Révolution industrielle

Révolution industrielle



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

  • Système domestique
  • Tissage à la main
  • Blanchiment
  • Saule
  • Commode en tissu
  • Filage
  • Cardage
  • Marchands de tissus
  • le plus plein
  • Premier garçon
  • Industrie de la laine
  • Industrie de la soie
  • Industrie du coton
  • Industrie du lin
  • Matthieu Boulton
  • Edmond Cartwright
  • Samuel Crompton
  • James Hargreaves
  • Joseph Jacquard
  • John Kay
  • Charles Macintosh
  • George Macintosh
  • William Murdock
  • Matthieu Murray
  • Thomas Newcomen
  • Lewis Paul
  • Guillaume Perkin
  • John Roebuck
  • Thomas Savery
  • Charles Tennant
  • James Watt
  • Joseph Whitworth
  • Navette volante
  • Spinning Jenny
  • Mule tournante
  • Cadre d'eau
  • Machine de saule
  • Impression de cylindre
  • Filature à rouleaux
  • Essoreuse de lin
  • Moteur de cardage
  • Moteur à vapeur rotatif
  • Roues de tableau de bord
  • Métier à tisser
  • Richard Arkwright
  • Thomas Ashton
  • John Bright
  • Richard Cobden
  • Georges Courtauld
  • Samuel Courtauld
  • David Dale
  • Erasmus Darwin
  • John Fielden
  • Josué Fielden
  • Samuel Fielden
  • Thomas Fielden
  • Robert Hyde Greg
  • Samuel Greg
  • John Horrocks
  • William Houldsworth
  • Thomas Lombé
  • John Marshall
  • Samuel Oldknow
  • Robert Owen
  • John Owens
  • Robert Peel
  • Guillaume Radcliffe
  • John Ryland
  • Sel de Titus
  • Jedediah Strutt
  • Peter Alfred Taylor
  • John Wood
  • Les accidents
  • Maisons d'Apprentis
  • Pollution d'usine
  • Nourriture dans l'usine
  • Apprentis paroissiaux
  • Malformations physiques
  • Morceaux
  • Les sanctions
  • Charognards
  • Heures d'ouverture
  • Charles Aberdeen
  • John Allett
  • Elizabeth Bentley
  • Stephen Binns
  • John Birley
  • Robert Blincoe
  • Hannah Brown
  • Mary Bucktruite
  • David Bywater
  • Sarah Charpentier
  • Matthieu Crabtree
  • Alexandre Doyen
  • Guillaume Dodd
  • Jonathan Downe
  • Joseph Hébergram
  • Guillaume Hutton
  • Benjamin Gomersal
  • Eliza Marshall
  • James McNish
  • Guillaume Rastrick
  • David Rowland
  • Gillett Sharpe
  • Vicomte Althorp
  • Seigneur Ashley
  • Edouard Baines
  • Dr William Blizard
  • Guillaume Bolling
  • John Bright
  • Archibald Buchanan
  • Richard Carlile
  • Lord Francis Egerton
  • John Doherty
  • Dr Henry Hardie
  • Henri Hetherington
  • James Heywood
  • John Cam Hobhouse
  • Dr Edward Holme
  • William James
  • Richard Oaster
  • Michael Sadler
  • Dr Samuel Smith
  • Joseph Rayner Stephens
  • John Edward Taylor
  • Françoise Trollope
  • Dr Thomas Turner
  • André Uré
  • Dr Michael Ward
  • Dr William Whatton
  • Abraham Whitehead
  • Dr William Wilson
  • George Enchérisseur
  • Jean Blenkinsop
  • Isambard K. Brunel
  • Edouard Bury
  • Daniel Gooch
  • Timothy Hackworth
  • Guillaume Hedley
  • Guillaume Jessop
  • Joseph Locke
  • Matthieu Murray
  • John Rastrick
  • George Rennie
  • John Rennie
  • George Stephenson
  • Robert Stephenson
  • Richard Trevithick
  • Charles Vignoles
  • Nicolas Bois
  • Guillaume Arrol
  • Henry Booth
  • George Bradshaw
  • Thomas Brassey
  • Edmond Denison
  • Joseph Gurney
  • Guillaume Arrol
  • Henry Booth
  • George Bradshaw
  • Thomas Brassey
  • Edmond Denison
  • Joseph Gurney
  • Georges Hudson
  • William Hulton
  • William James
  • Samuel Laing
  • Edouard Pease
  • Joseph Sandars
  • Georges Hudson
  • William Hulton
  • William James
  • Samuel Laing
  • Edouard Pease
  • Joseph Sandars
  • Chemin de fer de Surrey
  • Stockton et Darlington
  • Liverpool et Manchester
  • Bolton et Leigh
  • Chemin de fer de la Grande Jonction
  • Chemin de fer calédonien
  • Chemin de fer de Midland
  • Grand chemin de fer de l'Ouest
  • Manchester et Leeds
  • Leeds et Selby
  • Chemin de fer York et North Midland
  • Édimbourg et Glasgow
  • Chemin de fer du Nord-Est
  • Chemin de fer Swansea & Mumbles
  • Cantorbéry et Whitstable
  • Londres et Birmingham
  • Londres et Greenwich
  • Birmingham et Derby
  • Lancashire et Yorkshire
  • Chemin de fer de Taff Vale
  • Londres et Brighton
  • Chemin de fer des comtés de Midland
  • Londres et Croydon
  • Bristol et Exeter
  • Grand chemin de fer du Nord
  • Chemin de fer de Londres et du nord-ouest
  • Wagonways en bois
  • Chemins de fer à crémaillère
  • Tunnel de Kilsby
  • Jauges de chemin de fer
  • Courrier ferroviaire
  • Cirque à vapeur
  • Voitures de passagers
  • Coupe de Bilsworth
  • Tunnel en boîte
  • Loi sur les chemins de fer de 1844
  • Travail des enfants dans les mines
  • Industrie du charbon : 1600-1925
  • L'industrie du charbon et la Première Guerre mondiale
  • Système d'usine
  • Bâillonnement Actes
  • Problèmes de santé au XIXe siècle
  • Villes et cités industrielles
  • Luddites : 1811-1812
  • Loi sur les mines et les charbonnages
  • Massacre de Peterloo
  • Santé publique
  • Émeutes réformistes en 1832
  • Ligue de la réforme
  • Six actes
  • Chemins de fer à vapeur
  • Impôts sur la connaissance
  • Trusts Turnpike
  • Le transport de l'eau
  • Simulation du travail des enfants
  • Le système d'usine
  • Robert Owen et New Lanark
  • James Watt et la puissance de la vapeur
  • Le système domestique
  • Le sort des tisserands à la main
  • Manie ferroviaire
  • Chemins de fer à vapeur
  • Transport routier
  • Les Luddites : 1775-1825

