USS Tallulah - Histoire

USS Tallulah - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Tallulah
(AO-50 : dp. 21 650 (tl.), 1. 523'6" ; n. 68'0", dr. 30'10" (lim.), s. 14,5 k., cpl. 338, a. 1 5", 4 3", cl. Suamico:T. T2-SE-A1)

Tallulah (AO-50) a été posé le 1er décembre 1941 en vertu d'un contrat de la Commission maritime (coque MC 321) à Chester, Pennsylvanie, par la Sun Shipbuilding ~ Drydock Co.; lancé le 25 juin 1942, parrainé par Mme H. Bowing, acquis par la Marine le 30 juillet 1942 ; et commandé le 5 septembre 1942, le Comdr. Jesse B. Goode aux commandes.

Après s'être équipée à New York, elle a dirigé une formation de shakedown à Norfolk. Tallulah est parti pour New York le 17 octobre 1942 avec Chemung (AO 30), Jenkins (DD-447) et Chevalier (DD-451). Une semaine plus tard, elle a quitté New York en compagnie de 32 navires marchands escortés par le HMS Havalock et quatre corvettes et a procédé via Guantanamo Bay, Cuba et Aruba vers Panama. Elle a transité le canal le 9 novembre et est restée à Balboa depuis trois jours. Le 12, elle s'est dirigée vers l'ouest - via Bora Bora dans les îles de la Société - vers la Nouvelle-Calédonie. Tallulah est resté à Nouméa du 12 au 19 décembre ; puis se dirigea vers la côte ouest, arrivant à San Francisco le 4 janvier 1943.

Au cours de l'année suivante, elle a fait cinq autres voyages aller-retour dans le Pacifique Sud. Sur trois d'entre eux, le pétrolier transportait des avions en plus de sa cargaison habituelle de pétrole. Le premier des cinq, du 4 janvier au 19 mars, le pétrolier a visité les îles Salomon en plus de la Nouvelle-Calédonie et d'Espiritu Santo. Le 15 février, juste après son départ pour Guadalcanal, une de ses escortes a signalé et attaqué un contact sous-marin. À la fin de l'après-midi, des bombardiers lance-torpilles japonais ont plongé sur le convoi en simple et en couple ; mais les navires alliés ont manœuvré radicalement et ont déclenché une pluie de tirs antiaériens. Tallulah n'a subi aucun coup et la torpille la plus proche est passée à 12 mètres derrière. Pour l'action de la journée, ses artilleurs ont réclamé une éclaboussure sûre et deux autres victoires possibles. Elle est arrivée de Lunga Point et a commencé des opérations de ravitaillement le 18. La semaine suivante, il s'est déplacé entre Guadaleanal, l'île de Floride et Tulagi, alimentant les navires soutenant la lutte pour Guadalcanal. Le 27 février, elle atteint Espiritu Santo et, trois jours plus tard, repart vers les États-Unis.

Les trois voyages du milieu se sont déroulés en grande partie sans incident. Elle a navigué de la côte ouest transportant du pétrole, des magasins et des avions vers diverses bases dans le Pacifique Sud. En plus de Nouméa, le pétrolier s'est rendu aux Samoa, aux Fidji et à Efate. Le 16 octobre, elle a quitté San Pedro, Californie, lors de son cinquième et dernier voyage aller-retour, est arrivée dans le port de Havannah, île d'Efate, le 5 novembre, et y est restée pendant huit jours, alimentant les navires dans le port. Le 13, il est devenu en route pour des opérations de ravitaillement en mer en route vers Funafuti dans les îles Ellice, où il a jeté l'ancre quatre jours plus tard. Du 19 au 21 novembre elle était de nouveau en mer alimentant le Groupe de Tâche (TG) 50.4. Après quatre jours supplémentaires pour ravitailler les navires à Funafuti, il quitte le port pour reconstituer les réservoirs des navires de guerre soutenant l'invasion des îles Gilbert au cours de la première semaine de décembre. À la fin de cette tâche, le pétrolier s'est dirigé, via Pearl Harbor, vers San Pedro, en Californie.

Le 13 janvier 1944, à la suite d'une brève révision, il quitte à nouveau la côte ouest. Cette fois, cependant, sa destination était le Pacifique central. Au cours des cinq mois suivants, Tallulah a transporté du pétrole et des marchandises de Pearl Harbor au mouillage avancé établi sur l'atoll de Majuro, nouvellement conquis. Début juin, des mouillages avaient également été établis plus à l'ouest à Kwajalein et Eniwetok. Le 3 juin, il quitte Majuro et après une escale à Kwajalein du 4 au 13 juin, arrive à Eniwetok le 14 juin. Le jour suivant, elle a mis à la mer pour alimenter des éléments de la 5ème flotte juste avant la phase de mer des Philippines de la campagne de Mariannes. Au cours de cette bataille, les porte-avions de la Task Force 68 brisèrent une fois pour toutes le dos de la puissance aérienne japonaise. Deux jours après la grande bataille aérienne, il a ravitaillé le TG 58.3, construit autour de deux des puissants vainqueurs, Enterprise (CV-6) et Lexington (CV-16). Du 1er au 27 juillet, elle a mené des opérations de ravitaillement dans et autour d'Eniwetok, puis s'est dirigée vers la côte ouest.

En fumant via Pearl Harbor, Tallulah a atteint l'Île Terminale, Californie, le 11 août et a commencé la révision. Elle s'est encore distinguée le 26 septembre et, après avoir fait le plein d'exercices en mer en route, est rentrée à Pearl Harbor le 4 octobre. Elle est restée pendant la nuit et, le matin suivant, a continué vers le Pacifique occidental. Après une escale à Eniwetok dans la nuit du 13 au 14 octobre, il atteint Ulithi le 19. Le 4 novembre, il reprit la mer pour soutenir l'assaut de Leyte. Tallulah retourna dans la lagune d'Ulithi le 17 novembre et y resta jusqu'au 23.

Le 20, alors qu'il se trouve encore dans la lagune d'Ulithi, le mouillage fait l'objet d'une attaque kaiten. Au moins trois des raiders sous-marins individuels ont été coulés. Mississinewa (AO-59), ancré au large de la proue tribord du Tallulah, a été touché juste avant 06h00 et, à 09h00, était au fond du lagon. Tallulah a déplacé les couchettes pour éviter les flammes et les débris volants tandis que les membres de son équipage ont aidé les survivants du pétrolier coulé.

Le 23 novembre, le pétrolier s'est dirigé vers Hollandia, en Nouvelle-Guinée, où il a passé un mois en exercices et en opérations de ravitaillement. Elle a quitté la Nouvelle-Guinée le 30 décembre et a fumé-via la Baie Mangarin, Mindoro - au Golfe Lingayen, Luzon. Elle a soutenu l'invasion de Luzon jusqu'à la fin de janvier 1945 quand elle est revenue à Ulithi. Le 1er février, Tallulah est transféré de la 7e à la 5e flotte pour l'invasion d'Iwo Jima. Elle a mis à la mer le 16 et a mené des opérations de ravitaillement en mer jusqu'au 3 mars, quand elle est revenue à Ulithi pour l'entretien. Dix jours plus tard, il sort à nouveau du lagon et reprend le ravitaillement de la flotte, toujours au large d'Iwo Jima et se préparant à ramollir Okinawa.

Pour le reste de la Seconde Guerre mondiale, le Tallulah a opéré à partir de la base d'Ulithi en soutien aux forces d'invasion d'Okinawa et de la Fast Carrier Task Force lors de ses frappes contre le Japon et ses avant-postes en Chine et en Asie du Sud-Est. Elle est retournée à Ulithi périodiquement pour l'entretien et pour s'approvisionner en pétrole. Puis avec ses réservoirs pleins, elle a transporté sa précieuse cargaison aux forces combattantes. En plus d'Ulithi, il a visité la base du golfe de Leyte, la base avancée de Kerama Retto - située juste à l'ouest d'Okinawa - et la baie de Buckner sur l'île elle-même.

La guerre dans le Pacifique a pris fin le 15 août, tandis que Tallulah menait des opérations de ravitaillement à Buckner Bay. Elle a fait un voyage aller-retour de plus à Ulithi et retour, entre le 17 août et le 1er septembre, puis a navigué vers le nord le 20 pour ravitailler les navires opérant à proximité de Jinsen, en Corée. Au cours des trois mois qui ont suivi, elle a visité la Chine - à Taku Bar, le golfe de Pohai et Tsingtao - ainsi qu'à Nagoya, Kure, Yokohama et Yokosuka au Japon. Le 14 décembre, Tallulah s'est détaché de Yokohama et s'est dirigé vers Pearl Harbor et chez lui.

