en Europe alors que les combats sont au point mort en raison du rude hiver russe. Ils font d'abord leurs plans pour leur nouvelle offensive estivale en Union soviétique, Case Blue.

Suite à cela, une décision est prise concernant la population juive et d'autres indésirables : l'extermination à grande échelle.

Au printemps, les Soviétiques lancent une offensive dans la zone de rassemblement de la 6e armée, mais celle-ci échoue finalement et les Allemands commencent leur offensive estivale qui avait pour objectif principal de prendre les champs de pétrole de la région du Caucase. Alors que les Allemands continuaient d'avancer vers Stalingrad, les Russes se préparaient à une bataille difficile. À la mi-novembre, les Soviétiques étaient encerclés à Stalingrad et une bataille acharnée de combats de rue à rue a commencé. Les Soviétiques ont commencé à lancer deux offensives, l'encerclement des troupes allemandes à Stalingrad dans l'opération Uranus et une près de Moscou, l'opération Mars. Les offensives n'ont pas aidé et lorsque les Soviétiques ont attendu trop longtemps, des renforts allemands sont arrivés de Moscou et une tentative de secours, l'opération Winter Storm a réussi à pénétrer dans la poche de Stalingrad et la ville est tombée fin décembre. Au Royaume-Uni, l'aide américaine est fortement fournie tandis que les Américains peuvent obtenir peu aux Soviétiques en raison des navires et des avions allemands en Norvège. A Washington, FDR doit maintenant trouver un moyen d'entrer en guerre et cela arrive le 7 décembre avec l'attaque japonaise, mais FDR sait qu'il faudra des mois pour une mobilisation complète de l'armée, de la marine et de l'aviation.

After Stalingrad falls, Allied morale is bad and within a few weeks into the new year, Leningrad falls to German forces with Operation Northern Lights and the Soviets begin to evacuate the Caucasus region and prepare for a massive counter-offensive to save Moscow and the whole of Russia. After winter ends the Soviets begin a massive offensive in early Spring but with much of the German army at the front-line the offensive fails and the Germans begin their summer offensive, Operation Light Blue.The offensive does little and a stalemate ensues from Leningrad to the Caspian Sea. Meanwhile in the west, after a quiet 1942, 1943 becomes a living hell. A second Battle of Britain ensues and much of the same tactics are used except there are far more Luftwaffe planes, withdrawn from the Eastern Front and including several Heinkel HE 280 Jet Fighters and much of the UK is surrounded by U-boats and battleships, cruisers and destroyers. The Royal Family is evacuated to Canada and some of the British Parliament consider making peace, most notably Halifax and his supporters. Churchill convinces them to keep fighting but resentment to the war rises. By September, the British have only a few airfields left as the Germans have so many planes attacking the small RAF (Royal Air Force) cannot bear the burden of the attack. On October 10, Britain's last airfield is destroyed and the Germans do not find out for three days. After an air reconnaissance flight air superiority is claimed and Hitler gives the go-head for "Operation Sealion" the invasion of Britain. The Germans begin preparation for the invasion and expect it to be able to take place by March 17 of next year. One problem arises though the Americans are supposedly finally mobilized and will try to send more aid and actual troops and planes to fight off the expected invasion.