La plupart des économies préindustrielles avaient des niveaux de vie à peine supérieurs au niveau de subsistance, parmi lesquels la majorité de la population se concentrait sur la production de leurs moyens de survie. Par exemple, dans l'Europe médiévale, jusqu'à 80 % de la main-d'œuvre était employée dans l'agriculture de subsistance. [ citation requise ]

Certaines économies préindustrielles, telles que l'Athènes classique, avaient le commerce comme facteurs importants, de sorte que les Grecs natifs pouvaient profiter d'une richesse bien au-delà d'un niveau de vie suffisant grâce à l'esclavage. [2] Les famines étaient fréquentes dans la plupart des sociétés préindustrielles, bien que certaines, comme les Pays-Bas et l'Angleterre des XVIIe et XVIIIe siècles, les cités-États italiennes du XVe siècle, le califat islamique médiéval et les anciens grecs et romains les civilisations ont pu échapper au cycle de la famine en augmentant le commerce et la commercialisation du secteur agricole. [ citation requise ] On estime qu'au cours du 17ème siècle, après d'immenses du Bengale moghol à la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, [3] [ clarifier ] Les Pays-Bas importaient près de 70 % de leur approvisionnement en céréales et, au 5ème siècle avant JC, Athènes importait les trois quarts de son approvisionnement alimentaire total. [ citation requise ]

Un processus appelé proto-industrialisation s'est produit en Europe ainsi qu'en Inde moghole [4] et était la première étape avant la révolution industrielle. [5]

Dans son ouvrage de 1728 sur l'économie de l'Angleterre, A Plan of the English Commerce, Daniel Defoe décrit comment l'Angleterre est passée du statut de producteur de laine brute à la fabrication de textiles de laine finis. Defoe écrit que les monarques Tudor, en particulier Henri VII d'Angleterre et Elizabeth I, ont mis en œuvre des politiques qui seraient aujourd'hui décrites comme protectionnistes, telles que l'imposition de tarifs élevés sur l'importation de produits finis en laine, l'imposition de taxes élevées sur les exportations de laine brute quittant l'Angleterre, artisans qualifiés dans la fabrication de textiles en laine des Pays-Bas, accordant des droits de monopole sélectifs accordés par le gouvernement dans des zones géographiques d'Angleterre jugées appropriées pour la production industrielle textile et accordant l'espionnage industriel parrainé par le gouvernement pour développer la première industrie textile anglaise. [6]

Après la victoire de la Compagnie des Indes orientales à la bataille de Plassey sur les dirigeants du Bengale Subah, l'industrialisation par l'innovation dans les processus de fabrication a commencé avec la révolution industrielle dans le nord-ouest et les Midlands de l'Angleterre au XVIIIe siècle. [7] Il s'est répandu en Europe et en Amérique du Nord au XIXe siècle.

Le Royaume-Uni a été le premier pays au monde à s'industrialiser. [8] Aux XVIIIe et XIXe siècles, le Royaume-Uni a connu une augmentation massive de la productivité agricole connue sous le nom de Révolution agricole britannique, qui a permis une croissance démographique sans précédent, libérant un pourcentage important de la main-d'œuvre de l'agriculture et contribuant à la révolution industrielle. .

En raison de la quantité limitée de terres arables et de l'efficacité écrasante de l'agriculture mécanisée, la population accrue ne pouvait pas se consacrer à l'agriculture. Les nouvelles techniques agricoles ont permis à un seul paysan de nourrir plus de travailleurs qu'auparavant, mais ces techniques ont également augmenté la demande de machines et d'autres matériels, qui étaient traditionnellement fournis par les artisans urbains. Les artisans, collectivement appelés bourgeois, employaient des ouvriers de l'exode rural pour augmenter leur production et répondre aux besoins du pays.

L'industrialisation britannique a entraîné des changements importants dans la façon dont le travail a été effectué. Le processus de création d'un bien était divisé en tâches simples, chacune d'entre elles étant progressivement mécanisée afin d'augmenter la productivité et ainsi augmenter les revenus. Les nouvelles machines ont contribué à améliorer la productivité de chaque travailleur. Cependant, l'industrialisation impliquait également l'exploitation de nouvelles formes d'énergie. Dans l'économie préindustrielle, la plupart des machines étaient alimentées par des muscles humains, par des animaux, par la combustion du bois ou par l'énergie hydraulique. Avec l'industrialisation, ces sources de combustible ont été remplacées par du charbon, qui pourrait fournir beaucoup plus d'énergie que les alternatives. Une grande partie des nouvelles technologies qui ont accompagné la révolution industrielle concernaient des machines pouvant être alimentées au charbon. L'un des résultats de cette situation a été une augmentation de la quantité globale d'énergie consommée au sein de l'économie - une tendance qui s'est poursuivie dans tous les pays industrialisés jusqu'à nos jours. [9]

L'accumulation de capital a permis des investissements dans la conception scientifique et l'application de nouvelles technologies, permettant au processus d'industrialisation de continuer à évoluer. Le processus d'industrialisation a formé une classe d'ouvriers industriels qui avaient plus d'argent à dépenser que leurs cousins ​​agricoles. Ils ont dépensé cela pour des articles tels que le tabac et le sucre, créant de nouveaux marchés de masse qui ont stimulé davantage d'investissements alors que les marchands cherchaient à les exploiter. [dix]

La mécanisation de la production s'est étendue aux pays entourant l'Angleterre géographiquement en Europe comme la France et aux colonies de colons britanniques, contribuant à rendre ces régions les plus riches et à façonner ce que l'on appelle maintenant le monde occidental.