Peu de temps après son retour aux États-Unis, le Tallulah a été désarmé le 2 avril 1946. Le 3 octobre, il a été remis à la War Shipping Administration et son nom a été rayé de la liste de la Marine. Cependant, le 2 février 1948, il est racheté par la Marine et, le 1er octobre 1949, transféré au Military Sea Transportation Service, aujourd'hui Military Sealift

Commandement, pour servir d'USNS Tallulah (TAO-50). Équipé d'un équipage civil depuis cette époque, il a sillonné les océans du monde, visité la plupart des grands ports et assuré l'approvisionnement de la Marine en pétrole et autres cargaisons liquides importantes. Le Tallulah a été affecté à la flotte de l'Administration maritime à James River, en Virginie, en mai 1975, où il est resté jusqu'en octobre 1979.

Tallulah a obtenu sept étoiles de bataille pendant la Seconde Guerre mondiale.


Suámico-huileur de classe

Les Suámico classer étaient une classe de 25 pétroliers de la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Construit à la Commission Maritime T2-SE-A1 (Suámico classe), -A2 (Escambia classe) et -A3 (Cohocton), ils utilisaient une transmission turbo-électrique, éliminant le besoin d'engrenages réducteurs qui était un problème majeur dans la construction navale de production de masse aux États-Unis.

    , Chester, Pennsylvanie , Sausalito, Californie
  • 5 782 tonnes longues (5 875 t) légères
  • 21 880 tonnes longues (22 231 t) pleines
  • Pistolet à usage universel 1 × 5"/38
  • 4 × 3"/50 canons de calibre
  • 4 × canons jumelés de 40 mm
  • 4 × canons jumelés de 20 mm

Tallulah Bankhead

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Tallulah Bankhead, en entier Tallulah Brockman Bankhead, (née le 31 janvier 1902, Huntsville, Alabama, États-Unis - décédée le 12 décembre 1968 à New York, New York), actrice américaine aussi célèbre pour sa vie personnelle que pour ses réalisations théâtrales.

Bankhead, la fille du membre du Congrès de l'Alabama et futur président de la Chambre William Brockman Bankhead, a été nommée d'après sa grand-mère paternelle, dont le nom a été inspiré par Tallulah Falls, en Géorgie. Malgré une éducation stricte au couvent, Bankhead était un enfant volontaire et entêté avec une remarquable facilité à attirer l'attention. Après avoir remporté un concours de beauté local à 15 ans, elle a soumis sa photo à un magazine de fans de cinéma et, par conséquent, a décroché de petits rôles dans quelques films muets tournés en 1918. La même année, elle a fait ses débuts à Broadway dans Ferme des pigeonneaux. Bien qu'elle manquait d'entraînement et de discipline, elle possédait une présence scénique éblouissante, sa voix rauque offrant un contraste fascinant avec sa beauté. Montant rapidement au rang de célébrité, elle s'est tout aussi facilement fait connaître pour son franc-parler vif d'esprit et son infatigable fête.

En 1923, elle se rend en Angleterre pour jouer aux côtés de Gerald DuMaurier dans Les danseurs de corde et a ainsi lancé ce qui était peut-être la carrière théâtrale londonienne la plus spectaculaire des années 1920. Son comportement public calculé et scandaleux, ses multiples romances et son habitude de porter de la lingerie fragile sur scène, que le scénario l'exige ou non, l'a attirée auprès des fans, notamment sa propre claque, "les Gallery Girls", qui se présentait à chaque représentation pour exprimer leur idolâtrie bruyante tout en agaçant ses détracteurs. Après une succession de « drames sexuels » médiocres qui demandaient peu à son talent, Bankhead a confondu ses critiques avec sa brillante performance en tant que jeune serveuse troublée dans la production londonienne de Sidney Howard's Ils savaient ce qu'ils voulaient (1925).

En 1931, elle retourne aux États-Unis pour jouer dans des films pour Paramount et MGM. Inexplicablement, les dirigeants du studio ont essayé de la transformer en une "seconde Marlene Dietrich", ce qui a abouti à des mélodrames surmenés comme Mon péché (1931) et Diable et profondeur (1932). Abandonnant Hollywood, Bankhead est retournée à Broadway, où elle a remporté un triomphe sur scène après l'autre. Sa carrière théâtrale atteint son apogée avec ses performances dans Les petits renards (1939) et La peau de nos dents (1942), qui lui ont tous deux valu le New York Drama Critics Circle Award. C'est également pendant cette période qu'elle a été brièvement mariée à l'acteur John Emery. En 1943, elle décide de retenter l'expérience d'Hollywood, les résultats sont décevants, à l'exception notable de sa superbe performance multiforme dans le film d'Alfred Hitchcock. Canot de sauvetage (1944). Elle a ensuite connu beaucoup plus de succès à la radio du réseau, en animant la série de variétés all-star Le grand spectacle (1950–52).

À la fin des années 40 et au début des années 50, le style de vie hédoniste de Bankhead et sa consommation excessive d'alcool avaient fait des ravages. Elle est citée comme ayant dit : « Mon père m'a mis en garde contre les hommes et l'alcool, mais il n'a jamais dit un mot sur les femmes et la cocaïne. La plupart de ses efforts à Broadway au cours de cette décennie ont été des échecs et les critiques se sont plaints qu'elle était devenue une auto-caricature. Elle a maintenu sa carrière à flot en publiant une autobiographie à succès, en tournée dans des pièces telles que Vie privée (1948) et Cher Charles (1955) et en tête d'affiche de son propre numéro de boîte de nuit. En 1965, elle a fait sa dernière apparition au cinéma, jouant un fanatique religieux homicide dans le thriller britannique Mourir! Mourir! Mon chéri! Les dernières missions d'acteur de Tallulah Bankhead comprenaient un passage "Special Guest Villain" dans la série télévisée Homme chauve-souris (1966-1968) lorsqu'elle a été informée que la série était considérée comme un «camp haut», sa réponse était une Tallulah vintage : « Ne me parlez pas du camp, dahling ! Je l'ai inventé !

Les rédacteurs de l'Encyclopaedia Britannica Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Amy Tikkanen, directrice des services correctionnels.


Rivière Tallulah

Les Rivière Tallulah est une rivière de 47,7 milles de long (76,8 km) [1] en Géorgie et en Caroline du Nord. Il commence dans le comté de Clay, en Caroline du Nord, près de Standing Indian Mountain dans le sud de Nantahala Wilderness et s'écoule vers le sud en Géorgie, traversant la frontière entre l'État et le comté de Towns. [2] La rivière traverse le comté de Rabun et se termine dans le comté de Habersham. Il traverse la formation rocheuse de Tallulah Dome pour former la gorge de Tallulah et ses plusieurs cascades (collectivement connues sous le nom de Tallulah Falls). La rivière Tallulah croise la rivière Chattooga pour former la rivière Tugaloo au lac Tugalo dans le comté de Habersham. Il rejoint la rivière Seneca en Caroline du Sud au lac Hartwell (également créé par un barrage en amont) pour former la rivière Savannah, qui coule vers le sud-est dans l'océan Atlantique.

De ses sources à sa confluence avec la rivière Tugaloo, la rivière Tallulah mesure environ 77 km de long. Le bassin de la rivière Tallulah draine environ 184 milles carrés (480 km 2 ), tel que mesuré à la centrale hydroélectrique de Tallulah Falls dans le comté de Habersham, en Géorgie, près de l'extrémité inférieure de la gorge de Tallulah. [3]

La partie inférieure de la rivière comprend une chaîne de lacs artificiels le long de la rivière créés par des barrages hydroélectriques exploités par Georgia Power. Le premier lac (et le plus au nord) de la série est le lac Burton, suivi du lac Seed, du lac Rabun et des chutes du lac Tallulah. Du lac Tallulah Falls, la partie inférieure de la rivière traverse la gorge de Tallulah et se termine maintenant par un bras du lac Tugalo, l'autre bras du lac étant formé par la rivière Chattooga. À partir d'un point situé à environ 0,5 mile (0,80 km) en aval du barrage du lac Tallulah Falls, la ligne de démarcation entre les comtés de Habersham et de Rabun suit le cours de la rivière Tallulah jusqu'à sa fin.

