L'ascension d'Hitler au pouvoir - Histoire

L'ascension d'Hitler au pouvoir - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Adolph Hitler est né en Autriche en 1889. Hitler a combattu pendant la Première Guerre mondiale sur le front occidental, participant à de nombreuses batailles principales de la guerre. Il a été hospitalisé vers la fin de la guerre, pour cécité temporaire causée par le gaz moutarde. À sa sortie de l'hôpital, Hitler s'installe à Munich et devient informateur de la police, infiltrant le petit Parti des travailleurs allemands (DAP). Hitler a été impressionné par le parti et y est devenu actif. Il est devenu l'orateur le plus dynamique du parti, s'exprimant parfois devant une foule de 6 000 personnes. En juillet 1921, Hitler prit le contrôle du parti.
En 1922, Mussolini prend le pouvoir en Italie en organisant une marche sur Rome. Cela a encouragé Hitler et ce qui était devenu les nazis (ou Parti national-socialiste) à essayer de suivre sa voie et de s'emparer du pouvoir. Leur opportunité est venue après que Gustav Stresemann, chef d'un grand gouvernement de coalition, ait accepté une politique connue sous le nom de « accomplissement » ; qui remplit les obligations du traité allemand tout en s'efforçant de les réduire. Sa politique était très impopulaire auprès des nationalistes allemands. Hitler a décidé que le moment était venu d'essayer de prendre le pouvoir. Son plan était de prendre le contrôle du gouvernement bavarois. Une fois cela fait, ils marcheraient sur Berlin et prendraient le pouvoir. Malheureusement pour Hitler, le plan ne s'est pas déroulé comme prévu. Cela a commencé dans une brasserie de Munich dans la soirée du 8 novembre 1923, où les dirigeants de la Bavière faisaient la fête. Hitler en a pris le contrôle et les membres du parti ont pris le contrôle de certains endroits clés de la ville. Cependant, lorsque lui et son homme ont commencé une marche sur l'hôtel de ville, les dirigeants locaux se sont échappés et ont averti l'armée. L'armée a dispersé la manifestation et arrêté les dirigeants dont Hitler. Quatre policiers ont été tués dans les manifestations.
Les actions d'Hitler étaient considérées comme une trahison, passible de la peine de mort. Il a été condamné à seulement cinq ans de prison. Le juge a expliqué la peine légère en déclarant qu'Hitler avait agi « par un pur esprit patriotique et la plus noble volonté ». Hitler a été envoyé dans une prison où il a pu recevoir des visiteurs et des cadeaux à volonté. En prison, il a commencé à rédiger un livre intitulé Mein Kampf (Ma lutte). Il y expose sa vision de l'avenir de l'Allemagne. Dans le livre, il exposait clairement son point de vue selon lequel les conflits raciaux étaient l'essence de l'histoire et que les Juifs étaient l'ennemi juré du peuple allemand. Sous sa direction, le parti nazi briserait son pouvoir international et l'annihilerait alors totalement. Après avoir passé un an en prison, Hitler est libéré sur parole le 20 décembre 1924.
Le 27 février 1925, lors d'une réunion dans une cave à bière munichoise à laquelle assistaient 3 000 personnes, Hitler refonda le parti nazi. L'année suivante, il fonde la jeunesse hitlérienne et publie le deuxième volume de Mein Kampf. En 1927, la Bavière et la Saxe ont levé l'interdiction de parler en public d'Hitler qui avait été une condition de sa libération conditionnelle antérieure. Cette année-là, il a participé à 56 rassemblements publics. En 1928, le parti nazi se présente pour la première fois aux élections nationales. C'était l'un des 31 partis qui ont participé aux élections. Douze de ses membres ont été élus le Reichstag allemand (parlement). Douze des 491 sièges n'étaient pas exactement un gros vote de soutien, mais Hitler a tiré le meilleur parti de la nouvelle position de son parti au Reichstag.
En 1930, la Grande Dépression avait un effet majeur sur l'Allemagne, où près de 3 millions de personnes étaient au chômage. Les nationalistes allemands protestaient violemment contre un accord dans lequel les dernières troupes d'occupation alliées se sont retirées de la Rhénanie en échange de l'acceptation par l'Allemagne de payer une réparation très réduite pour ses actions pendant la Première Guerre mondiale. Les membres du parti nazi connus sous le nom de chemises brunes ont commencé l'année en tuant huit Juifs dans Berlin. Le 24 septembre, de nouvelles élections ont eu lieu pour le Reichstag. Les nazis menèrent une campagne vigoureuse et bien organisée. Les nazis ont surpris tout le monde en remportant 107 sièges, devenant le deuxième parti du Reichstag.
Hitler a refusé d'entrer dans un gouvernement de coalition. Il a demandé qu'il soit nommé chancelier. Le chancelier allemand Bruning a même refusé de l'envisager. Tout au long de l'année, le mouvement nazi a organisé des manifestations, des rassemblements appelant tous à la fin des réparations et à la fin de l'influence juive en Allemagne. Burining parvient à peine à maintenir sa coalition et les partis de droite dirigés par Hitler réclament de nouvelles élections. Pendant ce temps, lors des élections locales, le parti remporte continuellement des victoires de plus en plus importantes. Les chemises brunes nazies ont continué leur terreur dans les rues. Franz von Papen est devenu le nouveau chancelier d'Allemagne. Il dissout le Reichstag et convoque de nouvelles élections. Le 31 juillet 1932, des élections ont eu lieu et les nazis ont remporté 230 sièges au Reichstag, devenant le plus grand parti avec 37,5% des voix. Von Papen a refusé de laisser la place à Hitler pour devenir chancelier, le seul poste qu'il accepterait. Von Papen a appelé à de nouvelles élections et lors de ces élections tenues en novembre. Lors de ces élections, le vote des nazis a baissé et ils n'ont obtenu que 197 sièges. Lorsque Von Paper a démissionné, le président allemand Hideenburg a offert à Hitler le poste de chancelier. Hitler a refusé à moins qu'on ne lui donne des pouvoirs extraordinaires. Après plusieurs mois de troubles politiques au cours desquels les chemises brunes d'Hitler contrôlaient les rues, Hindenburg n'avait pas d'autre choix que d'offrir à nouveau à Hitler la chancellerie. Le 30 janvier, Hitler devint le nouveau chancelier d'Allemagne.

L'accession au pouvoir d'Hitler : une chronologie

L'accession au pouvoir d'Adolf Hitler a commencé pendant l'entre-deux-guerres en Allemagne, une période de grands bouleversements sociaux et politiques. En quelques années, le parti nazi est passé d'un groupe obscur à la principale faction politique du pays.

20 avril : Adolf Hitler est né à Braunau am Inn, en Autriche-Hongrie. Sa famille déménage plus tard en Allemagne.

Août: Hitler rejoint l'armée allemande au début de la Première Guerre mondiale. Certains historiens pensent que c'est le résultat d'une erreur administrative en tant que citoyen autrichien, Hitler ne devrait pas être autorisé à rejoindre les rangs allemands.

Octobre: L'armée, craignant d'être blâmée par une défaite inévitable, encourage la formation d'un gouvernement civil. Sous le prince Max de Bade, ils demandent la paix.

11 novembre: La Première Guerre mondiale se termine par la signature d'un armistice par l'Allemagne.

23 mars: Benito Mussolini forme le Parti national fasciste en Italie. Son succès aura une énorme influence sur Hitler.

28 juin : L'Allemagne est contrainte de signer le traité de Versailles, qui impose des sanctions strictes au pays. La colère contre le traité et le poids des réparations déstabiliseront l'Allemagne pendant des années.​

31 juillet : Un gouvernement allemand intérimaire socialiste est remplacé par la création officielle de la République démocratique de Weimar.

12 septembre : Hitler rejoint le Parti des travailleurs allemands, après avoir été envoyé pour l'espionner par l'armée.

24 février : Hitler devient de plus en plus important pour le Parti des travailleurs allemands grâce à ses discours. Le groupe déclare un programme en vingt-cinq points pour transformer l'Allemagne.

29 juillet : Hitler est en mesure de devenir président de son parti, qui est rebaptisé Parti national-socialiste des travailleurs allemands, ou NSDAP.

30 octobre : Mussolini parvient à transformer la chance et la division en une invitation à diriger le gouvernement italien. Hitler note son succès.

27 janvier : Munich organise le premier congrès du parti nazi.

9 novembre : Hitler pense que le moment est venu d'organiser un coup d'État. Aidé par une force de chemises brunes SA, le soutien du leader de la Première Guerre mondiale Erich Ludendorff et des habitants intimidés, il met en scène le Beer Hall Putsch. Il échoue.

Le premier avril: Après avoir transformé son procès en tribune pour ses idées et s'être fait connaître dans toute l'Allemagne, Hitler écope d'une dérisoire peine de cinq mois de prison.

20 décembre : Hitler est libéré de prison, où il a écrit le début de "Mein Kampf".

27 février : Le NSDAP s'était éloigné de l'influence d'Hitler pendant son absence désormais libre, il réaffirme le contrôle, déterminé à poursuivre une voie théoriquement légale vers le pouvoir.

5 avril : Le chef de guerre prussien, aristocratique et de droite Paul von Hindenburg est élu président de l'Allemagne.

Juillet: Hitler publie "Mein Kampf", une exploration fulgurante de ce qui passe pour son idéologie.

9 novembre : Hitler forme une unité de gardes du corps personnelle distincte de la SA, connue sous le nom de SS.

20 mai : Les élections au Reichstag ne rapportent que 2,6 % des voix au NSDAP. ??

4 octobre : Le marché boursier de New York commence à s'effondrer, provoquant une grande dépression économique en Amérique et dans le monde. Comme l'économie allemande a été rendue dépendante des États-Unis par le plan Dawes, elle commence à s'effondrer.

23 janvier : Wilhelm Frick devient ministre de l'Intérieur en Thuringe, le premier nazi à occuper un poste notable au sein du gouvernement allemand.

30 mars : Heinrich Brüning prend en charge l'Allemagne via une coalition de droite. Il souhaite mener une politique déflationniste pour contrer la dépression économique.

16 juillet : Face à la défaite sur son budget, Brüning invoque l'article 48 de la constitution, qui permet au gouvernement d'adopter des lois sans le consentement du Reichstag. C'est le début d'une pente glissante pour la démocratie allemande défaillante et le début d'une période de règne par les décrets de l'article 48.

14 septembre : Boosté par la hausse du taux de chômage, le déclin des partis du centre et un virage à la fois vers les extrémistes de gauche et de droite, le NSDAP remporte 18,3 % des voix et devient le deuxième parti du Reichstag. ??

Octobre: Le Front de Harzbourg est formé pour tenter d'organiser l'aile droite allemande en une opposition viable au gouvernement et à la gauche. Hitler rejoint.

Janvier: Hitler est accueilli par un groupe d'industriels, son soutien s'élargit et recueille de l'argent.

13 mars: Hitler arrive en bonne deuxième place aux élections présidentielles. Hindenburg rate de peu l'élection au premier tour.

10 avril : Hindenburg bat Hitler lors de la deuxième tentative pour devenir président.

13 avril : Le gouvernement de Brüning interdit aux SA et à d'autres groupes de marcher.

30 mai : Brüning est contraint de démissionner Hindenburg est convaincu de nommer Franz von Papen chancelier.

16 juin : L'interdiction de SA est révoquée.

31 juillet : Le NSDAP vote 37,4 % et devient le plus grand parti du Reichstag. ??

13 août : Papen offre à Hitler le poste de vice-chancelier, mais Hitler refuse, n'acceptant rien de moins que d'être chancelier.

31 août : Hermann Göring, longtemps un nazi de premier plan et un lien entre Hitler et l'aristocratie, devient président du Reichstag et utilise son nouveau pouvoir pour manipuler les événements.

6 novembre : Lors d'une autre élection, le vote nazi diminue légèrement.

21 novembre : Hitler refuse plus d'offres du gouvernement, ne voulant rien de moins que d'être chancelier.

2 décembre : Papen est expulsé et Hindenburg est influencé pour nommer le général et premier manipulateur de droite, Kurt von Schleicher, chancelier.

30 janvier : Schleicher est déjoué par Papen, qui persuade Hindenburg que Hitler peut être contrôlé, ce dernier est nommé chancelier, avec Papen vice-chancelier.

6 février : Hitler introduit la censure.

27 février : A l'approche des élections, le Reichstag est incendié par un communiste.