Certains historiens de l'économie soutiennent que la possession de soi-disant « colonies d'exploitation » a facilité l'accumulation de capital dans les pays qui les possédaient, accélérant leur développement. [11] La conséquence était que le pays sujet intégrait un système économique plus important dans une position subalterne, imitant la campagne, qui exige des produits manufacturés et offre des matières premières, tandis que la puissance coloniale a souligné sa posture urbaine, fournissant des biens et important de la nourriture. Un exemple classique de ce mécanisme serait le commerce triangulaire, qui impliquait l'Angleterre, le sud des États-Unis et l'Afrique de l'Ouest. Certains ont souligné l'importance des ressources naturelles ou financières que la Grande-Bretagne a reçues de ses nombreuses colonies d'outre-mer ou que les bénéfices de la traite des esclaves britanniques entre l'Afrique et les Caraïbes ont contribué à alimenter les investissements industriels. [12]

Avec ces arguments qui trouvent encore quelque faveur auprès des historiens des colonies, la plupart des historiens de la révolution industrielle britannique ne considèrent pas que les possessions coloniales ont joué un rôle important dans l'industrialisation du pays. Sans nier que la Grande-Bretagne puisse profiter de ces arrangements, ils pensent que l'industrialisation se serait poursuivie avec ou sans les colonies. [13]

La révolution industrielle s'est propagée vers le sud et vers l'est depuis ses origines dans le nord-ouest de l'Europe.

Après que la Convention de Kanagawa émise par le commodore Matthew C. Perry ait forcé le Japon à ouvrir les ports de Shimoda et Hakodate au commerce américain, le gouvernement japonais s'est rendu compte que des réformes drastiques étaient nécessaires pour conjurer l'influence occidentale. Le shogunat Tokugawa a aboli le système féodal. Le gouvernement a institué des réformes militaires pour moderniser l'armée japonaise et a également construit la base de l'industrialisation. Dans les années 1870, le gouvernement Meiji a vigoureusement encouragé le développement technologique et industriel qui a finalement transformé le Japon en un pays moderne puissant.

De la même manière, la Russie qui a souffert lors de l'intervention alliée dans la guerre civile russe. L'économie centralement contrôlée de l'Union soviétique a décidé d'investir une grande partie de ses ressources pour améliorer sa production industrielle et ses infrastructures afin d'assurer sa survie, devenant ainsi une superpuissance mondiale. [14] Pendant la guerre froide, les autres pays du Pacte de Varsovie, organisés dans le cadre du Comecon, ont suivi le même schéma de développement, mais avec moins d'accent sur l'industrie lourde.

Les pays d'Europe du Sud comme l'Espagne ou l'Italie se sont modérément industrialisés à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, puis ont connu des booms économiques après la Seconde Guerre mondiale, provoqués par une saine intégration de l'économie européenne. [15] [16]

Un programme de développement similaire dirigé par l'État a été poursuivi dans pratiquement tous les pays du tiers monde pendant la guerre froide, y compris les pays socialistes, mais surtout en Afrique subsaharienne après la période de décolonisation. [ citation requise ] L'objectif principal de ces projets était d'atteindre l'autosuffisance grâce à la production locale de biens précédemment importés, la mécanisation de l'agriculture et la diffusion de l'éducation et des soins de santé. Cependant, toutes ces expériences ont échoué amèrement [ citation requise ] par manque de réalisme [ citation requise ] : la plupart des pays n'avaient pas de bourgeoisie préindustrielle capable de poursuivre un développement capitaliste ni même un État stable et pacifique. Ces expériences avortées ont laissé d'énormes dettes envers les pays occidentaux et ont alimenté la corruption publique. [ citation requise ]

Pays producteurs de pétrole Modifier

Les pays riches en pétrole ont connu des échecs similaires dans leurs choix économiques. Un rapport de l'EIA a déclaré que les pays membres de l'OPEP devaient gagner un montant net de 1,251 billion de dollars en 2008 grâce à leurs exportations de pétrole. [17] Parce que le pétrole est à la fois important et cher, les régions qui avaient de grandes réserves de pétrole avaient d'énormes revenus de liquidités. Cependant, cela a rarement été suivi par le développement économique. L'expérience montre que les élites locales n'ont pas pu réinvestir les pétrodollars obtenus grâce à l'exportation de pétrole et que la monnaie est gaspillée dans les produits de luxe. [18]

Cela est particulièrement évident dans les États du golfe Persique, où le revenu par habitant est comparable à celui des pays occidentaux, mais où aucune industrialisation n'a commencé. Hormis deux petits pays (Bahreïn et les Emirats Arabes Unis), les Etats du Golfe persique n'ont pas diversifié leurs économies, et aucun remplacement n'est envisagé pour la fin prochaine des réserves de pétrole. [19]

En dehors du Japon, où l'industrialisation a commencé à la fin du XIXe siècle, un modèle d'industrialisation différent a suivi en Asie de l'Est. L'un des taux d'industrialisation les plus rapides s'est produit à la fin du 20e siècle dans quatre endroits connus sous le nom de tigres asiatiques (Hong Kong, Singapour, Corée du Sud et Taïwan), grâce à l'existence de gouvernements stables et de sociétés bien structurées, d'emplacements stratégiques, de fortes pressions étrangères investissements, une main-d'œuvre qualifiée et motivée à faible coût, un taux de change compétitif et des droits de douane peu élevés. [ citation requise ]

Dans le cas de la Corée du Sud, le plus grand des quatre tigres asiatiques, une industrialisation très rapide s'est produite alors qu'elle s'est rapidement éloignée de la fabrication de biens à valeur ajoutée dans les années 50 et 60 au profit de la sidérurgie, de la construction navale et de l'automobile plus avancées. dans les années 1970 et 1980, en se concentrant sur l'industrie de la haute technologie et des services dans les années 1990 et 2000. En conséquence, la Corée du Sud est devenue une grande puissance économique.