Le bassin supérieur de la rivière Tallulah s'écoule vers la partie de la rivière Tallulah qui se trouve en amont du lac Burton. Cela comprend le nord-ouest du comté de Rabun, le nord-est du comté de Towns et une partie du comté de Clay, en Caroline du Nord. Le United States Geological Survey recueille des données pour le bassin supérieur de la rivière Tallulah à partir de sa station de jaugeage au point où la rivière traverse Plum Orchard Road. [4] Le bassin supérieur de la rivière Tallulah comprend une section de la rivière d'environ 14,3 milles (23 km) de long, drainant une superficie de 56,5 milles carrés (146 km²). [2] [5] Annuellement, la région reçoit au moins 72 pouces de précipitations et est entièrement dans les limites de la forêt nationale de Chattahoochee. Environ un tiers des terres se trouvent dans la région sauvage du sud de Nantahala et environ un cinquième appartient à des intérêts privés. [2] Les principaux affluents de la rivière Tallulah dans le comté de Rabun sont la rivière Coleman et le ruisseau Persimmon.

Le bassin supérieur de la rivière Tallulah est aussi pittoresque que accidenté. Les plus hautes altitudes se trouvent en Caroline du Nord sur Standing Indian Mountain, à une altitude de 5 499 pieds, où se trouvent les sources de la rivière Tallulah. [2] Après être entrée en Géorgie et avoir traversé l'ancienne ville minière et forestière de Tate City, en Géorgie, dans l'est du comté de Towns, la rivière entre dans ce que l'on appelle la gorge supérieure de Tallulah, ou la gorge de Rock Mountain. [6] Cette « gorge » supérieure est beaucoup moins spectaculaire que la plus célèbre gorge de Tallulah. Il commence juste en amont du confluent de la rivière avec la rivière Coleman et s'étend sur près de 5 km au-delà de Rock Mountain du côté ouest de la rivière. La "gorge" pittoresque est accessible via une route le long de la route de la rivière Tallulah (Forest Service Road 70). La Tallulah River Road suit un ancien chemin de fer avant de se terminer dans le sud de Nantahala Wilderness [6] et offre le seul accès à Tate City, en Caroline du Nord. Fortement boisé aujourd'hui, le bassin supérieur de la rivière Tallulah a été presque dénudé par la coupe à blanc dans les années 1930 avant la création de la forêt nationale de Chattahoochee. [2]

Bien que les Géorgiens aient longtemps supposé que Tallulah était un mot de langue cherokee, étant donné l'importance de l'histoire cherokee dans l'État, les chercheurs contestent la dérivation du nom de la rivière. Cette zone a longtemps fait partie des vastes terres natales Cherokee dans le sud-est. Les promoteurs du tourisme à la fin du 19e siècle ont dit que tallulah signifiait « eaux tumultueuses » en cherokee. Certains chercheurs ont théorisé plus tard que tallulah signifiait « terrible » en cherokee, ou était peut-être dérivé d'un certain nombre d'autres mots. Il est plus probable qu'il n'y ait pas de traduction pour le mot. [7] Il n'a aucune signification dans Cherokee.

Mais les anthropologues pensent maintenant que le mot était probablement dérivé du mot Okonee taule, qui signifie "ville". Le peuple Okonee a occupé le nord-est de la Géorgie et le nord-ouest de la Caroline du Sud pendant des centaines d'années avant l'arrivée des Cherokee.

D'après des études archéologiques, les Cherokee semblent avoir colonisé une partie de leur terre natale du milieu à la fin du XVIe siècle, par exemple, ils avaient construit une maison de ville à la fin du XVIe siècle sur le site de Coweeta Creek sur la partie supérieure de la rivière Little Tennessee à l'heure actuelle. jour Caroline du Nord. [8]

Les Overhill Cherokee utilisaient également le terme et étaient connus pour avoir une ville appelée Tallulah, située sur la partie du Little Tennessee qui coulait du côté ouest des Appalaches. Muscogee Creek occupait également une partie de cette zone avant d'être chassé par les Cherokee. [9]


Historique des services[modifier | modifier la source]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier la source]

Après quatre mois d'aménagement et de rodage, Woodworth a passé le reste de 1942 à effectuer des missions d'escorte dans la région du Pacifique Sud-Ouest. Elle a fait escale dans de nombreux ports entre l'Australie et Guadalcanal. Woodworth a été attaché à la Force opérationnelle (TF) 65 en janvier 1943, effectuant des patrouilles et des exercices à l'entrée ouest d'Espiritu Santo, aux Nouvelles-Hébrides.

Le 2 février, Woodworth passé sous le contrôle du vice-amiral Richard P. Leary qui commandait la TF 69 depuis son vaisseau amiral, Nouveau Mexique. Deux jours plus tard, cette formation a été fusionnée avec la TF 18 composée de Wichita, deux porte-avions, trois croiseurs légers et quatre destroyers. Un pétrolier et un autre destroyer ont également rejoint la force le 5. Le mois de février a été consacré aux patrouilles et à l'escorte des transports dans les eaux entre les îles Salomon et les Nouvelles Hébrides. Après avoir escorté des transports vers les îles Fidji le 1er mars, Woodworth retourna à Espiritu Santo le 13 et rejoignit la TF 15 organisée autour de Entreprise. Woodworth est entré dans le port d'Espiritu Santo le 21 mars et le jour suivant a commencé la mise à disposition des offres. Le 3 avril, elle est retournée aux Salomon, arrivant à Tulagi le 5 pour la patrouille d'entrée. Le lendemain, Woodworth escorté Tappahannock à Kukum et a ensuite repris sa patrouille.

Le 7, en escortant Tappahannock dans la région des Salomon, Woodworth a subi une attaque aérienne ennemie par six avions au nord de l'île de Rua Sura. Quatre bombes larguées à proximité Tappahannock. Deux ont heurté la mer du côté tribord et ont projeté une quantité considérable d'eau sur le navire. L'attaque, qui a duré environ quatre minutes, n'a fait aucune victime et n'a causé que des dégâts matériels mineurs. Woodworth a passé le reste d'avril et début mai dans des exercices d'entraînement tactique, d'escorte et de patrouille dans les eaux entre les Nouvelles Hébrides et la Nouvelle-Calédonie. Du 8 mai au 29 juin, Woodworth escorté des transports transportant des renforts à Guadalcanal et a aidé à écran TF 10 - composé de deux transporteurs, trois cuirassés, un croiseur et plusieurs destroyers - à Nouméa. Woodworth a continué à Auckland, en Nouvelle-Zélande, où elle a subi une disponibilité restreinte avant d'escorter Tallulah à Nouméa. Woodworth puis tamisé les transports à vapeur d'Espiritu Santo à Guadalcanal.

Le 30 juin, alors qu'il escortait des forces amphibies jusqu'à l'île de Rendova, aux Îles Salomon, Woodworth a subi une attaque aérienne de 12 bombardiers-torpilleurs japonais volant à basse altitude. Woodworth Les manœuvres de ' lui ont permis d'éviter les torpilles, et elle n'a subi qu'une seule perte de personnel et de simples dommages superficiels de trois coups de mitrailleuse.

Le 2 juillet 1943, Woodworth et Jenkins bombardé les positions japonaises sur l'île de Wickham, Vonguna, Nouvelle-Géorgie, pour aider à l'avance des troupes à terre. Le lendemain, Woodworth a navigué pour Tulagi, a touché à Port Purvis et au port de Rendova et est arrivé de Rice Anchorage le 5 juillet 1943 pour participer aux premières opérations de débarquement là-bas. Plus tard ce jour-là, elle s'est dirigée vers Port Purvis. Le 11 juillet, Woodworth, de même que Kilty, Crosby, et Schley, a participé aux deuxièmes opérations de débarquement à Rice Anchorage. En rentrant à Guadalcanal le lendemain matin, Taylor tiré, chargé de profondeur, mais n'a pas réussi à couler I-25.