28 février : Citant l'attaque du Reichstag comme preuve d'un mouvement communiste de masse, Hitler adopte une loi mettant fin aux libertés civiles en Allemagne.

5 Mars: Le NSDAP, profitant de la peur communiste et aidé par une force de police désormais apprivoisée, renforcée par des masses de SA, obtient un taux de 43,9 pour cent. Les nazis interdisent les communistes.

21 mars: Lors de la "Journée de Potsdam", les nazis ouvrent le Reichstag dans un acte soigneusement mis en scène qui essaie de les montrer comme les héritiers du Kaiser.

24 mars : Hitler adopte la loi d'habilitation qui fait de lui un dictateur pendant quatre ans.

14 juillet : Avec l'interdiction ou la scission d'autres partis, le NSDAP devient le seul parti politique restant en Allemagne.

30 juin : Au cours de la "Nuit des longs couteaux", des dizaines de personnes sont tuées alors qu'Hitler brise le pouvoir des SA, qui défiaient ses objectifs. Le chef de la SA Ernst Röhm est exécuté après avoir tenté de fusionner ses forces avec l'armée.

3 juillet: Papen démissionne.

2 août : Hindenburg meurt. Hitler fusionne les postes de chancelier et de président, devenant le chef suprême de l'Allemagne nazie.


Hitler condamné pour son rôle dans le putsch de Beer Hall

Adolf Hitler est condamné pour son rôle dans le putsch de Beer Hall du 8 novembre 1923. La tentative de coup d'État à Munich par des membres de droite de l'armée et du parti nazi a été déjouée par le gouvernement, et Hitler a été accusé de haute trahison. Malgré sa condamnation, Hitler était sorti de prison avant la fin de l'année, avec sa position politique plus forte que jamais.

L'Allemagne était au milieu d'une crise nationale au début des années 1920. Après la Première Guerre mondiale, son économie était en ruine et l'hyperinflation a provoqué un mécontentement généralisé. Hitler et les nazis sont entrés dans cette brèche avec une démagogie souvent raciste qui a attiré un public important dans tout le pays.

Le coup d'État manqué s'est avéré être une aubaine pour Adolf Hitler. Son procès lui a valu plus d'attention et de publicité que jamais. Avec une foule de milliers de personnes, dont des journalistes du monde entier, observant les débats, Hitler a profité de cette opportunité pour passer à l'offensive.

Profitant de toutes les occasions pour détourner le sujet du putsch lui-même, Hitler a souvent prononcé des discours sur l'Allemagne&# x2019s sort d'après-guerre. Il a blâmé les Juifs, le marxisme et la France pour tous les problèmes du pays&# x2019, revenant à plusieurs reprises à son thème de l'hypernationalisme. Les juges de tendance conservatrice n'ont rien fait pour arrêter Hitler ou garder l'accent sur la tentative de coup d'État. Les procureurs, qui avaient été menacés par les étudiants d'Hitler&# x2019, ont hésité à contester l'accusé.

Il est vite devenu évident qu'Hitler gagnait la bataille des relations publiques en utilisant le procès de 25 jours comme vitrine de ses opinions d'extrême droite, même s'il était techniquement en train de perdre le procès. Dans sa plaidoirie finale, Hitler a déclaré qu'il ignorerait le verdict du tribunal parce que la « Cour éternelle de l'histoire » l'acquitterait.


Début de carrière d'Hitler

Adolf Hitler est né le 20 avril 1889 dans le village de Braunau am Inn, en Autriche-Hongrie.

Le début de carrière d'Hitler ne suggérait pas qu'il deviendrait si prospère et atteindrait une telle importance en politique que ses intérêts se situaient initialement dans les arts.

Au début de sa vie, Hitler l'a vu lutter à l'école, dont il prétendrait plus tard qu'il s'agissait de contrarier son père alors qu'il souhaitait devenir un artiste, une idée contre laquelle son père était contre.

Alois Hitler, son père, travaillait comme douanier et voulait qu'il travaille également dans la fonction publique, une idée qui repoussait Hitler.

On pense que 3 événements clés ont façonné la vie d'Hitler à mesure qu'il grandissait :

  • Le premier fut la mort de son père Alois Hitler en 1903 qui le rapprocha beaucoup plus de sa mère.
  • La seconde était la mort de sa mère en 1907. On pense que cela l'a beaucoup affecté car sur le lit de mort de sa mère, le médecin aurait dit

« Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi abattu par le chagrin qu'Adolf Hitler.

De 1908 à 13, Hitler a passé une existence insensée à dépenser son héritage, puis à vivre dans la rue, gagnant sa vie en vendant ses propres cartes postales peintes à la main.

En 1913, il s'enfuit à Munich en Allemagne pour éviter le service militaire dans l'armée autrichienne. Lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté, il s'est porté volontaire pour rejoindre l'armée allemande, estimant que cela pourrait lui donner un but dans sa vie. Il y avait un problème cependant car Hitler n'était pas réellement allemand. Pour lui permettre de s'engager dans l'armée allemande, une dérogation spéciale a dû être prévue pour lui permettre de s'engager.

Hitler a servi dans le 16e régiment d'infanterie de réserve bavarois et a participé à l'action sur le front occidental qui comprenait la bataille de la Somme. Il a été considéré comme un brave soldat et a reçu la Croix de fer de deuxième classe en 1914 et de première classe en 1918. Il a ensuite atteint le grade de caporal suppléant (Gefreite).

À la fin de la Première Guerre mondiale, Hitler a été hospitalisé en raison d'une cécité temporaire causée par une attaque au gaz. Il était incroyablement en colère contre la capitulation de l'Allemagne et a reproché aux politiciens et à la République de Weimar d'avoir poignardé l'armée dans le dos.

Hitler rejoint le parti des travailleurs allemands

Après la fin de la Première Guerre mondiale, le chaos politique régnait dans la majeure partie de l'Allemagne et cela était particulièrement évident en Bavière et à Munich. En 1919, les communistes avaient pris le pouvoir à Munich, cependant, les corps francs, sous les ordres de Friedrich Ebert, réprimèrent rapidement ce soulèvement.

Au début de 1919, dans une atmosphère de chaos politique, Anton Drexler a fondé le Parti des travailleurs allemands, aussi connu sous le nom Deutsche Arbeiterpartei, DAP.

Le parti était de droite et l'un des nombreux fondés en Bavière pendant cette période. Le parti était le précurseur de ce qui allait devenir plus tard le parti nazi.

Anton Drexler et ses partisans étaient socialistes dans leurs idées et voulaient restreindre les profits des entreprises, parvenir à une société sans classe mais nationaliste et ont également souligné l'idée d'avoir une nation de pur peuple allemand, également connue sous le nom de mouvement völkisch.

Sans qualifications formelles ni perspectives de carrière, Hitler a tenté de rester dans l'armée aussi longtemps que possible. En juillet 1919, il est nommé agent de renseignement et chargé d'infiltrer la DAP en septembre 1919.

Alors qu'il assistait à une réunion du parti DAP dans une brasserie le 12 septembre 1919, Hitler a été impliqué dans un débat houleux avec un autre visiteur, le professeur Baumann, qui a remis en question le sens d'aller contre le capitalisme et a proposé que la Bavière se sépare de la Prusse et devrait créer un nouveau Nation allemande avec l'Autriche.

Hitler a répondu avec une performance si forte en réponse que Drexler l'a encouragé à rejoindre le parti car il était impressionné par les compétences oratoires d'Hitler.

Comme Hitler était sous couverture en tant qu'agent de renseignement, ses supérieurs l'ont encouragé à se joindre à nous.

En moins d'une semaine, Hitler avait rejoint le Parti des travailleurs allemands et en était officiellement membre. Il avait fait le premier pas d'un voyage qui le verrait devenir le leader de l'Allemagne en seulement quatorze ans à partir de ce moment.

Alors qu'il était au DAP, Hitler a découvert qu'il était un bon orateur et ses efforts ont été récompensés en devenant responsable du recrutement et de la propagande. Hitler a pris la parole lors de diverses réunions et ses thèmes standard étaient :

  • Le Dolchstoss
  • Sa haine du traité de Versailles
  • Sa haine pour le Criminels de novembre et la République de Weimar
  • Sa croyance en une conspiration communiste-juive visant à détruire l'Allemagne.

La croissance du parti nazi

En février 1920, Hitler et Anton Drexler ont écrit ce qui est devenu leur Programme en vingt-cinq points. Il s'agissait d'un manifeste politique et Hitler s'en tiendrait à la plupart de ces idées tout au long de sa vie.

Le manifeste a été annoncé lors d'une réunion clé à Munich et le nom du parti a été modifié pour inclure “National-socialiste”. Le parti est donc devenu connu sous le nom de Le Parti national-socialiste des travailleurs allemands, en abrégé NSDAP.

En 1920, le parti a commencé à se développer rapidement et cela était principalement dû à Hitler car sa prise de parole en public était attirer des centaines de personnes aux réunions tenues par le NSDAP.

Le parti a commencé à augmenter le nombre de ses membres, ce qui signifiait qu'il était désormais en mesure de publier son propre journal – le Volkischer Beobachter qui se traduit par The People’s Observer.

En 1921, l'influence d'Hitler avait tellement augmenté qu'il est devenu le chef du parti et a commencé à envisager des moyens de diriger le parti.

Au sein du parti, il portait le titre de Fuhrer qui se traduit par « chef » mais Hitler développera progressivement le mot pour qu'il ait un sens beaucoup plus puissant. Dans l'esprit d'Hitler, le titre de Führer signifiait qu'il devait avoir un pouvoir et une autorité absolus et ne répondre à personne. Cela faisait partie de son principe de leadership alias le Fuhrerprinzip.

Programme de 25 points d'Hitler

Le rôle du Sturmabteilung (SA)

Le Sturmabteilung étaient également connus sous le nom de SA. Mais qui étaient-ils ?

Les membres de la SA étaient à l'origine une escouade de protection.

Les réunions politiques à Munich au cours de cette période ont connu une grande violence et afin de protéger les orateurs nazis lors des rassemblements et des assemblées, des escouades de protection ont dû être formées.

La couleur de l'uniforme Sturmabteilung signifiait qu'ils étaient souvent appelés les Chemises brunes”.La signification de Sturmabteilung est “Storm Division”.

Les SA deviendraient la propre armée privée d'Hitler, promettant obéissance et loyauté. Ils seraient plus tard utilisés pour perturber les rassemblements et les rassemblements des partis politiques rivaux ainsi que pour lutter contre les unités paramilitaires des partis rivaux, en particulier la Ligue des combattants du Front rouge du Parti communiste allemand (KPD).

Les membres de la SA comprenaient généralement les chômeurs et la classe ouvrière.

Les membres devraient prêter serment comme suit :

En tant que membre du NSDAP, je m'engage par son drapeau tempête à :

  • Soyez toujours prêt à vous engager dans la lutte pour les objectifs du mouvement.
  • Donnez une obéissance militaire absolue à mes supérieurs et chefs militaires.
  • Ours moi même honorablement en service et hors service.

Les Sturmabteilung étaient officiellement appelés les Division Gymnastique et Sports au sein du parti nazi et c'est peut-être parce qu'ils voulaient éviter que le gouvernement ne les considère comme une armée privée. À leur plus haut niveau d'adhésion, on estime que la SA composée de plus de 3 millions de membres à la fin de 1933 sous Ernst Rohm (photo de droite).

Les membres du groupe avaient explosé sous Rohm et après l'arrivée au pouvoir d'Hitler et du parti nazi, la SA était avide de pouvoir elle-même.

L'Allemagne avait également un plafond de seulement 100 000 militaires en raison du traité de Versailles et le plan initial de Rohm était d'absorber l'armée dans la SA. Cela a offensé l'armée car cela reviendrait à mélanger des «voyous non entraînés» avec les SS qui étaient souvent composés de membres de la classe moyenne. La vision de Rohm était également en conflit avec la vision d'Hitler.

Plus inquiétant encore pour Hitler et les dirigeants nazis, ils constituait une menace pour les dirigeants nazis maintenant qu'ils étaient devenus incroyablement puissants. Cette augmentation de puissance sous Ernst Rohm et la SA est en partie ce qui a conduit à la Nuit des longs couteaux.

Le putsch de Munich

Qu'est-ce que le putsch de Munich ?

Le putsch de Munich, également connu sous le nom de Putsch de la brasserie, était une tentative ratée d'Hitler et de ses partisans de renverser le gouvernement de Weimar entre 8 novembre 1923 à 9 novembre 1923. Le mot “Putsch” est littéralement défini comme “coup“, qui est un prise de pouvoir violente et illégale.