Ce modèle de départ a ensuite été copié avec succès dans d'autres grands pays d'Asie de l'Est et du Sud. Le succès de ce phénomène a conduit à une énorme vague de délocalisations - c'est-à-dire des usines occidentales ou des entreprises du secteur tertiaire choisissant de déplacer leurs activités vers des pays où la main-d'œuvre était moins chère et moins organisée collectivement.

La Chine et l'Inde, tout en suivant grosso modo ce modèle de développement, ont fait des adaptations en fonction de leurs propres histoires et cultures, de leur taille et importance majeures dans le monde, et des ambitions géopolitiques de leurs gouvernements, etc.

Pendant ce temps, le gouvernement indien investit dans des secteurs économiques tels que la bio-ingénierie, la technologie nucléaire, la pharmacie, l'informatique et l'enseignement supérieur à orientation technologique, dépassant ses besoins, dans le but de créer plusieurs pôles de spécialisation capables de conquérir les marchés étrangers.

La Chine et l'Inde ont également commencé à faire des investissements importants dans d'autres pays en développement, ce qui en fait des acteurs importants dans l'économie mondiale d'aujourd'hui.

Depuis le milieu du XXe siècle, la plupart des pays d'Amérique latine, d'Asie et d'Afrique, dont le Brésil, l'Indonésie, la Malaisie, le Mexique, les Philippines, l'Afrique du Sud et la Turquie ont connu une croissance industrielle substantielle, alimentée par l'exportation vers des pays qui ont des économies plus importantes. : les États-Unis, la Chine, l'Inde et l'UE. Ils sont parfois appelés pays nouvellement industrialisés. [ citation requise ]

Bien que cette tendance soit artificiellement influencée par la hausse des prix du pétrole depuis 2003, le phénomène n'est pas entièrement nouveau ni totalement spéculatif (voir par exemple : Maquiladora).


Révolution industrielle

La révolution industrielle était une époque où la fabrication de biens s'est déplacée des petits magasins et des maisons vers les grandes usines. Ce changement a entraîné des changements dans la culture alors que les gens se sont déplacés des zones rurales vers les grandes villes pour travailler. Il a également introduit de nouvelles technologies, de nouveaux types de transport et un mode de vie différent pour beaucoup.

Où la révolution industrielle a-t-elle commencé ?

La révolution industrielle a commencé en Grande-Bretagne à la fin des années 1700. Bon nombre des premières innovations qui ont permis la révolution industrielle ont commencé dans l'industrie textile. La fabrication de tissus a été déplacée des maisons vers les grandes usines. La Grande-Bretagne avait également beaucoup de charbon et de fer, ce qui était important pour alimenter et fabriquer des machines pour les usines.

  • Première révolution industrielle - La première vague de la révolution industrielle a duré de la fin des années 1700 au milieu des années 1800. Il a industrialisé la fabrication de textiles et a commencé à déplacer la production des maisons vers les usines. La vapeur et l'égreneuse à coton ont joué un rôle important à cette époque.
  • Deuxième révolution industrielle - La vague suivante a eu lieu du milieu des années 1800 au début des années 1900. Au cours de cette phase, les grandes usines et entreprises ont commencé à utiliser davantage de technologies pour produire en masse des biens. Les innovations importantes au cours de cette période comprennent l'utilisation de l'électricité, la ligne de production et le procédé sidérurgique Bessemer.

La première partie de la révolution industrielle aux États-Unis a eu lieu dans le nord-est de la région de la Nouvelle-Angleterre. De nombreux historiens placent le début de la révolution industrielle avec l'ouverture de Slater's Mill en 1793 à Pawtucket, Rhode Island. Samuel Slater avait entendu parler des usines textiles qui avaient grandi en Angleterre et a apporté ses connaissances aux États-Unis. À la fin des années 1800, les États-Unis étaient devenus le pays le plus industrialisé du monde.

La révolution industrielle a entraîné de nombreux changements culturels. Avant la révolution, la plupart des gens vivaient à la campagne et travaillaient dans des fermes. Pendant la révolution, les gens se sont déplacés vers les villes pour travailler dans les usines. Les villes se sont développées et sont devenues surpeuplées, insalubres et polluées. Dans de nombreuses villes, les travailleurs pauvres vivaient dans des bâtiments surpeuplés et dangereux. Ce fut un changement radical dans le mode de vie de la personne moyenne.

Les transports ont radicalement changé tout au long de la révolution industrielle. Là où auparavant les gens se déplaçaient à cheval, à pied ou en bateau, de nouvelles façons de voyager ont été introduites, notamment les chemins de fer, les bateaux à vapeur et les automobiles. Cela a changé la façon dont les gens et les produits pouvaient voyager à travers le pays et le monde.

Un inconvénient de la révolution industrielle était les mauvaises conditions de travail pour les personnes dans les usines. Il y avait peu de lois pour protéger les travailleurs à l'époque et les conditions de travail étaient souvent dangereuses. Les gens devaient souvent travailler de longues heures et le travail des enfants était une pratique courante. À la fin des années 1900, les syndicats et les nouvelles lois ont commencé à créer un environnement de travail plus sûr.


Chronologie de la révolution industrielle

La révolution industrielle a eu lieu du XVIIIe siècle jusqu'au milieu du XIXe siècle, marquant un processus d'augmentation de la fabrication et de la production qui a stimulé l'industrie et encouragé les nouvelles inventions et innovations.

Siège de la Compagnie des Indes orientales, Londres, 1828

1600- La formation de la Compagnie des Indes orientales. La société par actions jouera plus tard un rôle essentiel dans le maintien d'un monopole commercial qui a contribué à augmenter la demande, la production et les profits. La société a aidé la Grande-Bretagne à rivaliser avec ses voisins européens et à accroître sa force économique et commerciale.

1709- Abraham Darby loue le four qu'il utilise avec succès pour la première fois. Darby a pu vendre 81 tonnes de produits en fer cette année-là. Il deviendra une figure cruciale de l'industrie, découvrant une méthode de production de fonte alimentée au coke plutôt qu'au charbon de bois.

1712- Thomas Newcomen invente la première machine à vapeur.

1719- La fabrique de soie est fondée par John Lombe. Situé dans le Derbyshire, Lombe's Mill ouvre ses portes en tant que moulin à soie, le premier du genre à réussir en Angleterre.