Le 13 juillet, dans le cadre du groupe opérationnel (TG) 36.1, Wood-worth a pris part à la bataille de Kolombangara, l'un d'une série d'engagements navals pour le contrôle des eaux entre Vella La Vella et Kolombangara au sud et Choiseul au nord . La force japonaise se composait d'un croiseur et de cinq destroyers. Woodworth a tiré quatre torpilles, et un cinquième a raté. Au cours de l'action, elle a reçu un coup fulgurant à la poupe par Buchanan, causant des inondations et de légers dégâts, mais elle a continué à filtrer Saint Louis qui a été touché par une torpille. Gwin a également été touché et a explosé. Rien ne pouvait être vu de ce destroyer, mais une colonne de fumée de 300 pieds de haut. Les efforts de contrôle des dommages pour Gwin étaient futiles, et elle a été sabordée. Woodworth n'a subi aucune perte de personnel.

Woodworth a mené des opérations de patrouille et d'escorte entre Espiritu Santo et Guadalcanal jusqu'au 7 octobre, date à laquelle elle a rejoint la TF 38. Après des exercices d'entraînement, elle a quitté Espiritu Santo le 29 octobre avec la TF 38 organisée autour de Saratoga et Princeton. Ils lancèrent des attaques aériennes sur Buka, îles Shortland, les 1er et 2 novembre 1943 et menèrent des raids sur Rabaul le 5 et à nouveau le 11 novembre avant de se détacher de la TF 38 le 14 novembre.

Woodworth appareillé pour Guadalcanal le 16 novembre dans l'escorte de Pinkney, puis a participé à des opérations de patrouille dans la région de Salomon jusqu'à fin décembre dans le cadre de la TG 36.1. Le 26 décembre, Woodworth a quitté Espiritu Santo pour transporter une cargaison en pontée de 1 500 cartouches de projectiles de 5 pouces et 1 500 cartouches de charges de poudre de 5 pouces à Port Purvis près de Tulagi.

Le soir du 8 janvier 1944, Woodworth a pris part au bombardement des îles Shortland et a rencontré des tirs de retour inefficaces du rivage. Elle a mené des opérations d'escorte et de patrouille entre les Salomon du nord et l'archipel de Bismarck jusqu'au 13 janvier, date à laquelle elle a rejoint l'escadron de destroyers (Des Ron) 12 et, avec Farenholt, Lansdowne, et Buchanan, a mené un bombardement d'installations côtières, de concentrations de barges et de points de rassemblement sur la côte nord-est de Bougainville, le port de Baniu et la baie de Ruri, aux Îles Salomon, mais elle n'a rencontré aucun tir de retour et aucune opposition aérienne ou de surface. En transitant par le détroit de Bougainville, Woodworth a tiré cinq salves sur un camp de tentes japonais à la pointe nord-ouest de l'île de Choiseul. Elle a ensuite passé le reste de janvier et février, jusqu'au 13, dans des exercices d'escorte et d'entraînement à Torokina, à chasser des barges au large de Bougainville, à escorter jusqu'à Port Purvis et à escorter et des exercices d'entraînement à Sydney, en Australie.

Le 13 février, Woodworth, en compagnie de la TF 38, couvrait l'avancée de l'assaut sur l'île Verte. Le lendemain, le groupe de travail a été attaqué par un groupe de six bombardiers en piqué ennemis. Saint Louis a été touché et a subi la perte de 23 hommes. Plusieurs fouineurs se sont approchés plus tard du groupe de travail et ont été pris sous le feu, Woodworth Les canons du ' en représentaient un, tandis qu'elle et ses navires jumeaux n'ont subi ni pertes ni dommages. Les 14 et 15 février, Woodworth, avec Farenholt, Buchanan, Lansdowne, et Lardner, a effectué un balayage anti-navigation du canal Saint-Georges au nord de Rabaul, en Nouvelle-Bretagne, mais n'a rencontré aucun navire japonais. Les 17 et 18 février, les mêmes destroyers bombardent Rabaul et des batteries côtières sur Praed Point. Woodworth a tiré des torpilles sur deux navires quittant le port de Simpson et plus tard sur de grands groupes de navires dans la baie de Kervia. Elle a également tiré avec ses armes sur des cibles près de Timber Point et de Cape Gazelle. Le 24 février, alors qu'il effectuait un balayage anti-navigation le long de Truk-Kavieng, en Nouvelle-Irlande, sur des voies de navigation à environ 60 milles au nord-ouest de Kavieng, il établit un contact radar avec un navire marchand japonais et un grand pétrolier lourdement chargé. Woodworth a tiré 38 obus de 5"/38-calibre sur le navire marchand qui a été fermé et coulé par DesDiv 24. Woodworth fishtailed à divers moments pour éviter les coquillages des batteries à terre. Deux navires ennemis ont été coulés dans le port, et un autre a été endommagé et a brûlé. Le navire de guerre américain a également incendié de nombreuses barges dans le détroit de Steffen et engagé des batteries côtières japonaises. Woodworth arrivé à Port Purvis, sur l'île de Floride, le 26 février.

Du 1er au 21 mars, Woodworth a mené des exercices d'entraînement, des missions d'escorte, des recherches anti-sous-marines et des opérations de chasse aux barges dans les Îles Salomon. Elle a tiré sur les positions ennemies et n'a rencontré aucune opposition. Woodworth a quitté Port Purvis avec Buchanan le 22 mars, à destination de Pearl Harbor. Elle a rejoint TG 35.6 avec un convoi marchand de cinq navires de Guadalcanal et a procédé à Hawaï avec elle. Le 9 avril, Woodworth a dégagé Pearl Harbor et s'est rendu à San Francisco. Il a été mis en cale sèche au Mare Island Navy Yard le 15 avril 1944.

Le destroyer a subi une révision et des exercices de remise à niveau jusqu'au 21 juillet, date à laquelle il a rejoint TG 12.1 et s'est rendu à Hawaï lors d'une croisière présidentielle avec Dunlap, Cummings, Ventilation, et Baltimore. Baltimore transportait le président Franklin D. Roosevelt à Pearl Harbor pour discuter de la stratégie future dans le Pacifique avec l'amiral Chester Nimitz et le général Douglas MacArthur. À la suite de la conférence historique, le groupe de travail a emmené le président au nord de l'Alaska et des îles Aléoutiennes. M. Roosevelt est parti Baltimore à Kodiak, en Alaska, le 8 août, et s'est rendu à Bremerton, dans l'État de Washington, le Cummings. Woodworth est arrivé à San Francisco, Californie le 14 août 1944, mais a navigué le lendemain pour Pearl Harbor, où il est arrivé le 20 août pour plus d'un mois d'exercices d'entraînement. Le 30 septembre, elle est entrée dans l'atoll d'Ulithi pour une patrouille anti-sous-marine et, le 7 octobre, elle a rejoint la TG 38.1.

Fin 1944, lors d'un ravitaillement en mer depuis Salamaou, « Woodworth » a subi de nombreux dommages superficiels à la suite d'une collision à mi-avitaillement. Le quartier-maître de première classe LG Chacona, alors qu'il manœuvrait au volant pendant l'exercice, a lutté contre une dérive vers bâbord jusqu'à ce que le navire ait dévié suffisamment de sa trajectoire pour provoquer la hawserline, dont l'utilisation a été interrompue à la suite de l'accident, reliant les deux arcs à casser . Peu de temps après, les conduites de carburant se sont également cassées, provoquant un déversement de carburant sur les ponts. Lorsque les bateaux se sont heurtés, Woodworth subi de lourds dommages le long du pont à bâbord. Salamaou n'a subi qu'un trou dû à la perforation de Woodworth l'ancre bâbord de ', ce qui entraîne Salamaou être surnommé « l'ouvre-boîte ». "Woodworth" est retourné au port de Salerne pour des réparations avant de reprendre son service.

Les porteurs de Woodworth Le groupe opérationnel du ' a lancé une frappe aérienne sur Okinawa le 10 octobre, et les avions ont ensuite attaqué les installations japonaises à Aparri, dans le nord de Luzon. Le 12 octobre, les premières frappes sur Formose sont lancées. Woodworth était sur un poste de piquetage à 12 milles à l'est de la formation lorsqu'elle a été attaquée par des avions lance-torpilles japonais à 18 h 15. Elle a tiré sur plusieurs avions mais n'a réussi à marquer aucun coup. Le navire a subi de lourds dommages dus aux intempéries et a dépensé 160 cartouches de 5 pouces, 100 cartouches de 40 millimètres et 320 cartouches de 20 millimètres. Le lendemain, cinq avions bimoteurs japonais basés à terre attaquèrent la formation. Woodworth abattu un avion qui s'est écrasé en flammes après être passé au-dessus du fantail. Pendant l'action, Canberra a été touché par une torpille et a subi de lourds dommages. Une troisième journée de frappes contre Formose le 14 a provoqué trois vagues d'attaques aériennes par les Japonais. Des combattants amis ont intercepté et repoussé les deux premières frappes. La troisième vague se composait de huit ou neuf avions ennemis Woodworth a affirmé en avoir abattu trois : « On a vu deux avions prendre feu. C'était un joli spectacle. Tous les avions détruits étaient attribués à l'utilisation de projectiles Mk 32 dont Woodworth utilisé 75 pour cent. Dans cette action, Houston a été torpillé et fortement endommagé.