Le putsch inclus Erich Ludendorff qui était l'ancien quartier-maître général pendant la Première Guerre mondiale jusqu'en octobre 1918. Il était connu pour le Offensive Ludendorff qui a aidé les Allemands à avancer de 64 km et à portée de Paris. On croyait que sa présence ajouterait du prestige et de la crédibilité à la rébellion. Il est représenté à l'extrême droite en regardant la caméra.

D'autres partisans et critiques du gouvernement de Weimar ont également rejoint Hitler, notamment Göring, la personne à laquelle Hitler fait face sur la photo ci-dessus.

Le putsch de Munich en cause plus de 2000 partisans nazis y compris les SA et Hitler, marchant vers la Feldhernhalle, dans le centre-ville pour tenter d'inciter à la révolte.

Au départ, plus de 600 membres des SA avaient encerclé le Bürgerbräukeller, qui était une grande brasserie à Munich et où le coup d'État a également obtenu son nom alternatif. Au Bürgerbräukeller, Gustave von Kahr, Otto von Lossow et Hans Ritter de Seisser ont prononcé un discours devant plus de 3000 personnes.

Gustav Von Kahr était le commissaire d'état, Otto von Lossow le Général de la Reichswehr (armée) et Hans Ritter von Seisser était le Chef de la police d'État de Bavière. Ensemble, les 3 forment un triumvirat (un groupe de 3 hommes détenant le pouvoir).

Lorsque Hitler et ses partisans ont pris d'assaut la brasserie, tous les 3 ont été tenus en joue et ont reçu l'ordre de soutenir le coup d'État.

Après un certain temps, ils ont accepté de soutenir Hitler (être tenu sous la menace d'une arme peut être assez persuasif) et ont été libérés plus tard dans la soirée.

Le lendemain, Seisser et Lossow ont changé d'avis et ont organisé des troupes et des policiers pour résister à la marche armée planifiée par Hitler à travers Munich.

Immédiatement après la libération de Kahr, Lossow et Seisser, cependant, il y avait de la confusion et des troubles parmi les responsables gouvernementaux, les forces armées, les unités de police et les personnes essayant de comprendre où se trouvait leur allégeance.

À 3 heures du matin ce matin-là, une escarmouche a eu lieu alors que les hommes de Röhm quittaient une brasserie et une garnison locale de la Reichswehr les a repérés alors qu'ils partaient. Il n'y a pas eu de morts, mais les hommes de Röhm ont été contraints de battre en retraite en raison d'une forte résistance. La Reichswehr mit ensuite toute la garnison en état d'alerte et appela des renforts.

Le lendemain matin, Hitler réalisa que son coup d'État commençait à tomber en morceaux.

Les membres du putsch ne savaient pas quoi faire et le moral était en baisse alors Ludendorff crié “Nous marcherons!”

Röhm a combiné ses forces avec celles d'Hitler et ensemble, 2000 hommes ont commencé à marcher mais sans direction claire sur l'endroit où ils allaient.

Les nazis ont finalement rencontré une force de 130 soldats sous le commandement du lieutenant principal de la police d'État, le baron Michael von Godin. Les deux groupes ont échangé des coups de feu et 16 nazis et 4 policiers de l'État ont été tués.

La bataille a entraîné la dispersion du groupe nazi. Göring a reçu une balle dans la jambe mais a réussi à s'échapper alors qu'Hitler s'enfuyait. Il a été capturé et arrêté 2 jours plus tard.

Hitler a été accusé de haute trahison avec Rudolf Hess et d'autres conspirateurs. Göring avait réussi à s'échapper en Autriche, mais sa blessure le rendrait fortement dépendant à la morphine.

Le siège nazi a été perquisitionné et leur journal, Volkischer Beobachter a été banni.

Le procès finira par s'avérer être la victoire de propagande dont Hitler avait besoin pour le catapulter à l'attention nationale. Combiné aux troubles économiques et à un certain nombre d'autres facteurs que nous explorerons, cela augmenterait suffisamment son profil pour le voir devenir chancelier et dictateur allemand.

Pourquoi le putsch de Munich s'est-il produit ?

Il y a plusieurs raisons au putsch de Munich.

L'économie allemande en 1923 était dans la tourmente et un certain nombre de crises politiques avaient frappé le pays ces dernières années.

Hyperinflation avait rendu la monnaie allemande presque sans valeur et le Les français avaient envahi la Ruhr en raison du non-paiement des réparations.

Les travailleurs étaient également en grève et il y avait un chaos politique avec des tentatives au cours des années 1920 par les corps francs et les spartakistes de renverser le gouvernement de Weimar sans succès.

En Italie, Benito Mussolini avait tenté et réussi un coup d'État en octobre 1922 et Hitler a estimé que cela pourrait être recréé en Allemagne au bon moment. Le contexte d'incertitude politique et économique semblait approprié dans l'esprit d'Hitler et il était considéré comme le moment idéal pour essayer de renverser le faible gouvernement de Weimar qui se révélait impopulaire.

La base de membres nazis de plus de 55" membres les a également rendus plus forts qu'ils ne l'avaient jamais été auparavant. Hitler croyait également que son armée de SA serait incontrôlable s'il ne leur donnait pas la direction et ne se concentrait pas sur quelque chose à faire.

Hitler croyait également qu'il serait soutenu par d'importants politiciens nationalistes en Bavière.

Au milieu de ce chaos, Hitler a vu ce qu'il pensait être une opportunité de frapper et de renverser le gouvernement.

Pourquoi le putsch de Munich a-t-il échoué ?

Le Beer Hall Putsch a échoué pour un certain nombre de raisons, dont certaines étaient des erreurs tactiques de Hitler et de ses hommes.

Hitler a supposé à tort qu'il pouvait simplement reproduire un coup d'État similaire à ce que Mussolini a fait en Italie l'année précédente, cependant, la situation entre l'Italie et l'Allemagne était très différente.

En Italie, le roi a soutenu la prise de pouvoir de Mussolini, tout comme de nombreux membres de l'establishment tels que l'armée, car il y avait une plus grande peur d'une guerre civile qu'ils voulaient éviter. Mussolini avait également 30 hommes pour le soutenir, ce qui était nettement plus élevé que Hitler.

Hitler a également commis l'erreur tactique de quitter le Bürgerbräukeller comme Ludendorff laisserait plus tard Kahr, Lossow et Seisser partir après avoir promis leur soutien.

Une fois en sécurité, ils ont renoncé à cet engagement leur permettant de recruter des renforts pour empêcher la marche d'Hitler. Cela leur a permis d'alerter les militaires et des renforts ont été appelés.

Hitler a également essayé d'obtenir l'aide du prince héritier Rupprecht de Bavière. Il a envoyé le responsable de la communication du Kampfbund, Max Neunzert, pour obtenir son soutien, mais il a échoué dans cette tâche.

Au milieu du chaos, ils ont pris la décision de marcher, mais sans direction claire ni plan tactique sur ce qu'ils espéraient accomplir. Ils espéraient presque rassembler suffisamment de soutien pour que cela fasse pression sur la République de Weimar pour qu'elle se retire, mais ils sont restés fermes et les nazis n'ont pas obtenu le soutien généralisé qu'ils pensaient obtenir.

Pourquoi le putsch de Munich a-t-il été un succès pour Hitler ?

Le putsch de Munich a été un succès pour Hitler en raison de 3 raisons principales qui ont toutes contribué à lui faire gagner et rester au pouvoir.

  • Le putsch a abouti à son arrestation et à son procès. Cette le procès lui a donné une tribune et l'a porté à l'attention nationale et comme il était un bon orateur, il a pu faire connaître son programme aux Allemands de tout le pays à travers les journaux après son procès. Cela conduirait à un soutien encore plus grand pour lui en fin de compte alors qu'il faisait passer ses opinions nationalistes et ses critiques du gouvernement de Weimar et du traité de Versailles. De nombreux Allemands ont pu s'identifier à ses croyances et à ses opinions, en particulier les chômeurs, car le nombre de personnes sans travail était considérablement élevé tout au long des années 1920.
  • Le deuxième bénéfice du putsch a été la production de son livre Mein Kampfqui a été écrit en prison. Hitler ne purgera que 9 mois de prison mais consacrera presque tout son temps à l'écriture de ce livre. Il deviendrait un best-seller une fois arrivé au pouvoir, bien que les ventes initiales aient été lentes.
  • Le troisième bénéfice du putsch de Munich a été Hitler a réalisé qu'il ne pouvait pas réussir par un coup d'État et qu'il avait besoin d'accéder au pouvoir démocratiquement. Hitler avait pensé qu'il pouvait reproduire la prise de pouvoir de Mussolini en Italie, mais le climat en Allemagne était différent. Après l'échec du putsch, Hitler se consacrerait à prendre le pouvoir par le biais d'élections et à promouvoir la propagande nazie, ce qui serait crucial pour qu'il devienne finalement chancelier.

Les conséquences du putsch de Munich

Hitler et ses camarades nazis ont été accusés de trahison. Le siège du parti nazi a été perquisitionné et leur journal, le Volkischer Beobachter, a été banni. Le procès d'Hitler commença le 24 février 1924 et dura un mois.

Hitler a nié l'accusation de trahison et, lors de son procès, a prononcé de longs discours sur la façon dont il tentait simplement de restaurer la grandeur de l'Allemagne et de résister au gouvernement faible de Weimar.

Il a critiqué le gouvernement en les qualifiant de Criminels de novembre car ils ont trahi le peuple allemand et ont accepté le traité de Versailles après avoir accepté l'armistice.

Chaque occasion a été utilisée pour faire valoir son point de vue politique et attaquer le gouvernement de Weimar. Les juges étaient sympathiques à son égard et ses discours ont ensuite été rapportés dans la presse nationale, rehaussant sa notoriété et le rendant célèbre en Allemagne.

Le 1er avril 1924, Hitler est condamné à 5 ans à la prison de Landsberg. Il ne ferait que servir 9 mois avant d'être libéré et il utilisera la majeure partie de ce temps pour écrire son livre, Mein Kampf.

Le temps qu'il a passé en prison lui permettrait de réfléchir à ce qui s'est mal passédans le putsch de Munich. On pense que c'est pendant son séjour en prison qu'il s'est rendu compte que l'accession au pouvoir démocratique était le seul moyen de devenir le leader de l'Allemagne.

En prison, Hitler a eu un temps relativement facile en prison. Il était autorisé à recevoir autant de visiteurs qu'il le souhaitait, à recevoir du courrier et à accéder à tous les livres qu'il souhaitait.

À l'intérieur de la prison, le Le parti nazi a connu un déclin à court terme, mais à plus long terme, ils en ont bénéficié.

Le procès avait été un succès de la propagande et Hitler était maintenant connu au niveau national et a gagné le soutien des nationalistes dans tout le pays.

Raisons du soutien limité au parti nazi, 1924-28

Entre 1924 et 1928, le parti nazi a connu une baisse de popularité qui a finalement conduit Hitler à le réorganiser.

Le déclin était en partie dû au fait qu'Hitler, qui était assez célèbre à ce stade, était en prison et sous les projecteurs du public. Le nouveau chef du parti à cette époque, Alfred Rosenberg, manquait de qualités de leader, ce qui a entraîné la scission du parti en groupes rivaux.

De plus, après le coup d'État manqué, le parti nazi a également été interdit, ce qui a encore limité son soutien car il ne pouvait pas solliciter ouvertement des membres ou publier son journal.

Le gouvernement de Weimar connaissait également un certain succès grâce aux politiques économiques de Stresemann, qui rendaient difficile pour les nazis de les critiquer car il semblait que leurs politiques économiques fonctionnaient.

Hitler a ensuite été libéré de la prison de Landsberg le 20 décembre 1924.

Peu de temps après sa libération, Hitler a convaincu les autorités bavaroises de lever l'interdiction du parti le 16 février 1925 et il a été « refondé » le 26 février 1925 avec Hitler comme chef.

Hitler a commencé à réorganiser la structure du parti et a créé des branches appelées Gaué (pluriel) ou Gau (Célibataire) avec chacun dirigé par un Gauleiter.

Pour assurer le contrôle, il s'est assuré que seuls ses plus proches collaborateurs aidaient à diriger le parti depuis Munich et ils ont poussé l'idée de la Führerprinzip (sens principe de leadership).