1733- La machine à tisser simple est inventée par John Kay connue sous le nom de Flying Shuttle. La nouvelle invention a permis des métiers à tisser automatiques qui pourraient tisser des tissus plus larges et accélérer le processus de fabrication.

1750- Les tissus de coton étaient fabriqués à partir du coton brut importé d'outre-mer. Les exportations de coton contribueraient à faire de la Grande-Bretagne un succès commercial.

1761- Ouverture du canal de Bridgewater, le premier du genre en Grande-Bretagne. Il a été nommé d'après Francis Egerton, 3e duc de Bridgewater qui l'a commandé afin de transporter le charbon de ses mines à Worsley.

1764- L'invention de la Spinning Jenny par James Hargreaves dans le Lancashire. L'idée consistait en un cadre en métal avec huit broches en bois. L'invention a permis aux ouvriers de produire du tissu beaucoup plus rapidement, augmentant ainsi la productivité et ouvrant la voie à une mécanisation ultérieure.

1764- L'inventeur écossais James Watt est chargé d'effectuer des réparations sur une machine à vapeur de Thomas Newcomen et reconnaît rapidement les moyens de la modifier pour qu'elle fonctionne beaucoup plus efficacement. En changeant la façon dont le cylindre était chauffé et refroidi, la quantité de charbon utilisée pour chauffer l'eau pour produire la vapeur pouvait être réduite de plus de 60 %.

1769- James Watt obtient son premier brevet britannique (n° 913) pour la conception unique de sa nouvelle machine à vapeur. Pour quantifier l'énorme puissance de ses nouveaux moteurs, James Watt a également inventé une nouvelle unité de mesure : le Horsepower. Les machines à vapeur de James Watt mettraient littéralement le monde en mouvement grâce à l'introduction de locomotives à vapeur et les transports par bateaux à vapeur seraient complètement révolutionnés. Ses machines à vapeur allaient également alimenter les nouvelles usines qui commençaient à apparaître dans le Nord industriel.

1769- Le fil produit par la nouvelle Spinning Jenny n'était pas particulièrement solide, mais cela a rapidement changé lorsque Richard Arkwright a inventé le cadre à eau qui pouvait attacher la machine à filer à une roue à eau.

1774- L'inventeur anglais Samuel Crompton a inventé le Spinning Mule qui combinerait les processus de filage et de tissage en une seule machine, révolutionnant ainsi l'industrie.

1779- L'inventeur Richard Arkwright devient entrepreneur et ouvre une filature de coton en utilisant son invention du cadre à eau.

1784- Le maître de forge, Henry Cort a eu l'idée d'un four à puddler afin de faire du fer. Cela impliquait de fabriquer des barres de fer avec un four à réverbération agité avec des tiges. Son invention a fait ses preuves pour les techniques de raffinage du fer.

1785- Le métier à tisser a été inventé, conçu l'année précédente par Edmund Cartwright, qui a par la suite breveté le métier à tisser mécanisé qui utilisait de l'eau pour augmenter la productivité du processus de tissage. Ses idées seront façonnées et développées au fil des années afin de créer un métier à tisser automatique pour l'industrie textile.

1790- Edmund Cartwright a produit une autre invention appelée une machine à peigner la laine. Il fait breveter l'invention qui arrange les fibres de laine.

1799- Le Combination Act a reçu la sanction royale en juillet, empêchant les travailleurs en Angleterre de négocier collectivement en groupes ou par le biais de syndicats pour un meilleur salaire et de meilleures conditions de travail. La même année, le 9 octobre, un groupe d'ouvriers anglais du textile à Manchester se révolta contre l'introduction de machines qui menaçaient leur métier. Ce fut l'une des premières émeutes qui se produiraient sous le mouvement luddite.

1800- Environ 10 millions de tonnes de charbon ont été extraites en Grande-Bretagne.

La locomotive Trevithick

1801- Richard Trevithick, ingénieur minier et inventeur a conduit une locomotive à vapeur dans les rues de Camborne à Cornwall. Il a été un pionnier du transport à vapeur et a construit la première locomotive de chemin de fer en état de marche.

1803- Le coton devient la plus grande exportation de la Grande-Bretagne, dépassant la laine.

1804- Le premier voyage ferroviaire en locomotive a eu lieu en février, l'invention de Trevithick a réussi à tirer un train le long d'un tramway à Merthyr Tydfil.

1811- La première émeute luddite à grande échelle a eu lieu à Arnold, Nottingham, entraînant la destruction de machines.

1812- En réponse aux émeutes, le Parlement adopte une loi rendant la destruction des machines industrielles passible de la peine de mort.

1813- Au cours d'un procès d'une journée, quatorze Luddites sont pendus à Manchester.

1815- Le chimiste de Cornouailles Sir Humphrey Davy et l'ingénieur anglais George Stephenson ont tous deux inventé les lampes de sécurité pour les mineurs.

1816- L'ingénieur George Stephenson fait breveter la locomotive à vapeur qui lui vaudra le titre de « Père des chemins de fer ».

1824- L'abrogation du Combination Act qui aurait provoqué l'irritation, le mécontentement et donné lieu à la violence.

1825 : Ouverture du premier train de voyageurs avec la Locomotion n°1 transportant des voyageurs sur une ligne publique.

1830- George Stephenson crée la première ligne ferroviaire interurbaine publique au monde reliant les grandes villes du nord de Manchester et Liverpool. La centrale industrielle et la ville enclavée de Manchester pouvaient désormais accéder rapidement au monde via le port de Liverpool. Le coton provenant de plantations d'Amérique approvisionnait les usines textiles de Manchester et du Lancashire, le tissu fini étant retourné à Liverpool et exporté dans tout l'Empire britannique.

1833- La loi sur les usines est adoptée pour protéger les enfants de moins de neuf ans du travail dans l'industrie textile. Les enfants de treize ans et plus ne pouvaient pas travailler plus de soixante-neuf heures par semaine.

1834 – La loi sur les pauvres est adoptée afin de créer des maisons de travail pour les indigents.

1839- James Nasmyth invente le marteau à vapeur, conçu pour répondre au besoin de façonner de grandes pièces en fer et en acier.