As a new year comes by the Germans now have a two-front war now the Americans are mobilised and ready to fight. On February 10, the Nazis begin deporting Jews and the "Final Solution" but the Allies still don't really no what will happen to the Jews as their spies haven't been able to get close enough to the documents concerning the Jewish deportation. The Allies though have other things to worry about the expected invasion is not far off and final preparations must be made before it is to late. All the British know is that it is around spring and they suspect most likely in March but they don't know specifics. On March 12 the Germans test a new form of Fuel Air Explosive Bomb to see if it works. The test is on Moscow, carried by a prototype ME 264 Amerika Bomber and it works as the Kremlin burns. They now plan to use it on London and British troops/equipment. Meanwhile in Russia, the bomb kills many and Stalin decides to hold a meeting about what kind of course of action should be taken from this point on and he supplies a few choices: Keep fighting to the last man, surrender now, or try a massive counter-offensive and if it fails surrender. Five days after the FAE attack on Moscow, Germany invades the British Isles. The force consists of many elements: about 10,000 Waffen-SS troops from the Leibstandarte and Das Reich Divisions along with the 17th Infantry division and 6th Mountain division, about 7,000 paratroops from the first and second Fallschirmjager Divisions, and the navy shelling all the beaches being invaded, Luftwaffe planes dropping bombs and FAEs on London and British defenses, back-up fighter planes that will fight what is left of the Royal Air Force and they will also bomb random parts of southern-England, and tanks that will be carried behind British lines by ME 321 Gigant Gliders along with about 3,500 specialist Waffen-SS paratroops that will attack the British lines. At around 7:30am the British are defeated in their counterattacks at the first beachhead around Folkstone & Dover and what's left retreats to London. By noon on the same day, half of the beachheads have been secured as much of the British army retreats to London and other towns and cities. Attacks by FAEs damage much of London and the city is lit-a-blaze. By night time, the British are in full retreat as the first stage of the invasion is clearly a success for Germany. By late March, London is like Stalingrad and much of southwestern-England has been conquered and the Americans decide to begin talks with Eire to allow them to be a base for American troops and if Britain loses a base for refugees, citizens and soldiers alike, and a base for British resistance and airfields for the Royal Air Force. After two weeks get a response from Erie, a yes.

This a big political victory as now a decision must be made about what to do about the situation in London and the rest of Great Britain as the Germans are advancing rapidly. By the first week of April the government has fled to Canada. Churchill holds a meeting with the American and British commanders. Churchill says that since the Americans will have planes and troops fighting by the last week of April, he promises to keep fighting until then when if the tide doesn't change fast it may lead to a repeat of WW1 and gas may even be used for defensive purposes.

On the Eastern Front the Soviets begin their offensive and see improvements as more troops have been devoted by the Soviets to this attack, along with new Tanks like the T34-85, the Stalin II and the ISU 152, and the Germans are heavily occupied with the west. progress is made as Leningrad is Besieged, this time by the Soviets, and Moscow is freed from long Range Artillery Fire Germans are pushed back. When the Germans realize what is happening they decide to use FAE bombs tactically on Russian forces and an influx of troops come from occupied areas like Poland and Denmark to hold down the Russians. On April 25, the Russians are pushed back to almost pre-offensive lines and heavy bombing attacks begin to fall all across the front-line. By May 2, the Soviets have reportedly lost nearly one million soldiers/civilians since the bombing runs have been in effect. Stalin decides that at this rate he will never stop the Nazis and on May 7, the Soviets surrender to the Nazis and the war in the east is officially over.

By this time in England, the Germans have surrounded London and the Germans are beginning to invade Wales and Scotland. As for the American troops, they have arrived and are slowly filing into London but are used as replacements for British Troops. The American air force is quickly blooded, but suffers heavily at the hands of new German ME 262 Jets but it has slowed the invasion force. The news of Soviet surrender shocks the Allies as now the whole of Germany's Might will be set upon America and Britain. For the rest of the month, both sides hold inside meetings about what their next moves will be and the Germans will also work out the peace treaty with the Soviets. The new border between the two nations will be at the Ural Mountains to the Ural River to the Caspian Sea. The Soviets are angered but must accept or face even worse consequences. The Soviet Army will also be restricted to just 150,000 men and will be inspected every five years for the amount of soldiers so that they are not breaking the treaty. The Treaty of Smolensk is signed on May 25 and by this time, Churchill has decided to hold an emergency meeting concerning the war. They meet on June 1 and discuss the options they currently have. Since London is surrounded and troops on both sides are being slaughtered, they decide to evacuate the populace underground and have them put on their gas masks as the Army will release Mustard and Chlorine gas on the city, troops will also hide in buildings with full clothing and gas masks and while the Germans suffer in pain they will flee the city. As for the rest of the island, it has been decided to stand and fight until the last man. On June 12, the British release the gas and the soldiers and civilians flee the city as the Germans are slowly killed. The Germans are unable to stop the evacuation as they must flee to survive. After the gas clears, the Germans have nearly 5,000 dead from the gas while the British only have the unlucky few dead, which there were not many. For the rest of the month the land and sea are quiet but the skies are filled with blood as there are dogfights every night.