La conférence de Bamberg de 1926

La Conférence de Bamberg a été convoquée par Hitler le dimanche 14 février 1926 pour atteindre les objectifs suivants :

    • Pour empêcher de nouvelles dissensions qui s'étaient produites entre ses branches du nord et créer une unité basée uniquement sur le Führerprinzip.
    • Pour cimenter son rôle d'autorité ultime dans le parti dont les décisions sont finales et sans appel.
    • Pour éliminer toute notion que le parti était démocratique ou une institution fondée sur le consensus.
    • Éliminer toute rivalité entre les factions du nord et du sud sur les objectifs et l'idéologie.
    • Établir le programme en vingt-cinq points comme programme immuable du parti.

    Les défis posés au leadership d'Hitler par Gregor Strasser et Josef Goebbels ont été abordés. Strasser a été nommé chef de la propagande tandis que Goebbels a été fait Gauleiter de Berlin.

    D'autres opposants tels qu'Ernst Röhm, le chef des SA, ont été contraints de démissionner car Hitler craignait que les SA continuent d'être un groupe violent. Il a été remplacé par Franz Pfeffer von Salomon.

    Les SS, également connu sous le nom de Schutzstaffel ont été créés comme sa propre unité de gardes du corps. Les jeunesse hitlérienne, également connu sous le nom de Jugement hitlérien, a été créé pour rivaliser avec d'autres groupes de jeunes.

    La réorganisation hitlérienne du parti à la conférence de Bamberg produira des résultats. En 1925, le parti comptait 27 817 000 membres, mais à la fin de 1928, ce nombre était passé à 100 817 000.

    Hitler était considéré comme le leader incontesté et une propagande sans fin était utilisée pour gagner les électeurs et attirer des membres. Avant 1928, le parti se concentrait sur les électeurs urbains, mais les électeurs ruraux étaient désormais la nouvelle cible à une époque où les agriculteurs commençaient à connaître des problèmes économiques, faisant du parti nazi une option attrayante.

    En 1928, malgré l'augmentation des membres, le parti n'a remporté que 12 sièges au parlement, soit moins que les 32 sièges détenus en 1924.

    Le parti a apporté d'autres changements ciblant les électeurs les plus pauvres et à la fin des années 1920, il a remplacé Strasser par Josef Goebbels à la tête de la propagande du parti.

    Le parti ne serait probablement jamais arrivé au pouvoir sans les crises politiques et économiques clés. Les événements économiques qui se sont produits en 1929, tels que la Grande Dépression, ont été considérés comme essentiels pour aider le parti nazi à devenir l'un des principaux partis du pays.

    La croissance du chômage en est la cause et l'impact

    La politique économique de Stresemann avait apporté 5 années de prospérité et l'économie a commencé à se redresser, mais il y avait encore des groupes de personnes, comme les agriculteurs, qui ont connu des problèmes.

    Les prêts des États-Unis ont aidé à prévenir l'inflation et il y avait un investissement dans les industries qui ont augmenté la production économique.

    Cependant, tout a changé en octobre 1929 lorsque le Le krach de Wall Street passé.

    L'Allemagne dépendait des prêts américains pour stimuler son économie et favoriser sa reprise. Le marché boursier américain s'est effondré lors d'un événement connu sous le nom de Le krach de Wall Street qui a abouti à une période dite La Grande Dépression”.

    Cela signifiait que les prêteurs américains rappelé les prêts ils avaient fait à l'Allemagne sous le Plan Dawes de 1924. Le commerce international a commencé à se contracter et les exportations allemandes ont commencé à baisser.

    Des usines en Allemagne ont commencé à fermer, entraînant le licenciement de travailleurs et le taux de chômage a commencé à augmenter. Les agriculteurs allemands connaissaient déjà des problèmes avant le krach, mais le krach a entraîné une baisse des prix des denrées alimentaires, ce qui a aggravé leur situation.

    D'autres Allemands ne pouvaient plus payer leurs loyers, ce qui les rendait sans abri.

    Pour aggraver les choses, Gustav Stresemann est décédé le 3 octobre 1929 et il était considéré comme le seul capable de naviguer en Allemagne à travers une période aussi difficile.

    Les gouvernements successifs de Weimar tels que le gouvernement Brüning de 1930-1932 ont été incapables de faire face au problème de la montée du chômage et se sont avérés incroyablement impopulaires.

    Lorsque la dépression a frappé pour la première fois, le gouvernement Müller était au pouvoir de 1928 à 1930. Les membres du gouvernement étaient divisés sur l'opportunité d'augmenter les cotisations de chômage de 3% à 3,5%.

    Müller a ensuite démissionné en mars 1930.

    Le nouveau chancelier était Heinrich Brüning qui pensait que la meilleure façon de faire face à la dépression et aux niveaux élevés de chômage était de réduire les dépenses et augmenter les impôts.

    En mars 1930, il réduit les salaires des fonctionnaires de 2,5%, ce qui a été initialement bloqué mais poussé par le président Hindenburg. Il réduira encore les salaires de 23 % à la fin de 1931.

    Brüning a également augmenté les impôts sur le revenu, la bière, le sucre et a également introduit diverses autres nouvelles taxes qui se révéleraient impopulaires. Les allocations de chômage ont également été réduites jusqu'à 60 %.

    La pauvreté a augmenté, rendant la crise plus profonde et de plus en plus d'entreprises ont commencé à faire faillite. Brüning était surnommé le « chancelier de la faim » et les chômeurs et les affamés voulaient des solutions qu'il ne pouvait pas fournir. Cela les a amenés à se tourner vers d'autres partis politiques pour soulager leurs souffrances.

    En janvier 1932, plus de 6 millions de personnes étaient au chômage, ce qui signifiait que 4 Allemands sur 10 étaient sans emploi. En 1923, la peur était l'inflation, mais pendant cette période, c'était maintenant le chômage et les gens voulaient quelqu'un qui pourrait fournir des emplois.

    À mesure que le chômage augmentait, le la classe moyenne craignait une révolution communiste semblable à celui qui s'est produit en Russie en 1917. Le Parti communiste allemand (KPD) se développait pendant cette période alors qu'il promettait une issue à la dépression économique.

    L'échec des gouvernements successifs de Weimar, 1929-33

    Le nouveau chancelier était Heinrich Brüning qui pensait que la meilleure façon de faire face à la dépression et aux niveaux élevés de chômage était de réduire les dépenses et augmenter les impôts.

    En mars 1930, il réduit les salaires des fonctionnaires de 2,5%, ce qui a été initialement bloqué mais poussé par le président Hindenburg. Il réduira encore les salaires de 23% d'ici la fin de 1931.

    Brüning a également augmenté les impôts sur le revenu, la bière, le sucre et a également introduit diverses autres nouvelles taxes qui se révéleraient impopulaires. Les allocations de chômage ont également été réduites jusqu'à 60 %.

    La pauvreté a augmenté, rendant la crise plus profonde et de plus en plus d'entreprises ont commencé à faire faillite. Brüning était surnommé le “Chancelier de la Faim” et les chômeurs et les affamés voulaient des solutions qu'il ne pouvait pas fournir. Cela les a amenés à se tourner vers d'autres partis politiques pour soulager leurs souffrances.

    En janvier 1932, plus de 6 millions de personnes étaient au chômage, ce qui signifiait que 4 Allemands sur 10 étaient sans emploi. En 1923, la peur était l'inflation, mais pendant cette période, c'était maintenant le chômage et les gens voulaient quelqu'un qui pourrait fournir des emplois.

    Brüning n'avait pas de majorité et il s'appuyait de plus en plus sur le président Hindenburg et l'article 48 pour faire adopter des réformes. Cela signifiait que le Reichstag était utilisé beaucoup moins fréquemment. Avec le recul, les historiens pensent que c'est ce qui a causé la mort de la République de Weimar, car la démocratie était fréquemment contournée.

    La croissance du parti communiste

    À mesure que le chômage augmentait, le la classe moyenne craignait une révolution communiste semblable à celui qui s'est produit en Russie en 1917. Le Parti communiste allemand (également connu sous le nom de KPD ou Kommunistische Partei Deutschlands) se développait rapidement au cours de cette période alors qu'ils promettaient une issue à la dépression économique.

    En 1923, le nouveau chef du KPD Ernst Liebknecht avait abandonné l'objectif de déclencher une révolution depuis l'échec de la révolte spartakiste et s'était plutôt présenté aux élections de 1924 avec un certain succès.

    Pendant le mandat du gouvernement de Weimar, le Parti communiste allemand était le plus grand parti communiste d'Europe. Il était considéré comme le "parti leader" d'un mouvement communiste en dehors de la Russie et a maintenu une solide performance électorale avec une moyenne de plus de 10 % des voix.

    Les riches propriétaires terriens et la classe moyenne craignaient le communisme parce qu'ils craignaient une fois que des communistes tels que le KPD seraient au pouvoir, qu'ils leur prennent leurs richesses et les redistribuent.

    La croissance des partis communistes tels que le KPD en a fait une possibilité réaliste, donc un parti alternatif devait être soutenu par les riches et les classes moyennes qui protégeraient leurs intérêts.

    C'est pourquoi le parti nazi est devenu une option alternative attrayante pour de nombreuses personnes ayant un certain niveau d'influence et de richesse. Pour arrêter le communisme qui menaçait leur richesse et leur position dans la société, les riches ont soutenu les nazis et ils avaient déjà un fort soutien des pauvres et des chômeurs ainsi que des agriculteurs.

    Croissance du soutien aux nazis

    Les problèmes économiques rencontrés après la Grande Dépression se sont étendus à l'Allemagne et ont provoqué un énorme mécontentement politique. Les partis extrémistes ont pu utiliser cela à leur avantage et ont commencé à gagner plus de soutien lors des élections.

    Entre 1929 et 1933, les nazis sont devenus le plus grand parti politique d'Allemagne en raison de leurs messages et slogans simples qui séduisaient toutes les classes de la société.

    Les effets de la propagande

    Entre 1929 et 1933, le parti nazi a accru son soutien et l'une des principales raisons en était son utilisation efficace de la propagande.

    La tactique consistait à organiser des rassemblements de masse ainsi qu'à utiliser des affiches et des banderoles dans des endroits bien en vue. On a donné l'impression que les nazis étaient partout.

    Le cerveau derrière cela était Josef Goebbels.

    Goebbels a compris les médias de masse et comment cela pouvait être utilisé pour manipuler un large public. Il s'est assuré que le message nazi était simple et répété régulièrement.

    Dans les années 1930, les nazis possédaient plus de 120 journaux qui étaient lus par des centaines de milliers de personnes à travers l'Allemagne. Lorsque les crises politiques et économiques ont frappé, Goebbels a pu obtenir une couverture pour les nazis lors des élections locales, régionales, nationales et présidentielles.

    Cela a permis au message nazi d'être entendu partout, en particulier à la radio aussi.

    Succès électoral nazi

    En 1930, le chancelier Brüning a convoqué des élections générales pour tenter d'obtenir une majorité pour son Parti du centre (ZP).

    Malheureusement pour lui, le krach de Wall Street, la contraction de l'économie et la dépression ont perturbé la situation politique.

    Le chômage a augmenté dans toutes les classes de personnes et les nazis faisaient appel à toutes les couches de la société comme une alternative crédible.

    Ils ont blâmé le gouvernement de la coalition "faible" de Weimar pour la crise économique, déclarant qu'ils n'avaient pas de solutions crédibles aux problèmes du pays.

    À travers la propagande et les rassemblements, les nazis ont joué sur le ressentiment du traité de Versailles et ont accusé les «criminels de novembre» de rouvrir de vieilles blessures.

    Le message des nazis était qu'ils étaient le seul parti capable de redonner à l'Allemagne son ancienne gloire.

    Les Juifs ont également été blâmés pour un certain nombre de problèmes du pays :

    • Hitler a blâmé les Juifs d'être impliqués dans le communisme ainsi que les maux du capitalisme.
    • Les Juifs ont été blâmés pour les niveaux élevés de chômage
    • Ils ont été accusés d'avoir conspiré lors de la défaite de l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale.
    • Les Juifs ont été blâmés pour la révolution bolchevique en Russie.
    • Ils ont également été accusés d'avoir tenté de provoquer une révolution en Allemagne, ce qui signifierait que toutes les richesses privées seraient saisies par l'État.

    Après les élections générales des années 1930, les nazis ont fait une percée en obtenant 12 sièges. Pour Brüning, cela signifiait qu'il était obligé de s'appuyer sur d'autres parties et, de plus, Hindenburg et l'article 48.