Le 15 octobre, le TG 38.1 commença les préparatifs d'attaques contre les installations japonaises aux Philippines. Le premier d'entre eux s'est produit le 18 octobre à Luzon, aux Philippines. Ces attaques se sont poursuivies jusqu'à la fin du mois pour soutenir la première phase de la libération des Philippines par le major-général Douglas MacArthur. Woodwortha ensuite été détaché du TG 38.1 et a navigué jusqu'au golfe de Leyte pour rejoindre le TG 30.3 avant qu'il ne parte pour Ulithi.

Woodworth a passé le novembre dans des exercices de dépistage, une patrouille anti-sous-marine à Eniwetok et a escorté un convoi vers les îles Palau. Elle passa le mois de décembre à patrouiller au large de Peleliu et de l'île d'Angaur dans le groupe Palau, menant une patrouille anti-sous-marine indépendante et escortant un convoi jusqu'au golfe de Leyte. Woodworth et McCalla puis a passé au crible un convoi de cinq navires à destination d'Ulithi le 2 janvier 1945. Là, Woodworth a fait l'objet d'un appel d'offres jusqu'au 11 janvier. Le lendemain, elle participe au sauvetage du LCI(L)-600 et participe aux opérations de chasseurs-tueurs avec McCalla.

Woodworth a débuté sous le nom de TU 94.18.12 le 15 janvier pour l'entraînement au tir. Elle a été embarquée par le capitaine W. P. Burford et le personnel et a servi de navire de station pour l'entraînement au tir au large de Kossol Roads, Palau, tout au long du mois de février. Le 12 mars, le capitaine Burford relève le commandant D. E. Brown sous le nom de CTU 94.6.21. Ainsi, Woodworth est devenu le navire station pour le Ulithi Surface Patrol and Escort Group et a participé aux opérations de recherche et de sauvetage pour le reste du mois de mars. Woodworth a subi ensuite la disponibilité d'appel d'offres et a pris la station de patrouille du Canal de Mugai à l'entrée du Port d'Ulithi le 25 avril. Elle a participé à des exercices d'escorte et de tir avec Entreprise et Hubbard jusqu'au 5 mai.

Woodworth a patrouillé la zone de mouillage de transport au sud-ouest d'Okinawa le 9 mai le lendemain, elle a escorté Île Makin au port de Kerama Retto et y a rejoint une unité opérationnelle composée de six CVE et neuf escortes. Du 10 mai au 28 mai, Woodworth pris part aux frappes aériennes quotidiennes sur Okinawa. Le 28 mai, elle et Henley escorté Baie de Natoma à Kerama Retto, Okinawa Shima, où Woodworth a subi des réparations jusqu'au 6 juin. Le lendemain, alors qu'ils menaient des frappes aériennes sur Miyako Retto de Sakishimo Gunto, deux avions ennemis non détectés ont fermé la formation et effectué des plongées suicide sur les CVE. L'un s'est écrasé dans la baie de Natoma et l'autre dans la mer.

Woodworth a soutenu des frappes aériennes sur Okinawa Kyūshū, au Japon et sur diverses îles des Ryukyus du 8 au 21 juin, date à laquelle elle a sauvé un pilote écrasé de Baie de vapeur. Elle a passé les 22 et 23 juin sur le devoir de piquetage de radar d'Okinawa et a quitté le Ryukyus le 24 juin, attaché pour le Golfe Leyte. Il a été soumis à un appel d'offres du 1er au 10 juillet lorsqu'il s'est concentré sur le contrôle du ravitaillement et du ravitaillement de la TF 38 (Fast Carrier Force) et a consacré le reste du mois de juillet à l'assistance aux opérations logistiques de la Fast Carrier Force lors des frappes sur les principales îles de Japon.

Le 2 août, Woodworth escorté Neshanic via Guam à Ulithi. Le 12, Woodworth s'est joint pour tenter de sauver un pilote abattu, mais il était mort lorsque les secours sont arrivés. Le 14 août, Woodworth a reçu l'ordre de se rendre indépendamment à Iwo Jima pour ramasser le courrier et les passagers de la Fast Carrier Force. Elle a participé au ravitaillement et au réapprovisionnement des flattops le 18 août. Le 22 août, il est ensuite affecté à une unité opérationnelle organisée autour du contre-amiral Thomas L. Sprague en Ticonderoga which was charged with providing air coverage for the first occupation force to go to the Japanese homeland. On 5 September, Woodworth took part in firing practices and replenishment until 10 September when she anchored in Tokyo Bay. But for brief training and escort periods at sea, she remained there through the end of the month.

On 1 October, Woodworth got underway for Okinawa and left that island on 6 October, bound for home with 50 men and eight officers embarked as passengers for the voyage. She arrived in Portland, Oregon, on 19 October and, 10 days later, headed south for San Pedro, California.

Post War and the Italian Navy [ edit | modifier la source]

Woodworth was transferred to the Atlantic Fleet in November and proceeded through the Panama Canal to Charleston, South Carolina. After inactivation overhaul there,the destroyer was placed out of commission, in reserve, on 11 April 1946. She was placed in service on 30 January 1947 for Naval Reserve training duty. Placed in full commission on 21 November 1950, the ship was briefly assigned to the 3rd Naval District before she was decommissioned at the New York Naval Shipyard on 14 January 1951 and overhauled to prepare her for transfer to the Government of Italy. Her name was struck from the Navy list on 22 January 1951, and she was turned over to the Italian Navy on 11 June 1951.

She served Italy as Artigliere (D-553), operating as a command ship for motor torpedo boat flotillas—until struck from the Italian Naval Vessel Register in January 1971 and scrapped.

Named 'Artigliere' by the Italians, and used for turbine instruction for naval cadets, one of her propellors - with the name 'Woodworth' inscribed - stands on a plinth in front of the naval school of Cala Chiesa, La Maddalena, Sardinia. Raised and taken to Naples for scrapping after lying half sunk in front of the Italian Naval School for a number of years. It can be presumed that she sank from neglect, though there are suggestions she was sunk deliberately to obtain the break-up contract.


USS Tallulah - History

56 Tons
80' x 20' 8" x 5'
1 x 40mm
1 x 37mm cannon
1 x 20mm cannon
2 x Twin .50 cal MG
4 x Torpedo Tubes

Ship History
Built Electric Boat Company (Elco) in Bayonne, NJ. Laid down March 21, 1942. Launched July 3, 1942. Completed July 18, 1942. Delivered to the U.S. Navy (USN) as PT-112.

Histoire de la guerre
Assigned to Motor Torpedo Boat Squadron 5 (MTBRon 5) under the command of Commander Henry Farrow, USN. Assigned to the Panama Canal zone during September 1942.

On September 22, 1942 assigned to Motor Torpedo Boat Squadron Two (MTBRon 2) under the command of Lt Rollin E. Westholm, USN. During early October 1942, loaded aboard USS Tallulah (AO-50) as deck cargo along with PT-111 and shipped to the South Pacific.

On January 10, 1943 during the evening, PT-112 under the command of Lt. Westholm departed with PT-43, PT-40 on a mission to intercept eight Japanese destroyers expected off after midnight and patrolled off the north coast of Guadalcanal between Cape Esperence and Aruligo. Another group including PT-59, PT-46 and PT-36 patrolled between Tassafaronga to Doma.

Sinking History
On January 11, 1943 at 12:30am while patrolling off Guadalcanal a quarter mile offshore spotted four destroyers to the southeast roughly a mile offshore, the last destroyer turned back towards Savo Island while the other three continued on their course. PT-112 motored in close to the target and fired all four torpedoes, one of which hit Hatsukaze, severely damaging the destroyer and putting a huge column of water into the air.