The battles in the skies are just a decoy as Hitler has planned retaliation for the attack. The plan is to release massive amounts of Sarin and Tabun gas on Glasgow and Cardiff and some on Allied troops near the cities. On July 4 the attack takes place and the Germans also begin to march into Wales and the areas near Glasgow. As the month goes by, thousands die of the gas on both sides as it spreads throughout the island nation except in the southern and northeastern parts of the country. In August the Germans secure the area around Glasgow and Cardiff. By September 11, the Germans have secured the city of Cardiff and the local government in Wales surrenders the territory of Wales. On September 28 the United States and Britain release more gases on German forces and they build massive trenches around the city of Glasgow as they prepare for a massive battle that will decide the fate of the island nation and the rest of the world. In October the Germans launch a massive campaign and also drop some gas and firebombs on the city of Glasgow and decide to have some forces take the rest of Scotland while the city is under siege. The Germans are able to take up all of western Scotland and begin to take the rest of the north but are met with fierce resistance at Edinburgh which is in north-central Scotland as much of what is left of the British force not in Glasgow is there ready to fight. As a battle ensues the British government begs America and Canada to supply more troops to help the war effort. They both immediately send both nearly 10,000 troops to liberate the island. They arrive by November 12 but by then the situation is critical. In Glasgow, if they don't find a way to beat the Germans soon then surrender will be inevitable and in Edinburgh it is expected that the Nazis will conquer the city in a day or two. On November 16 Einstein tells American officials that he may be able to build an atom bomb by spring 1945 but it won't be operational until late summer of 1945. The Americans can't make time go faster so they work with what they have. As for the Germans they are far from building a nuke but they are fibbing that they will have one soon. On Thanksgiving Day the city of Glasgow falls as the Germans are able to surround British, American, and Canadian forces. The Allies will have to surrender Britain if Edinburgh falls and hopefully though will be able to get Erie into the war. A few days after Glasgow falls, the city of Edinburgh falls and the Allies flee the island at the city of Wick in an area where no Germans are near by but they leave behind a select few to try to stop the Germans and give the Allies some time to prepare for the oncoming defeat. On December 11 the Allies gain a new ally, Eire. The nation becomes a base and the European Theater is no more and it becomes the Atlantic Theater.


Atlantic Theater (December 7, 1942)

Noter: This is a continuation of the European Theater. The main reason of the continuation is because of the fact that Europe is now no longer a battlefield.

After the British, American, and Canadian forces leave Britain for Germany to take they then flee to Erie where airfield are filled with planes, docks filled with warships, and towns filled with Allied soldiers and surprisingly the Irish are happy that they are in the war, now that they have some protection and have some Allies close to home. The Germans immediately annihilate the force that was left behind as the Germans conquer the island and prepare for the expected invasion of Erie. On February 13 the Nazis begin bombing Ireland everywhere as the precursor to the invasion. Ireland is burned to bits and they feel that they have been betrayed by the Allies as their country is being destroyed and when the ambassador talks to Churchill at a meeting between the two he says,"Why have you let us suffer?". Churchill simply replied, "It is not our fault. It is the war that has done this to you." After the meeting it becomes clear that Erie is not a good ally but it will not be abandoned. By St. Patrick's Day, the anniversary of the invasion of Britain, the Allies are in a grave situation as the Nazis are clearly preparing to invade the last Allied stronghold near Britain but the Allies make a grave mistake as they have forgotten about Iceland and Greenland. The Germans decide to invade Iceland and then attack Erie from all sides. On April 1 the Nazis launch a massive invasion of Iceland and within a few days of the attack the Allies flee the island as now the Nazis have supply lines cut off. The Allies now decide to lighten the force in Erie and begin evacuating the populace as an invasion is clearly on its way. After weeks of little combat, on May 2 the Axis invade Erie and quickly take the cities of Belfast and Dublin within hours of the first landings. By May 10, the Germans have taken all of the northern part of the island and have begun landings along the western and southern parts of the island. On May 25, the Germans capture the last of the "Emerald Isle" and the Germans immediately send troops to Iceland to prepare for their next targets,Amérique. As the months go by, the Allies and Axis on both sides are preparing for the big fight and meanwhile Churchill, though in America, is supplying a resistance in Britain and by December a terrorist attack on the Nazis will happen in London. On September 10, the American, British, and Canadian naval fleets engage German U-boats near Newfoundland and this leads to increased fear in Allied nations as the war is getting closer to home. On December 31, when German troops are celebrating the new year in London, a terrorist attack occurs that obliterates much of the army's headquarters and after this, the Brits will never be treated the same again. Meanwhile FDR dies of a brain hemorrhage and Truman is immediately sworn in as President of the United States.