    De nombreux historiens pensent que cette confiance excessive dans l'article 48 qui a contourné le Reichstag pour adopter la loi était la mort de la République de Weimar.

    Le travail des SA dans la croissance des nazis

    Alors qu'Hitler et les nazis tentaient d'accroître leur soutien, ils ont utilisé le Sturmabteilung comme protection de leurs réunions mais aussi pour perturber les réunions de leurs opposants, notamment du Parti communiste.

    Hitler a renommé Ernst Röhm à la tête de la SA en janvier 1931, alors que le nombre de ses membres s'élevait à 100�. En 12 mois, le nombre de membres était passé à 170 817 000 membres.

    Les communistes avaient également leur propre milice privée connue sous le nom de Red Front Fighters, RFB ou Roter Frontkämpferbund.

    Il y a eu d'innombrables combats entre les Sturmabteilung et le Roter Frontkämpferbund dont beaucoup ont fait des morts.

    Hitler voulait montrer au peuple allemand qu'il pouvait éradiquer la violence bolchevique et la menace de révolution que beaucoup craignaient.

    La SA a également été utilisée pour attaquer et intimider tout rivaux ou critiques manifestes des nazis.

    Développements politiques en 1932

    En 1932, lors des élections présidentielles, Hitler se présente aux élections présidentielles contre Hindenburg et Thälmann (KPD).

    Les nazis ont rapidement utilisé la technologie moderne et ont voyagé pour parler dans jusqu'à 5 villes le même jour en avion.

    Goebbels a travaillé pour que des rassemblements de masse soient organisés et que le message nazi soit diffusé à travers l'Allemagne, Hitler étant reconnu comme une figure politique nationale.

    Goebbels maîtrisait l'art d'utiliser les médias de masse et avec le message d'Hitler diffusé à travers les films et la radio.

    Hindenburg n'a pas fait campagne lui-même mais a tout de même réussi à obtenir plus de voix et a perdu avec une légère marge en deçà des 50 pour cent requis des voix. Cela signifiait qu'il devait y avoir un deuxième tour.

    Hitler a augmenté sa part des voix mais n'a toujours pas réussi à battre Hindenburg au deuxième tour.

    Comment Hitler est devenu chancelier, 1932-33

    En 1933, l'instabilité politique et le soutien éventuel du président Hindenburg ont permis à Hitler d'accéder au pouvoir lorsqu'il est devenu chancelier d'Allemagne en 1933.

    Une série d'événements clés ont conduit à ce que cela soit possible.

    Après le succès d'Hitler aux élections présidentielles de mars et avril 1932, il était désormais non seulement célèbre et bien connu, mais il était aussi le chef du deuxième plus grand parti du Reichstag.

    Brüning était chancelier depuis 1930, cependant, ses politiques économiques se sont révélées très impopulaires.

    Il avait peu de soutien du Reichstag et comptait sur la décision par décret présidentiel par Hindenburg (qui était le président à l'époque).

    La dépendance de Brüning à l'égard de Hindenburg et le contournement du Reichstag ont été perçus comme sapant sérieusement la République de Weimar.

    En mai 1932, Brüning avait perdu le soutien d'Hindenburg car l'économie montrait peu de signes d'amélioration. Des élections générales sont convoquées le 31 juillet 1932.

    Les résultats des élections générales allemandes de 1932 sont à droite ci-dessus.

    Les nazis ont connu un succès incroyable et ont remporté 230 sièges, devenant ainsi le plus grand parti du Reichstag.

    Bien qu'il n'ait pas le plus de sièges, Franz von Papen (photo de gauche) du Parti du centre n'a pas immédiatement démissionné de son poste de chancelier. Au lieu de cela, il a comploté avec Hindenburg en croyant que les nazis (et Hitler) pourraient être manipulés.


    Votre guide sur Adolf Hitler : faits saillants sur le dictateur nazi

    Il est l'un des personnages les plus connus – mais vilipendés – de l'histoire. Mais que savez-vous du dictateur allemand Adolf Hitler ? Voici tout ce que vous devez savoir sur le leader nazi, de son ascension au pouvoir à la vérité sur sa mort à Berlin en 1945.

    Ce concours est maintenant terminé

    Publié : 5 février 2021 à 9h31

    Adolf Hitler est l'une des figures les plus connues – et méprisées – de l'histoire. Il a été l'architecte en chef de la Seconde Guerre mondiale, après son ascension au pouvoir en tant que chef du parti nazi dans les années 1920. Ses politiques antisémites ont conduit à la mort de plus de six millions de Juifs pendant l'Holocauste, cimentant sa réputation d'être l'un des hommes les plus infâmes de l'histoire.

    Voici votre guide du dictateur allemand - de son enfance en Autriche à son ascension au pouvoir et à sa mort éventuelle pendant la Seconde Guerre mondiale…

    Hitler : les faits marquants

    Née: Adolf Hitler est né le 20 avril 1889 à Braunau am Inn, en Autriche.

    Décédés: Hitler s'est suicidé dans un bunker de Berlin, à l'âge de 56 ans, le 30 avril 1945

    Connu pour: Être le chef du parti nazi et avoir déclenché la Seconde Guerre mondiale. Adolf Hitler a remplacé Anton Drexler en tant que président du parti nazi en juillet 1921, et peu de temps après, il a acquis le titre de führer (« leader »). Il a été chancelier d'Allemagne à partir du 30 janvier 1933, et le Führer et le chancelier réunis à partir du 2 août 1934. Son ascension au pouvoir a conduit à la Seconde Guerre mondiale et à la mort de plus de six millions de Juifs dans l'Holocauste.

    Famille: Adolf Hitler était le quatrième des six enfants nés d'Alois Hitler (1837-1903) et de sa troisième épouse, Klara (1860-1907). Ses frères et sœurs à part entière sont : Gustav, Ida, Otto, Edmund et Paula, mais il avait également deux demi-frères et sœurs – Alois Jr et Angela – issus des mariages précédents de son père. Alois, qui était illégitime, portait le nom de sa mère Schicklgruber pendant un certain temps, mais en 1876, il avait établi sa revendication familiale sur le nom de famille « Hitler ». Adolf Hitler lui-même n'a jamais utilisé d'autre nom de famille.

    Petite enfance: La majeure partie de l'enfance d'Hitler s'est déroulée à Linz, en Autriche. Il avait une relation difficile avec son père, nombre de leurs arguments se concentrant sur le refus d'Hitler de se comporter à l'école. Cependant, il aimait beaucoup sa mère, décédée en 1907.

    Éducation: Hitler a eu une éducation mixte et a généralement été considéré comme un élève médiocre par de nombreux historiens. Bien que son père ait souhaité que son fils suive une carrière sur ses traces, dans un bureau de douane, Hitler avait d'autres idées. Les tensions montèrent quand Alois envoya Hitler au Realschule (un type d'école secondaire) à Linz en septembre 1900 et Hitler réussit mal. Hitler a suggéré plus tard qu'il s'agissait d'un acte intentionnel de sa part : il a délibérément mal joué pour montrer à son père qu'il devrait être autorisé à poursuivre son rêve de devenir artiste.

    Le récit ne tient pas tout à fait si l'on considère qu'après la mort d'Alois en janvier 1903, les performances éducatives d'Hitler se sont encore détériorées. Il a ensuite étudié dans une autre école à Steyr, où il a dû repasser ses examens finaux avant de partir sans aucune intention de poursuivre ses études.

    Sommes-nous plus fascinés par Hitler que par tout autre dictateur ?

    Hitler a été commémoré dans d'innombrables livres, émissions de télévision et films. Alors pourquoi sommes-nous fascinés par le dictateur nazi ?

    « Dans un sens des plus évidents, la réponse semble claire : Hitler était l'auteur principal de la guerre la plus dévastatrice et du génocide le plus terrible que le monde ait connu à ce jour », explique le professeur Ian Kershaw, l'un des plus grands experts mondiaux de la Leader nazi, qui croit que notre préoccupation persistante pour Hitler va bien au-delà d'un intérêt conventionnel pour des personnages historiques de grande puissance et d'influence.

    Hitler était-il un bon peintre ?

    Alors que des dirigeants tels que Winston Churchill et George W Bush se sont mis à peindre comme passe-temps post-politique, un jeune Adolf Hitler a payé les factures en tant qu'artiste de 1910 à 1914. Il se concentrait principalement sur les cartes postales et les publicités – et gagnait assez pour gagner sa vie en se déplaçant dans les auberges de Vienne.

    Il était cependant techniquement médiocre. Il a échoué à l'examen de l'École générale de peinture de l'Académie des beaux-arts de Vienne, en partie à cause de sa lutte pour capturer la forme humaine. La deuxième fois qu'il a posé sa candidature, ses échantillons de dessins ont été jugés de si mauvaise qualité qu'il n'a même pas été admis à l'examen d'entrée.

    Certains pourraient soutenir que l'art d'Hitler était aussi étrangement piéton à l'époque radicale de Picasso et de Van Gogh. En tant que lecteur vorace d'histoire et de mythologie, et avec un esprit bouillonnant de pensées politiques, il est quelque peu surprenant que cet étranger en colère ait peint des scènes de carte postale fades de bâtiments et de paysages.

    Si la peinture n'était pas son fort, la vraie force d'Hitler se trouvait dans ses talents d'orateur. « Il était, bien sûr, un démagogue magistral – la base de sa domination précoce au sein du parti nazi », explique le professeur Kershaw. « Plus que tout autre homme politique allemand contemporain, il parlait dans une langue qui exprimait la colère et les préjugés de son public. »

    Il était également, note Kershaw, très lu : « Son excellente mémoire lui a permis de se rappeler des informations sur de nombreux sujets. Cela a impressionné non seulement ceux qui l'entourent et d'autres qui étaient déjà sensibles à son message. »

    Qu'a fait Hitler pendant la Première Guerre mondiale ?

    Bien qu'Adolf Hitler était dans la mi-vingtaine au début de la Première Guerre mondiale en 1914, il a d'abord essayé d'éviter la conscription. Puis, lorsqu'il a été obligé de s'enrôler, il a échoué à l'examen médical. Il a quand même fini en uniforme, rejoignant à la place l'armée bavaroise (une partie de l'armée allemande).

    Hitler a servi dans cette armée lors de la première bataille d'Ypres. Selon Hitler, son régiment de 3 600 hommes a été réduit à 611 pendant la bataille et il était l'un des 42 survivants de sa compagnie de 250 hommes. L'un de ses rôles était celui d'un coureur de tranchées. Il a également été blessé à la Somme et a reçu à deux reprises la Croix de fer pour bravoure, une fois sur la recommandation d'un camarade juif.

    Puis, dans la nuit du 13 au 14 octobre 1918, le caporal Hitler a été pris dans une attaque au gaz moutarde par les Britanniques. Il passa le reste de la guerre à se remettre d'une cécité temporaire, apprenant la capitulation de l'Allemagne dans un hôpital militaire, bien que certains suggèrent que cette histoire a été inventée par Hitler et qu'il était en fait traité pour « l'amblyopie hystérique », une maladie psychiatrique trouble connu sous le nom de « cécité hystérique ». C'est à cette époque qu'Hitler a affirmé plus tard dans son manifeste politique Mein Kampf (publié pour la première fois en 1925), que « l'idée m'est venue que je libérerais l'Allemagne, que je la rendrais grande ».

    Quand Hitler s'est-il impliqué pour la première fois dans la politique ?

    Hitler est apparu pour la première fois sur la scène politique dans la ville allemande de Munich à la fin de 1919 en tant que porte-parole du Parti des travailleurs allemands (DAP) de droite. Le DAP a changé son nom en NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei) en février 1920, avant qu'Hitler ne prenne officiellement la présidence du parti en juillet 1921. Le parti, qui, selon Hitler, manquait de direction, était également appelé « parti nazi d'Hitler » à cette époque, mais Hitler lui-même n'était pas vraiment connu en dehors de la Bavière. jusqu'à bien plus tard.

    Au début des années 1920, Hitler a délibérément maintenu un degré de mystère autour de lui.Il a refusé de laisser des photographes non officiels prendre sa photo, choisissant plutôt d'employer son propre photographe personnel, Heinrich Hoffmann, qui a produit une série de livres d'images à succès décrivant le leader nazi comme un intellectuel distant. "Ils visaient à montrer Hitler comme un homme du peuple et, en même temps, le philosophe politique de génie dans un isolement élevé, parmi les montagnes qui entouraient sa retraite alpine près de la ville de Berchtesgaden, en Bavière, alors qu'il réfléchissait à l'avenir de l'Allemagne et portait tout le fardeau de la responsabilité sur ses épaules », explique le professeur Kershaw. La création du «mystère Hitler» était un geste magistral de relations publiques, utilisé à une époque où d'autres politiciens ne prêtaient pas trop d'attention à de telles tactiques.