1842- Une loi s'applique aux mineurs, interdisant aux enfants de moins de dix ans ainsi qu'aux femmes de travailler sous terre.

1844- La loi interdit aux enfants de moins de huit ans de travailler. La même année, Friedrich Engels publie ses observations sur l'impact de la révolution industrielle dans « The Condition of the Working Class in England ».

1847- Nouvelle loi limitant les heures de travail des femmes et des enfants dans les usines textiles à dix heures par jour.

Manchester – ‘Cottonopolis’– en 1840

1848- L'impact de l'industrialisation et de la création de villes conduit à une épidémie de choléra dans les villes de Grande-Bretagne.

1851 - La migration rurale-urbaine fait en sorte que plus de la moitié de la population britannique réside maintenant dans les villes.

1852- La compagnie de construction navale britannique Palmer Brothers & Co ouvre à Jarrow. La même année, le premier collier à vis en fer, le John Bowes est lancé.

1860- Le premier navire de guerre en fer, le HMS Warrior est lancé.

HMS Warrior, maintenant un navire-musée à Portsmouth

1867- Le Factory Act est étendu à tous les lieux de travail employant plus de cinquante ouvriers.

1868- Le TUC (Congrès des Syndicats) est formé.

1870- Loi sur l'éducation de Forster qui prend les premières mesures provisoires pour faire respecter l'enseignement obligatoire.

1875- Une nouvelle loi interdit aux garçons de grimper dans les cheminées pour les nettoyer.

1912- L'industrie de la Grande-Bretagne atteint son apogée, l'industrie textile produisant environ 8 milliards de mètres de tissu.

1914- La Première Guerre mondiale change les cœurs industriels, les marchés étrangers créant leurs propres industries manufacturières. L'âge d'or de l'industrie britannique a pris fin.

La séquence d'événements a placé la Grande-Bretagne comme un acteur majeur sur la scène mondiale du commerce et de la fabrication, lui permettant de devenir une nation commerciale de premier plan et de marquer un tournant dans l'histoire sociale et économique de la Grande-Bretagne.

Jessica Brain est une rédactrice indépendante spécialisée en histoire. Basé dans le Kent et amoureux de tout ce qui est historique.


La troisième révolution industrielle 1969

Un autre siècle passe et nous assistons à la troisième révolution industrielle. Dans la seconde moitié du 20 e siècle, on voit émerger une énième source d'énergie inexploitée, à l'époque. Énergie nucléaire!

La troisième révolution provoqua l'essor de l'électronique, les télécommunications et bien sûr l'informatique. Grâce aux nouvelles technologies, la troisième révolution industrielle a ouvert les portes des expéditions spatiales, de la recherche et de la biotechnologie.

Dans le monde de l'industrie, deux inventions majeures, les automates programmables (PLC) et les robots ont contribué à donner naissance à une ère d'automatisation de haut niveau.


22a. Croissance économique et début de la révolution industrielle


Ce dessin représente des hommes travaillant à l'écluse sur une section du canal Érié. Trouvez plus de paroles comme celle-ci "I've got a mule, her name is Sal, Fifteen years on the Erie Canal" sur ce site Web de New York State Canals.

La transition d'une économie agricole à une économie industrielle a pris plus d'un siècle aux États-Unis, mais ce long développement est entré dans sa première phase des années 1790 aux années 1830. La révolution industrielle avait commencé en Grande-Bretagne au milieu du XVIIIe siècle, mais les colonies américaines étaient loin derrière la mère patrie, en partie parce que l'abondance des terres et la rareté de la main-d'œuvre dans le Nouveau Monde réduisaient l'intérêt pour les investissements coûteux dans la production de machines. Néanmoins, avec le passage des produits fabriqués à la main aux produits fabriqués à la machine, une nouvelle ère d'expérience humaine a commencé où une productivité accrue a créé un niveau de vie beaucoup plus élevé que celui qui avait jamais été connu dans le monde préindustriel.

Le début de la révolution industrielle américaine est souvent attribué à Samuel Slater qui a ouvert le premier moulin industriel aux États-Unis en 1790 avec un design fortement inspiré d'un modèle britannique. La technologie piratée de Slater a considérablement augmenté la vitesse à laquelle le fil de coton pouvait être filé en fil. Alors qu'il a introduit une nouvelle technologie vitale aux États-Unis, le décollage économique de la révolution industrielle a nécessité plusieurs autres éléments avant de transformer la vie américaine.


Le gouverneur de New York DeWitt Clinton verse un seau plein de lac Érié dans l'océan Atlantique pour marquer l'ouverture du canal Érié à l'automne 1825.

Une autre clé de l'économie en évolution rapide du début de la révolution industrielle était de nouvelles stratégies organisationnelles pour augmenter la productivité. Cela avait commencé avec le « système de travail à l'extérieur » selon lequel de petites parties d'un processus de production plus vaste étaient réalisées dans de nombreuses maisons individuelles. Cette réforme organisationnelle était particulièrement importante pour la fabrication de chaussures et de bottes. Cependant, la principale percée organisationnelle de la révolution industrielle était le « système d'usine » où le travail était effectué à grande échelle dans un seul endroit centralisé. Parmi les premiers innovateurs de cette approche, il y avait un groupe d'hommes d'affaires connu sous le nom de Boston Associates qui recruta des milliers de fermières de la Nouvelle-Angleterre pour faire fonctionner les machines dans leurs nouvelles usines.

La plus célèbre de leurs villes de moulins étroitement contrôlées était Lowell, Massachusetts, qui a ouvert ses portes en 1823. L'utilisation d'ouvrières d'usine a apporté des avantages à la fois à l'employeur et à l'employé. Les Boston Associates préféraient le travail féminin parce qu'ils payaient moins les jeunes filles que les hommes. Ces ouvrières, souvent appelées « Lowell girls », ont profité de l'expérience d'un nouveau type d'indépendance en dehors de la ferme familiale traditionnelle dominée par les hommes.

La montée du travail salarié au cœur de la révolution industrielle a également exploité les travailleurs de nouvelles manières. La première grève parmi les ouvriers du textile pour protester contre les salaires et les conditions de travail a eu lieu en 1824 et même les usines modèles de Lowell ont fait face à de grandes grèves dans les années 1830.