When the year comes along the world prepares for another year of terrible combat. In Britain, the people are treated like trash even worse than people in other occupied nations but still not worse than the Jews(Since they are being killed in the Holocaust). In the United States, President Roosevelt is becoming more wary of fighting the war and holds a meeting with all of his cabinet members and Winston Churchill. A vote is made and narrowly the men in the room decide to keep fighting but it is ultimately under FDR's control. He decides to stay and fight and prepare for the worst. As for the nuclear program in America it has been stalled because of the attacks in Ireland and Britain and has now been resumed and should be complete by July. On May 5, the United States and Germany have their navies engage in a fierce that goes undecided when both sides have massive losses. The battle takes place near the island of Bermuda. In Germany, Hitler receives news that his nuclear program will be complete in August 1946. He decides he must begin an invasion of America so that he can end the war with a massive victory. His first decision is to invade Bermuda and make it a massive air, sea, and land base so the invasion of America can take place. Truman though notices that there is increased movement near Bermuda and he has troops, planes, and battleships to defend the island at all costs because he knows what will happen if Germany takes the island. Over the next five months the Germans prepare for a massive attack on Bermuda which will be a prelude to the invasion of America. On October 11 the Germans launch their invasion of Bermuda and are met with fierce resistance. The battle lasts for almost thirteen-weeks and both sides have casualties near the fifty-thousand mark. In the end the Germans are able to capture the island and the Allies prepare for their bloodiest battle yet. Again because of an invasion, the atom-bomb was held back on both sides but America completes in November and tests it in the Nevada desert as the Germans fall behind but Germany has had secret weapons hidden V-1 and V-2 rockets along with jet fighters that were ahead of their time. The Americans don't know about this but they are just about prepared for anything. As the last weeks of the year wind down, both sides prepare for another long battle but this one will truly decide the fate of the world.

In the United States the public are scared and many flee to the heart of the country to prepare for the oncoming invasion. As for the government, it flees to St. Louis and sets up temporary headquarters there as they also are planning ahead. In Germany the army, navy, and air force are finishing preparations for the invasion of America also known as "Operation: Black Cross". Aircraft carriers come into the German navy for the first time and planes are quickly loaded as the Germans want the attack to start as soon as possible and get it over with quickly. In America, anti-aircraft guns are placed everywhere from Key West, Florida to Portland, Maine. The navy has ships all along the coast and planes at the ready no matter what our. The National Guard in each state is at the ready and the National Army, Air Force, and Navy are constantly ready for the invasion. America may be ready but can it withstand the might of the fist of Nazi Germany. As for America's A-Bomb it is finally complete and they are ready to use it at any moment. Then the invasion begins: At 6:00am on March 30, German bombers and planes begin bombarding American defenses and attacking American airfields and bombing American cities such as Washington, New York, Boston, Philadelphia, Charlotte, Charleston, Atlanta, and Miami. Fifteen-minutes later German ships engage with American ships. Five minutes later the Americans are able to respond and dogfights irrupt in the skies. At 6:45am, German paratroopers land in Washington, Richmond, Boston, New York, Philadelphia, Miami, Atlanta, Savannah, Charlotte, Charleston, Jacksonville, and Hartford. All paradrops are a success and as now the set-up for the actual invasion is ready. At around 7:39am the Germans have their transports offload nearly three million troops across the East Coast as the Americans are caught off guard fighting the already attacking Germans. About six hours later at 1:45pm much of the invaded areas of America have seen American troops retreating with high casualties that only grow by the minute. The day goes by exactly as the Americans retreat from a horrible defeat as the Nazi forces overrun much of the East Coast. Within the next three weeks everything east of the Appalachian Mountains are overrun. The Americans decide the A-Bomb must be used now. A group of volunteers who are willing to die will distract German troops in Atlanta where the heart of the southern part of the invasion is based. On April 29 the attack commences and a few hours after the attack an American Bomber carrying the A-Bomb drops it in the heart of Atlanta but the Germans were tipped by a saboteur and the attack only kills civilians that were left for dead. Five weeks after the A-Bomb failure the Germans are at the Mississippi River in Mississippi, Tennessee, Kentucky, and Illinois which causes the American government to flee to Denver, Colorado. The Americans give up at this point but the will of the soldiers don't want to surrender so more bloodshed occurs until on June 22 when America finally surrenders and the war comes to an end. A peace deal is made and signed by July 4 and the terms are as follows:

  • The American government along with the Canadian government will pay massive reparations to the German regime until all damages are paid for which at the rate the Germans want, it will still take until 2115 until all payments will be made.
  • Germany will keep all conquered lands (except in the United States) and America will remain out of European affairs unless asked to be involved by Germany.
  • America's army, navy, and air force will be limited to a certain amount.
  • And lastly Churchill must be handed over.

The Allies find these harsh terms and instead secretly help Churchill flee to Mexico where he will be semi-safe. They report that he has fled to Japan. The Germans are not trustworthy of the report and give up on the search for Winston Churchill within two weeks. Over the next few months the Americans try to rebuild and the Germans kill off their "enemies" as the world moves on to a three-way Cold War.


Defense Continues to the End on Corregidor


Staff of Finance Office and Signal Corps, U.S. Army, Manila, shared Lateral Number 12 of Melinta Tunnel during the siege of Corregidor, Phillipine Islands, March/April 1942.

With Bataan completely in their hands, the Japanese turned their attention to Corregidor. The Corregidor Island defenders were in relatively better shape than the Bataan units, but by April were also showing the effects of prolonged siege. Continuous bombardment by artillery from Bataan as well as naval and air bombing went on through April. Although fortifications, underground tunnel facilities, and some gun emplacements withstood the bombardments, all installations in the open were destroyed. Ultimately, what Japanese shells didn't do was done by deliberate destruction to prevent the facilities from falling into Japanese hands. As the end clearly approached, code books and records were burned and small arms smashed.

The Japanese began their final assault on Corregidor with a heavy artillery barrage on 1 May. On the night of 5-6 May, two battalions of infantry landed on the northeast end of the island. Despite strong resistance, they established a beachhead that was soon reinforced by tanks and artillery. Army and Navy support personnel fighting as infantry joined a Marine regiment to meet the invasion, but the defenders were quickly pushed back to the Malinta Hill stronghold where their position became untenable.

President Roosevelt had personally authorized General Wainwright to decide on the circumstances of surrender. The last message from Wainwright on Corregidor was received late on 6 May:

". with broken heart and with head bowed in sadness, but not in shame, I report. that today I must arrange terms for the surrender of the fortified islands of Manila Bay, Corregidor, Fort Hughes, Fort Drum, and. " (end of message)

Although it ended in defeat, the successful execution of MacArthur's Bataan plan saved the 75,000 troops on Luzon from immediate defeat, delayed the Japanese timetable for conquest by four months, and kept large Japanese combat forces tied up in the Philippines long after Malaya, Singapore, and the Indies had fallen.

The fate of the Americans and Filipinos who became POWs was a shameful chapter in the history of war, the Bataan Death March.



Commentaires:

  1. Puti'on

    Vous autorisez l'erreur. Je peux le prouver. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  2. Pierrepont

    À mon avis, vous admettez l'erreur. Entrez nous discuterons. Écrivez-moi en MP.

  3. Bazshura

    Je vais me balancer sur la qualité puis commenter. Passez une belle vision!



Écrire un message