    Comment Hitler est-il arrivé au pouvoir ?

    La première prise de pouvoir officielle d'Hitler a eu lieu en novembre 1923. Lui et ses partisans ont tenté de s'emparer du pouvoir politique à Munich, en prélude à une prise de contrôle à Berlin. Environ 2 000 nazis ont participé au violent coup d'État de jour, connu sous le nom de putsch de Munich (Beer Hall).

    Que s'est-il passé pendant le putsch du Beer Hall ?

    Hitler a dirigé son mouvement nazi dans une marche de jour à travers le centre de Munich, qui se voulait une démonstration de force, visant à prendre le pouvoir en Bavière, puis à Berlin une reprise de la marche de Mussolini sur Rome, qui avait amené le leader fasciste au pouvoir le précédent année.

    Mais, après avoir balayé un certain nombre de piquets de police, les marcheurs d'Hitler ont finalement rencontré leur match par la Feldherrnhalle sur l'Odeonsplatz, où un détachement de la police bavaroise a refusé de reculer et a tiré sur la colonne. Dans la mêlée, 14 nazis ont été tués ainsi qu'un serveur malchanceux à proximité, qui a été pris entre deux feux. Deux autres nazis ont été tués ailleurs dans la ville, mais Hitler – arraché au sol par un mourant à ses côtés et protégé par son fidèle garde du corps, Ulrich Graf – s'est échappé avec seulement une épaule disloquée. Malgré son échec, le putsch deviendra la légende fondatrice du mouvement nazi.

    Lorsque le coup d'État s'est effondré, Hitler a été arrêté et accusé de trahison. Le procès qui a suivi était une affaire complexe – comme l'explique l'historien Roger Moorhouse : « Hitler aurait probablement dû être renvoyé pour procès devant la cour constitutionnelle de Leipzig, mais l'establishment politique de Munich tenait à garder l'affaire « en interne », de peur de donner de l'oxygène. aux rumeurs de complicité officielle avec les nazis. Ainsi, sous la présidence d'un juge docile et sympathique – Georg Neithardt –, le procès s'est ouvert à l'école d'infanterie de Munich le 26 février.

    « Ceux qui espéraient la disparition politique d'Hitler devaient être déçus. Il a habilement joué sur le court, assisté de Neithardt, et a ainsi atteint un public beaucoup plus large qu'il n'avait jamais atteint auparavant. À la fin du procès, il avait pour la première fois un public national et était devenu le leader incontesté de la droite radicale allemande.

    Hitler n'a purgé que neuf mois de sa peine de cinq ans de prison à la prison de Landsberg. Après sa libération, il lui a été interdit de faire des discours publics, mais a continué à parler devant des audiences privées et a acquis une réputation d'orateur redoutable. Dans les années 1930, il avait cultivé un profil public élaboré, vendant une «nouvelle vision» à ses partisans et au grand public allemand. « Hitler offrait une rédemption nationale, une ‘nouvelle Allemagne’, un ‘homme nouveau’, une ‘nouvelle Jérusalem’ », explique Moorhouse.

    Le parti nazi a progressivement augmenté en nombre tout au long de la fin des années 1920 – et en juillet 1932, il était passé d'un petit parti révolutionnaire au plus grand parti élu du Reichstag (parlement allemand). Ils l'ont fait principalement grâce à l'utilisation d'une propagande efficace, avec le soutien du Sturmabteilung (SA), autrement connu sous le nom de Chemises brunes, une aile paramilitaire du NSDAP.

    Montée en dictateur

    Une fois qu'Hitler s'est imposé comme un acteur incontournable de la scène politique allemande des années 30, la consolidation de son pouvoir de dictateur arrivé assez rapidement. Il y est parvenu avec une « approche à deux voies », selon l'historien Richard J Evans.

    La première piste consistait à convaincre le gouvernement de droite qu'Hitler devait gouverner l'Allemagne par décret. Cela a été accepté par les conservateurs qui étaient largement motivés par le désir d'écraser le Parti communiste. « En novembre 1932, les sociaux-démocrates et les communistes avaient ensemble plus de voix et de sièges que les nazis, mais ils étaient aussi des ennemis mortels les uns des autres et ne pouvaient pas s'unir pour arrêter les nazis. Hitler a utilisé les pouvoirs légaux ou quasi-légaux du gouvernement, en particulier le pouvoir du président de gouverner par décret en cas d'état d'urgence », explique Evans.

    Écouter : L'historien Frank McDonough discute de la montée d'Hitler et de l'Allemagne nazie, couvrant la période allant du début du Troisième Reich aux premiers mois de la Seconde Guerre mondiale

    Le 23 mars 1933, le Reichstag a été persuadé par Hitler - par un mélange de menaces et d'incitations - de voter pour une loi d'habilitation qui signifiait que le cabinet (Hitler et les ministres) avait le pouvoir de promulguer des lois sans référence au président ou à le Reichstag, leur donnant ainsi des pouvoirs dictatoriaux.

    La deuxième piste impliquait une « violence de masse et brutale » dans les rues. Pendant ce temps, entre 100 000 et 200 000 personnes ont été placées dans des camps de concentration ou « brutalisées » et libérées à condition de ne pas s'engager dans la politique.

    Où Hitler a-t-il puisé ses idées ?

    Selon l'historien Richard J Evans, Hitler a puisé ses idées politiques dans diverses sources : « d'une version du darwinisme social qui voyait la société et les relations internationales comme une sorte de lutte des races pour la survie du plus fort d'Arthur Théoricien français qui a inventé l'idée pseudoscientifique de la théorie raciale des émigrés russes de la révolution bolchevique en 1917, qui a apporté avec eux l'idée que le bolchevisme et le communisme étaient des créations de la race juive à partir d'une certaine quantité de ce qu'on appelle la « géopolitique », qui a été inventée par un Américain.

    Mein Kampf

    Hitler a écrit son livre Mein Kampf (ou « Ma lutte ») au cours de ses neuf mois d'emprisonnement à la prison de Landsberg en 1924.

    C'est un livre étrange – en partie un manifeste nazi, en partie une autobiographie teintée de rose, avec des incursions dans les théories d'Hitler sur la race, l'antisémitisme, l'antibolchevisme, l'anticapitalisme, les usages de la propagande et les échecs de la démocratie. Il est réputé pour son style turgescent, tellement bourré des réflexions verbeuses d'Hitler qu'un critique l'a surnommé "Sein Krampf" ("Sa crampe").

    Naturellement, peut-être, les ventes de Mein Kamf étaient initialement plutôt lents après la publication du livre en 1925, mais ils ont repris à mesure que le stock politique d'Hitler augmentait. En 1933, il s'était vendu à quelque 300 000 exemplaires et en vendrait quelque 12 millions de plus dans les années qui suivirent, procurant à Hitler de beaux revenus personnels qui, entre autres, financèrent son achat du Berghof, sa résidence au-dessus de Berchtesgaden dans le Alpes bavaroises.

    Les ventes du livre se sont poursuivies après sa mort, et en particulier depuis que son droit d'auteur a expiré en 2015 (qui a également marqué le 70e anniversaire de la mort d'Hitler).

    Pourquoi Hitler haïssait-il les Juifs ?

    L'antisémitisme était au cœur de l'idéologie nazie, mais qu'est-ce qui a inspiré la haine d'Hitler contre les Juifs et a incité la création d'un système qui a finalement conduit à l'arrestation et au meurtre systématiques de quelque six millions de personnes ?

    Hitler n'a évidemment pas inventé l'antisémitisme moderne, qui a ses racines au Moyen Âge. Au 13ème siècle, par exemple, les règles adoptées dans toute l'Europe obligeaient les Juifs à porter un badge d'identification pour les distinguer des non-Juifs. Et dans l'Europe médiévale en particulier, l'hostilité anti-juive était illustrée par le concept de « diffamation sanglante », l'accusation selon laquelle les Juifs assassinaient des enfants chrétiens dans le cadre de leurs rituels de la Pâque.

    Bien que nous ne sachions pas à quel moment Hitler a formé ses opinions sur le peuple juif, il déclare lui-même qu'il se sentait anti-juif alors qu'il travaillait comme peintre à Vienne - une ville avec une importante population juive - avant la Première Guerre mondiale. "Pour moi, ce fut une période du plus grand bouleversement spirituel que j'aie jamais eu à traverser", écrit-il dans Mein Kampf. "J'avais cessé d'être un cosmopolite aux genoux faibles et je suis devenu un antisémite." Certains historiens ont depuis suggéré qu'Hitler a créé ce récit de lui-même comme un des premiers antisémites rétrospectivement - et Mein Kampf doit certainement être comprise dans le contexte de son objectif de propagande. Peut-être assez curieusement, l'un des mécènes les plus fidèles d'Hitler alors qu'il vivait à Vienne en tant que jeune artiste était un juif appelé Samuel Morgenstern.

    Ce qui est plus clair, c'est que l'antisémitisme d'Hitler s'est intensifié après la défaite de l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il a servi comme simple soldat sur le front occidental et a été décoré pour bravoure. La défaite avait été un choc pour de nombreux Allemands, qui pensaient qu'ils étaient en passe de gagner après l'offensive de printemps et la victoire sur la Russie en 1918. Après la victoire des Alliés, des sanctions sévères ont été imposées à l'Allemagne, notamment la perte de certains territoires et des réparations ont été demandées, par le traité de Versailles.

    Comme beaucoup de ses contemporains, Hitler a décidé que la raison pour laquelle l'Allemagne a perdu la guerre était la faible volonté du Kaiser, qui a été déposé en 1918. Selon Richard J Evans, s'exprimant sur le HistoireExtra podcast, « Hitler croyait que la République de Weimar, qui a succédé à l'Allemagne du Kaiser, était une création juive et que la démocratie était quelque chose de juif. C'étaient tous des fantasmes complets. Mais l'effet de la Première Guerre mondiale a été décisif, y compris sur l'antisémitisme d'Hitler et sa conviction que les Juifs étaient à blâmer pour tout le mal qui s'était passé.

    Hitler était-il chrétien ?

    À lire et à entendre la rhétorique publique d'Hitler à ses débuts en politique, il serait facile de penser qu'Adolf Hitler avait un lien avec le christianisme, bien que déformé. Après tout, Adolf Hitler était né d'une mère fortement catholique et avait été baptisé. Il s'est certainement identifié comme chrétien dans ses discours et dans son livre, Mein Kampf.

    Mais toute déclaration de foi religieuse n'était que de la propagande. Hitler n'a reçu le sacrement de confirmation que sur l'ordre de sa mère et, après avoir quitté la maison familiale, n'est jamais retourné à l'église. Ainsi, lorsqu'il s'est qualifié de chrétien dans ses discours et Mein Kampf, c'était au nom de l'opportunisme politique, pour gagner une Allemagne majoritairement chrétienne.

    Une fois au pouvoir, l'attitude d'Hitler envers l'Église se durcit. Les nazis ont poussé son mouvement du « christianisme positif », qui rejetait la doctrine traditionnelle et tout ce qui était jugé « trop juif » (comme la divinité de Jésus) tout en épousant leur idéologie de race maîtresse.

    Quelle était la relation d'Hitler avec Eva Braun ?

    Eva Braun (1912-1945) était la compagne de longue date d'Adolf Hitler. Le couple s'est marié le 29 avril 1945 – juste un jour avant de se suicider tous les deux.

    L'historien allemand Heike B Görtemaker note que Braun était bien plus qu'une figure passive du régime nazi. « Tous les membres du cercle de Berghof, y compris Eva Braun, n'étaient pas seulement des témoins, mais convaincus de l'idéologie nazie », écrit-elle. "Bien qu'il ne puisse pas être vérifié que Braun était au courant de l'Holocauste - et tous les membres survivants du cercle restreint d'Hitler ont nié plus tard le savoir - Braun, comme tous les autres, était au moins informé de la persécution des Juifs, les privant de tout droit civil."

    Braun était-il amoureux d'Hitler ? Il est presque impossible d'identifier ses vrais sentiments, dit Görtemaker. Cependant, l'amie la plus proche de Braun, Herta Schneider, "a déclaré en 1949 que Braun avait été amoureux d'Hitler".