Dramatically increased production, like that in the New England's textile mills, were key parts of the Industrial Revolution, but required at least two more elements for widespread impact. First, an expanded system of credit was necessary to help entrepreneurs secure the capital needed for large-scale and risky new ventures. Second, an improved transportation system was crucial for raw materials to reach the factories and manufactured goods to reach consumers. State governments played a key role encouraging both new banking institutions and a vastly increased transportation network. This latter development is often termed the Market Revolution because of the central importance of creating more efficient ways to transport people, raw materials, and finished goods.

Alexander Hamilton's Bank of the United States received a special national charter from the U.S. Congress in 1791. It enjoyed great success, which led to the opening of branch offices in eight major cities by 1805. Although economically successful, a government-chartered national bank remained politically controversial. As a result, President Madison did not submit the bank's charter for renewal in 1811. The key legal and governmental support for economic development in the early 19th century ultimately came at the state, rather than the national, level. When the national bank closed, state governments responded by creating over 200 state-chartered banks within five years. Indeed, this rapid expansion of credit and the banks' often unregulated activities helped to exacerbate an economic collapse in 1819 that resulted in a six-year depression . The dynamism of a capitalist economy creates rapid expansion that also comes with high risks that include regular periods of sharp economic downturns.

The use of a state charter to provide special benefits for a private corporation was a crucial and controversial innovation in republican America. The idea of granting special privileges to certain individuals seemed to contradict the republican ideal of equality before the law. Even more than through rapidly expanded banking institutions, state support for internal transportation improvements lay at the heart of the nation's new political economy. Road, bridge, and especially canal building was an expensive venture, but most state politicians supported using government-granted legal privileges and funds to help create the infrastructure that would stimulate economic development.

The most famous state-led creation of the Market Revolution was undoubtedly New York's Erie Canal . Begun in 1817, the 364-mile man-made waterway flowed between Albany on the Hudson River and Buffalo on Lake Erie. The canal connected the eastern seaboard and the Old Northwest. The great success of the Erie Canal set off a canal frenzy that, along with the development of the steamboat, created a new and complete national water transportation network by 1840.


Faits et informations clés

LEADING TOWARDS THE INDUSTRIAL REVOLUTION

  • Before the Industrial Revolution took place in Britain, most people resided in rural areas and worked as farmers. Commoners often experienced malnourishment and diseases. Local rural shops and homes usually made simple tools and furniture.
  • By the mid-18th century, a number of European states including Britain, Spain, and France were under competition as rising colonial powers. Britain had engaged in tremendous wars such as the Austrian war of succession (1740-1783), Seven Years’ War (1756-1763), American Revolutionary War (1775-1783), and the Napoleonic Wars (1803-1815). Due to massive pressure to produce the supply of goods needed for the war, Britain underwent industrial changes.
  • With the ideas of intellectuals like Isaac Newton, Galileo Galilei, and Nicolaus Copernicus, Europe became the seat of Scientific Revolution. European societies became more open to new and innovative ideas.
  • Beginning in the 17th century until the mid-19th century, methods in agriculture evolved in Belgium and Holland. Techniques such as crop rotation, enclosed fields, selective breeding, and manuring increased food production and promoted the idea of capitalism. Moreover, it led to rapid population growth.
  • By the 18th century, an inflow of immigrants led to the development of small industries. On the other hand, India as a British colony influenced the huge production and trade of cotton. As a result, Britain became known as a woollen industry, despite its inability to grow their own cotton due to cold climate. This established trading relations with India and southern United States.
  • Due to vast coal and iron reserves, Britain took advantage of these minerals to build industries such as shipbuilding, railroads, and construction.
  • Since the 18th century, Britain already had financial institutions like a central bank, countybanks, and the stock exchange which set the stage for entrepreneurship and capitalism.
  • The central bank of the United Kingdom, now known as the Bank of England was established in 1694 to secure Britain’s financial money and business flow.
  • With the rising economy of Britain, it put pressure on improving their transport system.

INVENTIONS AND INNOVATIONS

  • The Industrial Revolution occurred in the last part of the 18th century in Great Britain. This revolution was an economic one, and it changed the way the world produced goods.
  • The population went from being agricultural to industrial. This meant people moved off of the farms and out of the country. There were huge numbers of people that moved into cities. Many people were forced to move to the cities to look for work. They ended up living in cities that could not support them.
  • During this time, there were also many new advancements in technology. The assembly line was one of the biggest inventions. Henry Ford is credited with this invention.
  • Some of the biggest advancements were in steam power. New fuels such as coal and petroleum, were used in these new steam engines. This revolutionized many industries, including textiles and manufacturing.
  • Another invention was called the telegraph. This made communicating across the ocean easier and much faster. Messages could be sent and received in minutes and delivered the same day. Writing a letter and sending it overseas could take weeks.
  • In 1764, Englishman James Hargreaves invented the spinning jenny (abbreviation of the word engine) which enabled production of multiple spools of thread continuously. In addition, English inventor Edmund Cartwright invented the power loom in the 1780s which mechanized weaving of cloth.
  • In the iron industry, Englishman Abraham Darby discovered an easier method to cast iron. By the 1850s, British engineer Henry Bessemer initiated a cheaper way to mass produce steel. Both iron and steel became a vital ingredient in building ships, infrastructure, and appliances.
  • Thomas Newcomen was the one who developed the first practical steam engine which was originally used to pump out water from mines. It was in the 1770s when James Watt, a Scottish inventor who improved on Newcomen’s work and used steam engines to power machines, locomotives, and ships.
  • Despite the effort of the British government to contain export of technologies and skilled workers within their country, they failed as industrialization moved out of Britain and spread to other European countries and the United States.