After the attack, PT-112 had to turn hard left to avoid a collision and passed astern of the Hatsukaze as other ships opened fire. Turning east under fire, PT-112 was hit twice at the waterline and near the forward bulkhead of the engine room. Damaged, Lt. Westholm ordered the crew to abandon ship and was the last to leave.

The crew deployed their life raft while PT-112 remained afloat. At 1:30am, Westholm attempted to return to the vessel and paddled to within 100' when the ship exploded and settled by the stern. By dawn, PT-112 sank into Iron Bottom Sound roughly one mile east of Cape Esperence on Guadalcanal.

Fates of the Crew
Afterwards, the crew was rescued by other PT Boats active that night and returned to duty.

Contribuer des informations
Are you a relative or associated with any person mentioned?
Vous avez des photos ou des informations supplémentaires à ajouter ?


Alabama's history: Three generations of Bankheads were the state's shining stars

From the beginning of the Civil War until the end of the Second World War, no family had as dramatic an impact on our state as the Bankheads of west Alabama. Members of the family graced the covers of Temps magazine, presidents attended their funerals, and without their support, Franklin Delano Roosevelt's New Deal legislation might never have passed. This is their story.

In September 1842, Alabama had been a state for barely two decades. It was fewer than 20 years before a civil war would convulse the entire country, with the sons and fathers of the South and North doing bloody battle for four long, heart-stricken years that would leave over 600,000 Americans dead on battlefields from the blistering plains of Texas to the wooded valleys of Pennsylvania.

John Hollis Bankhead (Courtesy Alabama Department of Archives and History)

To this era was born John Hollis Bankhead (1842-1920) in Lamar County. John Hollis enlisted in the Confederate Army at the age of 19 and was wounded in several battles but emerged from the war whole of limb with a captain's rank. A member of both the House of Representatives and the State Senate during Reconstruction, in 1881 this ambitious man secured an appointment as warden of the state's penitentiary in Wetumpka.

In 1886, he rose to national prominence after winning the Sixth Congressional District that included Walker, Lamar, and Fayette counties. Bankhead served in the U.S. House for 20 years before his appointment to the Senate in 1907 (U.S. Senators were then elected or appointed by state legislatures) where he served until his death in 1920.

With his wife, Tallulah Bankhead (formerly Brockman), John Hollis had five children: Louise, Marie, John Hollis II, William, and Henry. The two oldest sons would rise to positions of prominence that would rival their father's remarkable achievements.

John Hollis Bankhead II (1872-1946) attended schools in Wetumpka and Fayette before receiving degrees at the University of Alabama and Georgetown Law School. In 1894, he moved to Jasper and married his high-school sweetheart, the daughter of a local merchant. Like his father, John Hollis went into politics and served at the 1901 Alabama constitutional convention. Elected to the U.S. Senate in 1930, John Hollis was a key supporter of President Roosevelt's New Deal policies. He died of a heart attack in 1946 and is buried at Oak Hill Cemetery in Jasper.

The most notable child of the first John Hollis Bankhead was William B. Bankhead (1874-1940) who served as the Speaker of the U.S. House of Representatives. Like his older brother, William attended county schools in west Alabama before also receiving degrees at the University of Alabama and Georgetown Law School.

After a brief stint as Huntsville's city attorney, he moved to Jasper in 1905 to practice law with his older brother. From 1910 to 1914, William served as a local prosecutor, before winning a seat in the U.S. House of Representatives in 1916. In 1935 William was elected House majority leader and then Speaker of the House in 1936.

William B. Bankhead (Courtesy Alabama Department of Archives and History)

As Speaker, William B. Bankhead was one of the most powerful men in the country. Like his brother, William was a staunch supporter of FDR's New Deal policies that had a momentous impact on the South. Of perhaps greater significance, Speaker Bankhead opposed isolationist sentiment in Congress in the years leading up to World War II and helped defeat a proposed Constitutional amendment requiring a national referendum for a declaration of war.

Bankhead died in 1940 after an abdominal hemorrhage. Contemporary accounts estimated that 40,000 people attended his funeral at the First Methodist Church in Jasper. Among the attendees were President Roosevelt, Vice-President Truman, members of Roosevelt's Cabinet, and numerous Congressmen

The most colorful character of the family was actress and socialite Tallulah Bankhead (1902-1968), the daughter of William and granddaughter of John Hollis Bankhead. Born in Huntsville, Tallulah was determined from an early age to be an actress, a not-altogether respectable profession for young ladies at the time. But through a mixture of talent, shrewdness, and grit, the young actress ascended to the heights of the film industry in its earliest days in the 1920s and 30s, co-starring in films with Gary Cooper and Cary Grant.

In 1944, acclaimed movie director Alfred Hitchcock tapped her for a starring role in Lifeboat, adapted from a John Steinbeck short story. Tallulah's career arc probably reached its apex in 1948 when Temps magazine put her on its cover as the magazine lauded her role in Broadway's Private Lives. A life-long opponent of segregation, Tallulah in her later years wrote articles calling for racial equality.

The Bankhead family is singular for its impact on the history and culture of Alabama and the nation. This summer, I encourage you to find out more about this fascinating family. The Bankhead House and Heritage Center in Jasper is a wonderful place to visit, and the Department of Archives and History in Montgomery is also an excellent source for additional information.

Note to readers: if you purchase something through one of our affiliate links we may earn a commission.


Karl Wallenda’s Walk Across Tallulah Gorge-July 18, 1970

How do you revive interest in a resort town featuring spectacular waterfalls plunging through a 750-foot-deep gorge?

Why, obviously, you would hire a 65-year-old daredevil to walk across the gorge on a tightrope.

That is exactly what happened in Tallulah Falls 50 years ago on July 18, 1970.

Karl Wallenda, founder of the famous Flying Wallendas, was hired to reignite Tallulah Falls tourism by “tightroping” his way across Tallulah Gorge.

Reverend James Turpin, pastor of Tallulah Falls United Methodist Church, gave the invocation for Wallenda before his walk. “We prayed him across, we just prayed him across,” Turpin later recalled later. Praying with him were 30,000 spectators, who paid $5 each for the privilege. Children were admitted for $2. The entry fee was waived for Georgia Governor Lester Maddox.

The huge crowd watched as Wallenda gingerly stepped along a 5/8-inch-thick steel cable, strung more than 1,000 feet across the Gorge. He interrupted his walk with two handstands. After 18 minutes, he hopped off the cable on the other side, where his wife handed him a congratulatory martini despite the fact that Rabun County officially was dry.

One of the towers embedded in a concrete platform that held the wire is still visible along the trail on the north side of Tallulah Gorge. And the suit Wallenda wore for his crossing is on display at the Tallulah Gorge Interpretive Center.

Karl Wallenda continued amazing people around the world with his daredevil stunts for eight more years. On March 22, 1978 at the age of 73, he plunged to his death while attempting to walk a cable strung between two towers of the 10-story Condado Plaza Hotel in San Juan, Puerto Rico.

Karl’s great-grandson, aerialist Nik Wallenda, announced in 2015 that he would recreate the Tallulah Gorge stunt on its 45th anniversary. Only he would do it with a high-tech twist.

The BBC had recorded the 1970 crossing, and Nik planned to superimpose Karl’s image against his own during the commemorative walk across the Gorge. “To be able to walk literally in his footsteps is what my life’s about, ” he told the Associated Press.

But Nik canceled the event, saying that the technology “isn’t there yet. It’s under development, and we’re waiting for that.”

Apparently, Nik is still waiting.

Despite the attention showered on Karl Wallenda, the honor for the first tightrope crossing of Tallulah Gorge goes to J.A. St. John, known as Professor Leon.

The Professor was quite the entertainer in his day. The stuntman had come to Atlanta in 1886, where, among other feats, he walked across a tightrope strung between buildings on Peachtree Street.

At that time, Tallulah Falls was coming into its own as a major tourist destination thanks to the Tallulah Falls Railroad, which reached the town in 1882. To generate even greater tourist interest, a hotel owner challenged Professor Leon to tightrope over the Gorge in the summer of 1886. The Professor accepted the challenge.

It was reported that a crowd of approximately 6,000 came to town to watch the event.

As Professor Leon approached the manila rope at a point called Devil’s Pulpit, his wife reportedly threw her arms around him and begged him not to go. He promised this would be his last stunt he solemnly bowed to the crowd and he boldly took his first step across the Gorge.

The crossing did not proceed exactly as planned. One of the guywires supporting the rope broke, forcing Professor Leon to straddle the rope with his legs until the problem was corrected. It was speculated that the guywire had been cut by a gambler, who bet the Professor would not complete his crossing.