    Où Hitler vivait-il ?

    Hitler a maintenu trois résidences pendant le Troisième Reich : l'Ancienne Chancellerie à Berlin son appartement à Munich et Haus Wachenfeld (plus tard le Berghof), sa maison de montagne sur l'Obersalzberg. Tous trois ont été entièrement rénovés au milieu des années 1930 et ont facilité la création d'un nouveau personnage sophistiqué pour le führer.

    « Les représentations médiatiques d'Adolf Hitler à la maison – en train de lire, de promener ses chiens et de profiter d'œuvres d'art – ont été utilisées par le régime nazi pour créer une image publique favorable du führer », écrit le professeur Despina Stratigakos.

    Comment Hitler est-il mort ?

    Au cours des derniers mois de la Seconde Guerre mondiale – et alors que la perspective de perdre la guerre devenait de plus en plus apparente – Hitler se retira dans son bunker à Berlin. C'était "la dernière station dans sa fuite de la réalité", a écrit l'architecte préféré du Führer, Albert Speer. Hitler a continué à donner des ordres depuis le bunker, dont un qui dictait que son corps devrait être incinéré lors de sa mort (il avait entendu parler du traitement du corps de son collègue dictateur Benito Mussolini, qui avait été pendu sur une place publique à Milan) .

    Le 20 avril 1945, jour du 56e anniversaire d'Hitler, le premier obus ennemi frappe Berlin. Les troupes soviétiques entrèrent bientôt dans la ville – et le 30 avril 1945, Hitler était mort.

    Il est généralement admis qu'Hitler s'est tiré une balle, bien que les récits diffèrent quant à savoir s'il a également mordu une capsule de cyanure. À la suite de sa mort par suicide, le corps d'Hitler et celui de sa maîtresse de longue date Eva Braun, qu'il avait épousée la veille et qui s'était elle-même injectée du cyanure, ont été retirés du bunker, aspergés d'essence et incendiés.

    Rachel Dinning est la rédactrice de la section numérique de HistoireExtra


    L'ascension d'Hitler au pouvoir - Histoire

    Les universitaires Timothy Ryback, Wendy Lower, Jonathan Petropoulos, Michael Berenbaum et Peter Hayes discutent des dernières étapes d'Adolf Hitler pour obtenir le pouvoir total en Allemagne.

    Endroit

    Sujet

    Transcription (PDF)

    Transcription (texte)

    Hitler fut nommé chancelier d'Allemagne en janvier 1933. Mais ses manœuvres pour le contrôle autoritaire du pays n'étaient pas encore terminées, et son succès n'était pas non plus inévitable.

    Le gouvernement d'Hitler était assez fragile à ce moment-là. Il avait été nommé chancelier par le président allemand, qui avait nommé et révoqué trois chanceliers au cours des 12 mois précédents. Et rien ne l'empêchait de faire de même avec Adolf Hitler. Personne n'avait anticipé – n'aurait vraiment pu anticiper ce qui allait arriver.

    C'est donc fin janvier 1933. Et fin juin 1933, c'est un système à parti unique. Et je pense que c'est tellement important à regarder. Comment passer de cette démocratie à une dictature à parti unique en six mois ? C'est une combinaison des faiblesses du système existant et des opportunités. Par opportunités, j'entends l'incendie du Reichstag.

    Le 27 février 1933, le Reichstag allemand explose en flammes à la suite d'un incendie criminel. Il y a du verre qui s'écrase, il y a de l'acier tordu, il y a des flammes qui jaillissent. C'était une attaque contre le symbole même de la démocratie allemande et c'était traumatisant.

    Les nazis ont trouvé trois Bulgares, les ont jugés et ont affirmé qu'il s'agissait de la tentative des communistes de détruire l'Allemagne et de détruire le Reichstag. Et cela a donné à Hitler l'opportunité de rédiger une loi d'urgence que Hindenburg a signée. Il a suspendu les libertés civiles, y compris l'habeas corpus, sachant pourquoi vous êtes arrêté. Il a suppléé les SA, les Stormtroopers, et en a fait une police capable d'arrêter des gens, d'arrêter des ennemis.

    Aussi ciblent-ils d'emblée à la fois les communistes, les socialistes, les délégués d'Etat hommes et femmes, et souvent leurs conjoints.

    Rien qu'en Bavière, ils rassemblent 10 000 personnes. Maintenant, soudainement, les prisons sont en surcapacité et les prisons sont pleines. Ils utilisent les écoles. Ils utilisent des salles de sport.

    Il mena directement au premier camp de concentration de Dachau en dehors de Munich. Ce fut donc une étape cruciale dans la consolidation du pouvoir des nazis. Les nazis ont construit là-dessus. Le plus important, je pense, a été la loi d'habilitation du 23 mars 1933. Et c'est à ce moment-là que le Reichstag a amendé la Constitution de Weimar - ils ont requis 2/3 des voix pour le faire - et a accordé à Hitler des pouvoirs d'urgence pour quatre ans.

    C'est une période de grande violence. Les gens veulent la loi et l'ordre, le calme et la légitimité. Ils ne veulent pas de violence tous les jours. Et nous avons vu, aux États-Unis même, qu'à chaque fois qu'il y a des éruptions de violence, les gens sont prêts à dire, nous prendrons l'ordre et même le sacrifice de certaines de nos libertés fondamentales – pour quoi ? Éliminez la violence.

    Il semble donc que l'ordre soit rétabli du point de vue d'un Allemand ordinaire. Quand on y jette un coup d'œil—et en tant qu'historiens, on peut regarder en arrière et regarder tous ces décrets—non, c'est le démantèlement de la démocratie. C'est l'instauration d'une dictature à parti unique. Et c'est le début d'une terreur.

    Après avoir exploité le chaos de l'incendie du Reichstag et utilisé la loi pour éliminer les contrôles démocratiques de son pouvoir, Hitler a utilisé sa nouvelle autorité pour s'en prendre à ceux qu'il prétendait endommager le tissu social de la société allemande, qui comprenait les homosexuels, les Témoins de Jéhovah, les handicapés, Allemands d'origine africaine et Juifs.

    Le 1er avril, vous avez le boycott des entreprises juives. Le 7 avril, vous avez l'expulsion des Juifs de la fonction publique. Le 10 mai, littéralement le 100e jour au pouvoir, vous avez l'autodafé. Et l'autodafé, quoi, expose l'idée que les Juifs n'ont pas leur place dans la vie culturelle allemande – pas seulement les Juifs, mais les gens qui soutiennent l'idée de la démocratie elle-même.

    Le 14 juillet 1933, Hitler prend la décision d'interdire tous les autres partis politiques. Et du coup, les nazis, c'est un Etat à parti unique. Et une chose va bien, alors maintenant, la prise du pouvoir est terminée. Mais non, pas le cas.

    Il y a un intervalle d'un an après cela où les principaux défis lancés à Hitler viennent de l'intérieur de son propre parti plutôt que de l'extérieur. Il a réussi à écraser la plupart de l'opposition. Mais au sein du parti, il y a des gens qui veulent procéder encore plus radicalement que lui, en particulier des gens des Stormtroopers, les SA, qui sont intéressés à acquérir de l'influence sur l'armée allemande. Et donc entre 1933 et 1934, son principal défi est de savoir comment gérer ces gens-là ? Il les gère en juin 1934, essentiellement en les tuant.

    Nous ne savons pas exactement combien de personnes ont été tuées. La plupart des historiens disent maintenant 200 ou plus. Et ce fut une affaire vraiment sanglante. Ce n'était pas seulement une purge des dirigeants sud-africains qui menaçaient Hitler. Hitler en profita pour régler ses comptes. Et ce qui est si important, c'est qu'Hitler était complètement franc à ce sujet. Il s'est adressé au public, et il a dit, je suis responsable de l'Allemagne. J'assume la responsabilité. J'ai exécuté ces gens que j'accuse de trahison. Je veux dire, ce sont des meurtres extrajudiciaires. Ce sont des meurtres sans procès. C'était une façon d'intimider la population allemande, de dire que nous utiliserons la violence si vous vous opposez à nous.

    Et c'est le coup qui le met enfin au pouvoir. Le président von Hindenburg est décédé environ un mois et demi plus tard.Et cela signifiait qu'il n'y avait personne qui pouvait effectivement défier Hitler pour un quelconque pouvoir dans l'État – certainement, personne qui aurait pu influencer l'armée pour qu'elle s'oppose à Hitler. Et l'armée était la seule force qui était encore assez forte pour avoir fait cela.


    La montée au pouvoir des nazis

    Le parti nazi était l'un des nombreux groupes politiques d'extrême droite qui ont émergé en Allemagne après la Première Guerre mondiale. À partir du début de la Grande Dépression, il est rapidement passé de l'obscurité à l'importance politique, devenant le plus grand parti du parlement allemand en 1932.

    Faits marquants

    L'ascension fulgurante du parti nazi au pouvoir a commencé en 1930, lorsqu'il a atteint 107 sièges au parlement allemand, le Reichstag. En juillet 1932, le parti nazi devient le plus grand parti politique du Reichstag avec 230 représentants

    Dans les dernières années de la République de Weimar (1930 à 1933), le gouvernement a statué par décret d'urgence parce qu'il ne pouvait pas atteindre la majorité parlementaire. L'instabilité politique et économique, associée au mécontentement des électeurs à l'égard du statu quo, a profité au parti nazi.

    À la suite du soutien massif des nazis, le président allemand Paul von Hindenburg a nommé Hitler chancelier le 30 janvier 1933. Sa nomination a ouvert la voie à la dictature nazie après la mort de Hindenburg en août 1934.

    Ce contenu est disponible dans les langues suivantes

    Avant le début de la Grande Dépression en Allemagne en 1929-1930, le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (ou Parti nazi en abrégé) était un petit parti de la droite radicale du spectre politique allemand. Dans le Reichstag Aux élections (parlementaires) du 2 mai 1928, les nazis n'obtinrent que 2,6 pour cent des voix nationales, une baisse proportionnelle par rapport à 1924, lorsque les nazis reçurent 3 pour cent des voix. À la suite de l'élection, une « grande coalition » des partis allemands social-démocrate, catholique, démocrate allemand et populaire allemand a gouverné Weimar en Allemagne pendant les six premiers mois de la crise économique.

    Entre 1930 et 1933, l'ambiance en Allemagne était sombre. La dépression économique mondiale avait durement frappé le pays et des millions de personnes étaient sans emploi. Les chômeurs ont été rejoints par des millions d'autres qui ont lié la dépression à l'humiliation nationale de l'Allemagne après la défaite de la Première Guerre mondiale. De nombreux Allemands ont perçu la coalition gouvernementale parlementaire comme faible et incapable d'atténuer la crise économique. La misère économique généralisée, la peur et la perception de temps pires à venir, ainsi que la colère et l'impatience face à l'échec apparent du gouvernement à gérer la crise, ont offert un terrain fertile pour la montée d'Adolf Hitler et de son parti nazi.

    Hitler était un orateur puissant et envoûtant qui, en puisant dans la colère et l'impuissance ressenties par un grand nombre d'électeurs, a attiré un large public d'Allemands désespérés pour le changement. La propagande électorale nazie promettait de sortir l'Allemagne de la Dépression. Les nazis se sont engagés à restaurer les valeurs culturelles allemandes, à renverser les dispositions du traité de Versailles, à faire reculer la menace perçue d'un soulèvement communiste, à remettre le peuple allemand au travail et à restaurer l'Allemagne dans sa « position légitime » en tant que puissance mondiale. Hitler et d'autres propagandistes nazis ont très bien réussi à diriger la colère et la peur de la population contre les Juifs contre les marxistes (communistes et sociaux-démocrates) et contre ceux que les nazis ont tenus responsables de la signature à la fois de l'armistice de novembre 1918 et du traité de Versailles, et d'établir la république parlementaire. Hitler et les nazis ont souvent qualifié ces derniers de « criminels de novembre ».

    Hitler et d'autres orateurs nazis ont soigneusement adapté leurs discours à chaque auditoire. Par exemple, en parlant aux hommes d'affaires, les nazis ont minimisé l'antisémitisme et ont plutôt mis l'accent sur l'anticommunisme et le retour des colonies allemandes perdues par le traité de Versailles. Lorsqu'elle s'adressait aux soldats, aux vétérans ou à d'autres groupes d'intérêt nationalistes, la propagande nazie mettait l'accent sur le renforcement militaire et le retour d'autres territoires perdus après Versailles. Des orateurs nazis ont assuré aux agriculteurs de l'État septentrional du Schleswig-Holstein qu'un gouvernement nazi favoriserait la chute des prix agricoles. Les retraités de toute l'Allemagne ont été informés que les montants et le pouvoir d'achat de leurs chèques mensuels resteraient stables.

    Utilisant une impasse parmi les partenaires de la « Grande Coalition » comme excuse, le politicien du parti du Centre et chancelier du Reich Heinrich Bruening a incité le président vieillissant du Reich, le maréchal de la Première Guerre mondiale Paul von Hindenburg, à dissoudre le parlement en juillet 1930 et à programmer de nouvelles élections. pour septembre 1930. Pour dissoudre le parlement, le président a utilisé l'article 48 de la constitution allemande. Cet article permettait au gouvernement allemand de gouverner sans le consentement du parlement et ne devait être appliqué qu'en cas d'urgence nationale directe.

    Bruening a mal évalué l'humeur de la nation après six mois de dépression économique. Les nazis ont remporté 18,3% des voix et sont devenus le deuxième parti politique du pays.

    Pendant deux ans, recourant à plusieurs reprises à l'article 48 pour publier des décrets présidentiels, le gouvernement Bruening a cherché et n'a pas réussi à construire une majorité parlementaire qui exclurait les sociaux-démocrates, les communistes et les nazis. En 1932, Hindenburg limoge Bruening et nomme Franz von Papen, ancien diplomate et homme politique du parti du Centre, au poste de chancelier. Papen a de nouveau dissous le Reichstag, mais les élections de juillet 1932 ont rapporté au parti nazi 37,3 % des voix populaires, ce qui en fait le plus grand parti politique d'Allemagne. Les communistes (prenant les voix des sociaux-démocrates dans un climat économique de plus en plus désespéré) ont obtenu 14,3 pour cent des voix. En conséquence, plus de la moitié des députés du Reichstag de 1932 s'étaient publiquement engagés à mettre fin à la démocratie parlementaire.

    Lorsque Papen ne parvient pas à obtenir la majorité parlementaire pour gouverner, ses adversaires parmi les conseillers du président Hindenburg l'obligent à démissionner. Son successeur, le général Kurt von Schleicher, dissout à nouveau le Reichstag. Lors des élections qui ont suivi en novembre 1932, les nazis ont perdu du terrain, remportant 33,1 % des voix. Les communistes, cependant, ont gagné des voix, remportant 16,9 pour cent. En conséquence, le petit cercle autour du président Hindenburg en vint à croire, à la fin de 1932, que le parti nazi était le seul espoir de l'Allemagne de prévenir le chaos politique se terminant par une prise de pouvoir communiste. Les négociateurs et propagandistes nazis ont beaucoup contribué à renforcer cette impression.

    Le jour de sa nomination au poste de chancelier allemand, Adolf Hitler accueille une foule d'Allemands enthousiastes depuis une fenêtre du bâtiment de la Chancellerie. - Bayerische Staatsbibliothek München

    Le 30 janvier 1933, le président Hindenburg nomme Adolf Hitler chancelier d'Allemagne. Hitler n'a pas été nommé chancelier à la suite d'une victoire électorale avec un mandat populaire, mais plutôt à la suite d'un accord constitutionnellement discutable entre un petit groupe de politiciens allemands conservateurs qui avaient renoncé au régime parlementaire. Ils espéraient utiliser la popularité d'Hitler auprès des masses pour soutenir un retour à un régime autoritaire conservateur, peut-être même à une monarchie. En moins de deux ans, cependant, Hitler et les nazis ont déjoué les politiciens conservateurs allemands pour consolider une dictature nazie radicale complètement subordonnée à la volonté personnelle d'Hitler.


    Montée du parti nazi

    L'atmosphère sombre du début des années 1930 a grandement contribué à la montée du parti nazi d'Hitler, laissant les Allemands désespérés à la recherche d'un leader fort. Ils considéraient le gouvernement allemand comme faible et les actions de Bruning, le chancelier, ne faisaient qu'ajouter à l'amertume de la nation allemande. Ils ont souffert à cause des conditions difficiles du traité de Versailles et de la Grande Dépression, ont laissé beaucoup d'énormes problèmes financiers, qui n'ont été qu'aggravés par la décision de la chancelière de réduire les indemnités de chômage et les salaires. Grâce à une campagne de propagande très réussie axée sur les pauvres et les souffrants, le parti nazi est passé de seulement 12 sièges au Reichstag en 1928 à devenir le plus grand parti en 1932 avec 230 sièges.


    La montée en puissance d'Hitler

    Presque tout le monde sur cette planète est au courant d'Adolf Hitler et de son impact sur le monde à l'époque où il détenait un pouvoir de premier plan sur l'Europe. Généralement, Hitler était et a été reconnu sous un jour qui était extrêmement vilipendé, pour de nombreuses personnes, quel que soit le nombre d'adeptes qu'il pouvait avoir. La véritable montée au pouvoir d'Hitler s'est produite à la fin des années 1920 et au début des années 1930 en construisant lentement son programme sociopolitique et en le diffusant aux masses. Beaucoup attribuent les succès d'Hitler non seulement à un État affaibli et désespéré, mais en grande partie à son charisme astucieux qui a atteint et a trouvé un écho auprès de nombreux Allemands dans l'espoir d'une nation meilleure.

    Tout a commencé lorsque Hitler est devenu membre du Parti des travailleurs allemands (qui a été renommé en 1920 en Parti national-socialiste des travailleurs allemands, alias le parti nazi) vers 1919. À partir de ce moment-là, Hitler a progressivement pris de l'importance. Il existe de nombreux facteurs différents qui ont aidé Hitler et la montée au pouvoir des nazis, mais le plus important était la dépression économique qui s'est produite. Avant la dépression, le parti national-socialiste était essentiellement inconnu de la nation, mais après cela, il a montré beaucoup de promesses puisque Hitler a été nommé chancelier de l'Allemagne après que le parti nazi a remporté trente-trois pour cent des voix allemandes.

    L'intelligence d'Hitler et sa compréhension de la façon d'appliquer ses forces étaient ce sur quoi son succès reposait fortement. Il y avait de nombreuses faiblesses, problèmes et préoccupations auxquels Hitler et les nazis savaient comment répondre. Il y avait un fort dégoût dans la bouche des Allemands de la fin de la Première Guerre mondiale, des inquiétudes concernant l'économie et une constitution infructueuse dans l'ensemble. C'était un consensus allemand pour la plupart, que leur état actuel n'était pas idéal et que la dictature était une option plausible. Avec ces faiblesses et ces trous manipulables, Hitler savait exactement comment gérer une nation à la recherche d'un état d'être différent.

    Grâce à l'application de la propagande et des compétences oratoires extrêmement convaincantes, ainsi qu'à l'intellect et au charisme, Hitler a cherché à prendre le contrôle de la nation avec son régime. En fait, Hitler a proposé un « programme » qui était un programme en vingt-cinq points où différentes choses étaient proposées essentiellement à toute personne capable d'entendre le message nazi, dans l'espoir d'un soutien universel. Alors que l'économie était difficile pour beaucoup de gens, Hitler n'était pas concerné car sa propagande était financée par les riches hommes d'affaires. Pour beaucoup, en fait, il semble qu'Hitler ait tous les avantages du monde et le fait que son ascension au pouvoir ait eu lieu n'est pas surprenant.


    Dictature

    Ayant obtenu le contrôle total des pouvoirs législatif et exécutif du gouvernement, Hitler et ses alliés ont commencé à réprimer l'opposition restante. Le Parti social-démocrate a été interdit et ses biens saisis. Alors que de nombreux délégués syndicaux étaient à Berlin pour les activités du 1er mai, les stormtroopers SA ont démoli les bureaux syndicaux dans tout le pays. Le 2 mai 1933, tous les syndicats ont été contraints de se dissoudre et leurs dirigeants ont été arrêtés. Certains ont été envoyés dans des camps de concentration.

    À la fin du mois de juin, les autres partis avaient été intimidés pour se dissoudre. Cela comprenait le partenaire nominal de la coalition nazi, le DNVP avec l'aide des SA, Hitler a forcé son chef, Hugenberg, à démissionner le 29 juin. Le 14 juillet, le NSDAP a été déclaré le seul parti politique légal en Allemagne. Les demandes des SA pour plus de pouvoir politique et militaire ont causé de l'anxiété parmi les dirigeants militaires, industriels et politiques. En réponse, Hitler a purgé l'ensemble de la direction de la SA lors de la Nuit des longs couteaux, qui a eu lieu du 30 juin au 2 juillet 1934. Hitler a ciblé Ernst Röhm et d'autres dirigeants de la SA qui, avec un certain nombre d'adversaires politiques d'Hitler ( comme Gregor Strasser et l'ancien chancelier Kurt von Schleicher), ont été rassemblés, arrêtés et abattus. Alors que la communauté internationale et certains Allemands étaient choqués par les meurtres, beaucoup en Allemagne pensaient qu'Hitler rétablissait l'ordre.

    Le 2 août 1934, Hindenburg meurt. La veille, le cabinet avait promulgué la "Loi concernant la plus haute fonction publique du Reich". Cette loi stipulait qu'à la mort de Hindenburg, la fonction de président serait abolie et ses pouvoirs fusionnés avec ceux du chancelier. . Hitler est ainsi devenu chef de l'État ainsi que chef du gouvernement et a été officiellement nommé comme Führer und Reichskanzler (chef et chancelier). Avec cette action, Hitler a éliminé la dernière voie légale par laquelle il pouvait être démis de ses fonctions.

    En tant que chef de l'État, Hitler est devenu le commandant suprême des forces armées. Le serment traditionnel de loyauté des militaires a été modifié pour affirmer la loyauté envers Hitler personnellement, par son nom, plutôt qu'au poste de commandant suprême ou de l'État. Le 19 août, la fusion de la présidence avec la chancellerie a été approuvée par 90 pour cent des électeurs lors d'un plébiscite.

    Au début de 1938, Hitler a utilisé le chantage pour consolider son emprise sur l'armée en lançant l'affaire Blomberg-Fritsch. Hitler a forcé son ministre de la Guerre, le maréchal Werner von Blomberg, à démissionner en utilisant un dossier de police qui montrait que la nouvelle épouse de Blomberg avait un dossier de prostitution. Le commandant de l'armée, le colonel-général Werner von Fritsch a été démis de ses fonctions après le Schutzstaffel (SS paramilitaires) a produit des allégations selon lesquelles il avait eu une relation homosexuelle. Les deux hommes sont tombés en disgrâce parce qu'ils se sont opposés à la demande d'Hitler de préparer la Wehrmacht (forces armées allemandes) à la guerre dès 1938. Hitler a assumé le titre de commandant en chef de Blomberg, prenant ainsi le commandement personnel de l'armée. les forces. Le même jour, seize généraux ont été déchus de leurs commandements et 44 autres ont été transférés, tous soupçonnés de ne pas être suffisamment pro-nazis. Au début de février 1938, 12 autres généraux avaient été démis de leurs fonctions.

    Hitler a pris soin de donner à sa dictature l'apparence de la légalité. Beaucoup de ses décrets étaient explicitement basés sur le décret sur les incendies du Reichstag et donc sur l'article 48 de la Constitution de Weimar. Le Reichstag a renouvelé la loi d'habilitation à deux reprises, chaque fois pour une période de quatre ans. Alors que les élections au Reichstag avaient encore lieu (en 1933, 1936 et 1938), les électeurs se sont vu présenter une seule liste d'invités nazis et pro-nazis qui ont remporté plus de 90 pour cent des voix. Ces élections se sont déroulées dans des conditions loin d'être secrètes, les nazis ont menacé de graves représailles contre quiconque n'avait pas voté ou osait voter non.


    Voir la vidéo: Au cœur de lHistoire: Hitler, 30 janvier 1933 Franck Ferrand


Commentaires:

  1. Swift

    De toute évidence, merci pour une explication.

  2. Mazumuro

    Je suis désolé, cela a interféré ... mais ce thème est très proche de moi. Je peux aider à trouver la réponse. Écrivez dans PM.

  3. Arturo

    Délire exceptionnel, à mon avis

  4. Alarick

    Ce que nous ferions sans votre brillante phrase

  5. Dominick

    Réponse rapide, signe d'esprit rapide;)

  6. Xerxes

    Message très utile

  7. Zeke

    Je pense que c'est le sujet très intéressant. Donnez avec vous que nous traiterons en PM.



Écrire un message