Although the guywire was repaired, the rope continued to shake with every step he took. Halfway across the gorge, Professor Leon seemed to tire to the point of exhaustion. “Like a drunken man, he staggered on,” wrote one reporter. “Veins in his face were swollen like whiplashes.”

After 30 minutes, Professor Leon neared the finish. Eager hands reached out to pull him to safety. He fell flat to the ground exhausted and asked for a doctor.

He initially had planned to walk the rope back to the other side. Because of his condition, he was advised not to take the chance much to the relief of his wife.

The gambler betting on the Professor’s demise probably would have preferred another try.

This article by Society member Richard Cinquina was originally published in the Clayton Tribune on July 16, 2020.

About the Rabun County Historical Society

The Rabun County Historical Society is dedicated to keeping alive Rabun County’s 200-year history in the Appalachian Mountains of Georgia. We collect, preserve and display important historic artifacts, photographs and records in our 2,300-square-foot museum and archives located at 81 North Church Street in downtown Clayton, Georgia. The Society is a not-for-profit organization under Section 501(c)(3) of the Internal Revenue Code, making membership dues and donations fully tax deductible. For more information, please contact us.


D 553 - ITS Artigliere

USS Woodworth (DD-460) was a Benson-class destroyer in the United States Navy during World War II. She was named for Commander Selim E. Woodworth.

Woodworth was laid down on 13 January 1941 at San Francisco, California, by the Bethlehem Steel Company launched on 29 November 1941 sponsored by Mrs. Selim E. Woodworth, niece and daughter-in-law of Commander Woodworth and commissioned on 30 April 1942, Lieutenant Commander R. C. Webb, Jr., in command.


Service history (USS Woodworth)

La Seconde Guerre mondiale

After four months spent in fitting out and shakedown, Woodworth spent the remainder of 1942 performing escort duty in the Southwest Pacific area. She stopped at many ports between Australia and Guadalcanal. Woodworth was attached to Task Force (TF) 65 in January 1943, conducting patrols and exercises at the western entrance to Espiritu Santo, New Hebrides.

On 2 February, Woodworth passed to the control of Vice Admiral Richard P. Leary who commanded TF 69 from his flagship, New Mexico. Two days later, that formation was merged with TF 18 consisting of Wichita, two aircraft carriers, three light cruisers, and four destroyers. An oiler and another destroyer also joined the force on the 5th. The month of February was devoted to patrolling and escorting transports in waters between the Solomon Islands and the New Hebrides. After escorting transports to the Fiji Islands on 1 March, Woodworth returned to Espiritu Santo on the 13th and joined TF 15 organized around Enterprise. Woodworth entered port at Espiritu Santo on 21 March and the following day commenced tender availability. On 3 April, she headed back to the Solomons, arriving at Tulagi on the 5th for entrance patrol. The next day, Woodworth escorted Tappahannock to Kukum and then resumed her patrol.

On the 7th, while escorting Tappahannock in the Solomons area, Woodworth came under enemy air attack by six planes north of Rua Sura Island. Four bombs dropped close aboard Tappahannock. Two struck the sea on the starboard side and threw considerable water over the ship. The attack, which lasted about four minutes, caused no personnel casualties and only minor material damage. Woodworth spent the remainder of April and early May in tactical training exercises, escort, and patrol in waters between the New Hebrides and New Caledonia. From 8 May to 29 June, Woodworth escorted transports carrying reinforcements to Guadalcanal and helped to screen TF 10 - consisting of two carriers, three battleships, one cruiser, and several destroyers - to Noum a. Woodworth continued on to Auckland, New Zealand, where she underwent restricted availability before escorting Tallulah to Noum a. Woodworth then screened transports steaming from Espiritu Santo to Guadalcanal.

On 30 June, while escorting amphibious forces to Rendova Island, Solomon Islands, Woodworth came under air attack by 12 low-flying Japanese torpedo bombers. Woodworth's maneuvers enabled her to avoid the torpedoes, and she suffered only one personnel casualty and mere superficial damage from three machine gun hits.

On 2 July 1943, Woodworth and Jenkins bombarded Japanese positions on Wickham Island, Vonguna, New Georgia, to assist the advance of troops ashore. The next day, Woodworth sailed for Tulagi, touched at Port Purvis and Rendova Harbor, and arrived off Rice Anchorage on 5 July 1943 to participate in the first landing operations there. Later that day, she headed for Port Purvis. On 11 July, Woodworth, along with Kilty, Crosby, and Schley, took part in the second landing operations at Rice Anchorage. While returning to Guadalcanal the following morning, Taylor fired on, depth charged, but failed to sink I-25.

On 13 July, as part of Task Group (TG) 36.1, Wood-worth took part in the Battle of Kolombangara, one of a series of naval engagements for control of waters between Vella La Vella and Kolombangara to the south and Choiseul to the north. The Japanese force consisted of one cruiser and five destroyers. Woodworth fired four torpedoes, and a fifth misfired. During the action, she was struck a glancing blow to the stern by Buchanan, causing some flooding and light damage, but she continued to screen St. Louis which was hit by a torpedo. Gwin was also hit and exploded. Nothing could be seen of that destroyer but a 300-foot-high column of smoke. Damage control efforts for Gwin were futile, and she was scuttled. Woodworth suffered no personnel casualties.

Woodworth conducted patrol and escort operations between Espiritu Santo and Guadalcanal until 7 October when she joined TF 38. Following training exercises, she departed Espiritu Santo on 29 October with TF 38 organized around Saratoga and Princeton. They launched air attacks on Buka, Shortland Islands, on 1 and 2 November 1943 and conducted raids on Rabaul on 5 and again on 11 November before becoming detached from TF 38 on the 14th.

Woodworth sailed for Guadalcanal on 16 November in the escort of Pincvkney, then took part in patrol operations in the Solomon area until late December as part of TG 36.1. On 26 December, Woodworth departed Espiritu Santo to carry a deck cargo of 1,500 rounds of 5-inch projectiles and 1,500 rounds of 5-inch powder charges to Port Purvis near Tulagi.

On the evening of 8 January 1944, Woodworth took part in the bombardment of the Shortland Islands and encountered ineffective return fire from the shore. She conducted escort and patrol operations between the northern Solomons and the Bismarck Archipelago until 13 January when she joined Destroyer Squadron (Des Ron) 12 and, with Farenholt, Lansdowne, and Buchanan, conducted a bombardment of shore installations, barge concentrations, and staging points on the northeast coast of Bougainville, Baniu Harbor, and Ruri Bay, Solomon Islands but she encountered no return fire and no air or surface opposition. While transiting Bougainville Strait, Woodworth fired five salvoes at a Japanese tent camp on the northwest tip of Choiseul Island. She then spent the remainder of January and February, through the 13th, in escort and training exercises to Torokina, barge-hunting off Bougainville, escort to Port Purvis, and escort and training exercises at Sydney, Australia.

On 13 February, Woodworth, in the company of TF 38, covered the advance of the assault on Green Island. The following day, the task force was attacked by a group of six enemy dive bombers. St. Louis was hit and suffered the loss of 23 men. Several snoopers later approached the task force and were taken under fire, Woodworth's guns accounted for one while she and her sister ships sustained no casualties or damage. On 14 and 15 February, Woodworth, with Farenholt, Buchanan, Lansdowne, and Lardner, conducted an antishipping sweep of St. George's Channel north of Rabaul, New Britain, but encountered no Japanese vessels. On 17 and 18 February, the same destroyers bombarded Rabaul and shore batteries on Praed Point. Woodworth fired torpedoes at two ships leaving Simpson Harbor and later at large groups of ships in Kervia Bay. She also fired her guns at targets near Timber Point and Cape Gazelle. On 24 February, while conducting an antishipping sweep along Truk-Kavieng, New Ireland, shipping lanes about 60 miles northwest of Kavieng, she made radar contact with a Japanese merchant vessel and a large, heavily laden tanker. Woodworth fired 38 rounds of 5"/38-caliber at the merchant vessel which was closed and sunk by DesDiv 24. Woodworth fishtailed at various times to avoid shells from the shore batteries. Two enemy ships were sunk in the harbor, and one other was damaged and left burning. The American warship also set numerous barges afire in Steffen Strait and engaged Japanese shore batteries. Woodworth arrived at Port Purvis, Florida Island, on 26 February.

From 1 through 21 March, Woodworth conducted training exercises, escort missions, antisubmarine searches, and barge-hunting operations throughout the Solomon Islands. She fired at enemy positions and encountered no opposition. Woodworth departed Port Purvis with Buchanan on 22 March, bound for Pearl Harbor. She joined TG 35.6 with a merchant convoy of five ships off Guadalcanal and proceeded to Hawaii with it. On 9 April, Woodworth cleared Pearl Harbor and steamed to San Francisco. She was drydocked at the Mare Island Navy Yard on 15 April 1944.

The destroyer underwent an overhaul and refresher training exercises until 21 July when she joined TG 12.1 and steamed to Hawaii on a presidential cruise with Dunlap, Cummings, Fanning, and Baltimore. Baltimore was carrying President Franklin D. Roosevelt to Pearl Harbor to discuss future strategy in the Pacific with Admiral Chester Nimitz and General Douglas MacArthur. Following the historic conference, the task force took the President north to Alaska and the Aleutian Islands. Mr. Roosevelt left Baltimore at Kodiak, Alaska on 8 August, and proceeded to Bremerton, Washington, on Cummings. Woodworth arrived at San Francisco, California on 14 August 1944, but sailed the following day for Pearl Harbor, where she arrived on 20 August for more than one month of training exercises. On 30 September, she entered Ulithi Atoll for antisubmarine patrol and, on 7 October, she joined TG 38.1.

In late 1944, while refueling at sea from Salamaua, "Woodworth" sustained numerous superficial damages as a result of a mid-refueling collision. First Class Quartermaster L. G. Chacona, while manning the wheel during the exercise, struggled against a port-ward drift until the ship veered off course enough to cause the hawserline, whose usage was discontinued as a result of the accident, connecting the two bows to snap. Soon after the fuel lines also snapped causing a fuel spill over the decks. As the boats collided, Woodworth sustained heavy damage along the port side bridge. Salamaua sustained only a hole from puncture of Woodworth's port anchor, resulting in Salamaua being nicknamed "The Can-Opener". "Woodworth" returned to the port of Salerno for repairs before returning to duty.

The carriers of Woodworth's task group launched an air strike on Okinawa on 10 October, and the planes later raided Japanese installations at Aparri, northern Luzon. On 12 October, the first strikes on Formosa were launched. Woodworth was on a picket station 12 miles east of the formation when she was attacked by Japanese torpedo planes at 1815. She fired at several planes but failed to score any hits. The ship sustained heavy weather damage and expended 160 rounds of 5-inch ammunition, 100 rounds of 40-millimeter, and 320 rounds of 20-millimeter. The following day, five Japanese twin-engine, land-based planes attacked the formation. Woodworth shot down one plane which crashed in flames after passing over the fantail. During the action, Canberra was hit by a torpedo and sustained heavy damage. A third day of strikes against Formosa on the 14th summoned three waves of air attacks by the Japanese. Friendly fighters intercepted and repelled the first two strikes. The third wave consisted of eight or nine enemy aircraft Woodworth claimed to have shot down three: "Two planes were seen to burst into flames. It was a pretty sight." All the planes destroyed were credited to the use of Mk 32 projectiles of which Woodworth used 75 percent. In this action, Houston was torpedoed and heavily damaged.

On 15 October, TG 38.1 began preparations for attacks on Japanese installations in the Philippines. The first of these occurred on 18 October at Luzon, Philippine Islands. These attacks continued through the end of the month to support the first phase of Major General Douglas MacArthur's liberation of the Philippines. Woodworthwas then detached from TG 38.1 and steamed to Leyte Gulf to join TG 30.3 before it sailed for Ulithi.

Woodworth spent November in screening exercises, antisubmarine patrol at Eniwetok, and escorted a convoy to the Palau Islands. She spent December patrolling off Peleliu and Angaur Island in the Palau group conducting independent antisubmarine patrol and escorting a convoy to Leyte Gulf. Woodworth and McCalla then screened a five-ship convoy to Ulithi on 2 January 1945. There, Woodworth underwent tender availability until 11 January. The next day, she assisted in the rescue of LCI(L)-600 and participated in hunter-killer operations with McCalla.

Woodworth got underway as TU 94.18.12 on 15 January for gunnery practice. She was boarded by Capt. W. P. Burford and staff and served as a station ship for gunnery practice off Kossol Roads, Palau, throughout February. On 12 March, Captain Burford relieved Commander D. E. Brown as CTU 94.6.21. Thus, Woodworth became the station ship for the Ulithi Surface Patrol and Escort Group and participated in search and rescue operations for the remainder of March. Woodworth next underwent tender availability and took patrol station off Mugai Channel at the entrance to Ulithi Harbor on 25 April. She took part in escort and gunnery exercises with Enterprise and Hubbard until 5 May.

Woodworth patrolled the transport anchorage area southwest of Okinawa on 9 May the following day, she escorted Makin Island to Kerama Retto harbor and there joined a task unit consisting of six CVEs and nine escorts. From 10 May through 28 May, Woodworth took part in daily air strikes on Okinawa. On 28 May, she and Henley escorted Natoma Bay to Kerama Retto, Okinawa Shima, where Woodworth underwent repairs until 6 June. The following day, while conducting air strikes on Miyako Retto of Sakishimo Gunto, two undetected enemy planes closed the formation and made suicide dives on the CVE's. One crashed into Natoma Bay and the other into the sea.

Woodworth supported air strikes on Okinawa Kyūshū, Japan and various islands of the Ryukyus from 8 June until 21 June when she rescued a crashed pilot from Steamer Bay. She spent 22 and 23 June on radar picket duty off Okinawa and departed the Ryukyus on 24 June, bound for Leyte Gulf. She underwent tender availability from 1 to 10 July when she turned her attention to screening the fueling and replenishing of TF 38 (Fast Carrier Force) and devoted the remainder of July to assisting logistic operations for the Fast Carrier Force during strikes on the main islands of Japan.

On 2 August, Woodworth escorted Neshanic via Guam to Ulithi. On the 12th, Woodworth joined in an attempt to rescue a downed pilot, but he was dead when help arrived. On 14 August, Woodworth was ordered to proceed independently to Iwo Jima to pick up mail and passengers for the Fast Carrier Force. She joined in the refueling and replenishment of the flattops on 18 August. On 22 August, she was then assigned to a task unit organized around Rear Admiral Thomas L. Sprague in Ticonderoga which was charged with providing air coverage for the first occupation force to go to the Japanese homeland. On 5 September, Woodworth took part in firing practices and replenishment until 10 September when she anchored in Tokyo Bay. But for brief training and escort periods at sea, she remained there through the end of the month.

On 1 October, Woodworth got underway for Okinawa and left that island on 6 October, bound for home with 50 men and eight officers embarked as passengers for the voyage. She arrived in Portland, Oregon, on 19 October and, 10 days later, headed south for San Pedro, California.


Post War and the Italian Navy

Woodworth was transferred to the Atlantic Fleet in November and proceeded through the Panama Canal to Charleston, South Carolina. After inactivation overhaul there,the destroyer was placed out of commission, in reserve, on 11 April 1946. She was placed in service on 30 January 1947 for Naval Reserve training duty. Placed in full commission on 21 November 1950, the ship was briefly assigned to the 3d Naval District before she was decommissioned at the New York Naval Shipyard on 14 January 1951 and overhauled to prepare her for transfer to the Government of Italy. Her name was struck from the Navy list on 22 January 1951, and she was turned over to the Italian Navy on 11 June 1951.

She served Italy as Artigliere (D-553), operating as a command ship for motor torpedo boat flotillas - until struck from the Italian Naval Vessel Register in January 1971 and scrapped.


The Evil Boll weevil invades the Parish in 1907, threatening its major cash crop, cotton. In 1913, entomologists were sent to the Parish to eradicate them. This made a big impact on the population of the Parish.

As a result of crop dusting experiments, a new business was realized "Crop Dusting". From a Dusting business came today's Delta Airlines.


Madison Parish Courthouse was built in 1887 and renovated in 1937 by Works Progress Administration. The second most photographed courthouse in the state.

Stately Gazebo on the grounds was donated to the Parish by the ladies of the Tallulah Book Club organized in 1902 in order to provide a public library to the public. First public library begun after World War II.

Christmas on the Bayou


Voir la vidéo: HIRMS Tsesarevich - Guide 084