DRAWBACKS OF REVOLUTION

  • The Industrial Revolution was not a good revolution for the earth. Industry was releasing huge amounts of carbon dioxide into the atmosphere and waste into the waterways and soil. Pollution by nuclear waste, pesticides, and other chemicals were also the result of the Industrial Revolution.
  • Many natural resources were being used up at an alarming rate.
  • Advances in farming resulted in an increased supply of food and raw materials. The changes in industry and new technology resulted in increased production of thousands of goods. Companies were more efficient and earned bigger profits.
  • Due to unstoppable industrialization, urban areas were unable to keep up with the influx of migrant workers. Industrialized areas became overpopulated. People were living in overcrowded housing and were prone to unsanitary conditions which led to diseases. It was only in the late 19th century when the British government introduced labor reforms which enhanced working conditions.

What Caused the Industrial Revolution?

The causes behind the industrial revolution are still hotly debated today but are believed to be the result of the rise in capitalism, European imperialism, an increase in world trade and the growth of laissez-fair politics, according to R.M. Hartwell in his book The Causes of the Industrial Revolution:

“A full range of variables is listed below, but most historians have come down in favour of one or more of the following causes of the industrial revolution: an increase in the rate of capital information (either because of low interest rates encouraging investment, or because of profit inflation) an increase in world trade (the natural result of an expanding geographical frontier), in which England gained disproportionately (thus stimulating export industries, and, finally general growth) a technological revolution (the result of an autonomous increase in knowledge, the application of which transformed the machinery and organization of industry, making it much more productive) and growth of laissez-faire and of a rational ethic towards wealth (the result of changes both in philosophic and religious convictions), which liberalized the context and possibilities of enterprise.”

For more information about the industrial revolution, check out the following articles about the best books about the industrial revolution.


The Effects on Coal and Iron

The coal, iron and steel industries mutually stimulated each other during the revolution. There was an obvious need for coal to power steam engines, but these engines also allowed for deeper mines and greater coal production, making the fuel cheaper and steam cheaper, thus producing more demand for coal.

The iron industry also benefited. At first, steam was used to pump water back up into reservoirs, but this soon developed and steam was used to power bigger and better blast furnaces, allowing for an increase in iron production. Rotary action steam engines could be linked to other parts of the iron process, and in 1839 the steam hammer was first in use. Steam and iron were linked as early as 1722 when Darby, an iron magnate, and Newcomen worked together to improve the quality of iron for producing steam engines. Better iron meant more precision engineering for steam. More on coal and iron.


2nd Industrial Revolution

Les Deuxième révolution industrielle began in the 19th century through the discovery of électricité et fabrication en chaîne de montage. Henry Ford (1863-1947) took the idea of mass production from a slaughterhouse in Chicago: The pigs hung from conveyor belts and each butcher performed only a part of the task of butchering the animal. Henry Ford carried over these principles into automobile production and drastically altered it in the process. While before one station assembled an entire automobile, now the vehicles were produced in partial steps on the conveyor belt - significantly faster and at lower cost.


Industrial Revolution - History


La révolution industrielle

James Watt's improvements to the steam engine, and its subsequent application to manufacturing in the late 18th and early 19th century, resulted in a major societal shift. Traditionally manual laborers learned their trade by progressing through stages of apprenticeship under a master craftsman.

The new steam engine driven machines replaced the craftsmen system with faster and cheaper production but often greatly inferior results. The critical eye and artistry of the craftsman was sacrificed for speed. The worker now served the machine, feeding it raw materials and allowing it to determine the final product.

Negative Impact on Design

In the graphic arts field punchcutters, type casters, type setters and printers were losing their jobs as the result of new mechanized methods of type casting and printing. See our page about the new "19th Century Technologies that gutted the craft of printing and letterpress here.

Paper makers began producing paper from wood pulp — creating an acidic paper prone to yellowing and foxing. Book binding was mechanized and cheapened.

The loss of the professional book craftsmen had a detrimental effect on print and type design.

The Crystal Palace Exhibition

Awash with pride and profits from the Industrial Revolution the English upper class, spearheaded by Prince Albert (then husband of Queen Victoria) organized a showcase for modern industrial technology and design. In 1851 the Great Exhibition of the Works of Industry of All Nations was hosted in London. The centerpiece for the exhibition was a glass-enclosed steel beam supported structure, not unlike a huge greenhouse.

England and a number of invited countries displayed their achievements in four categories: Raw Materials, Machinery, Manufacturers and Fine Arts. The exhibition was a popular success but the critical reviews were not so positive. Critics found the work created by industrialized methods to be shoddy and poorly designed, full of superfluous ornaments that did not enhance the product. The Victorian propensity for over-decoration with a hodgepodge of unrelated styles was ridiculed as symptomatic of a tasteless and over-capitalistic society.

1856. In response to the failings at the Crystal Palace a call for better understanding of design and ornamentation was answered by Owen Jones who published an exhaustive inventory of international and historical decorative styles. Printed in colorful lithographs, the book includes 20 sections of illustrated motifs and Jones's 37 Propositions on what makes good design. Two examples:

Proposition 5 Construction should be decorated. Decoration should never be purposely constructed . That which is beautiful is true that which is true must be beautiful.

Proposition 37 No improvement can take place in the Art of the present generation until all classes, Artists, Manufacturers, and the Public, are better educated in Art, and the existence of general principles is more fully recognized.

Jones's book. “pioneered new standards in chromolithography. Jones used his printing press to enter the lucrative market for illustrated and illuminated gift books . He developed innovative new binding techniques . papier máché and terracotta . much of which could trace its aesthetic lineage back to sumptuous medieval illuminated manuscripts and religious bindings.” Read more

Born to wealth, John Ruskin was an author, poet and art critic whose socialist convictions caused him to reject his fortune to fulfill his ideologies. Ruskin's theorized that the Industrial Revolution's division of labor induced monotony and was the main cause of the unhappiness of the poor . He looked backward to an idealized medieval period as a paradigm of the union of art and labor in service to society . He romanticized “The organic relationship . between the worker and his guild, the worker and his community, between the worker and his natural environment, and between the worker and his God”

Ruskin's writings influenced many important social advocates including Mahatma Gandhi . His anti-capitalist essay, Unto This Last , 1862, criticized the destructive effects of industrialization on the natural world, a foreshadowing of today's Green Movement . Ruskin's critical art reviews could make or break the careers of contemporary painters. This explains why Ruskin's critical review of James Whistler's paintings engendered a law suit. (See Reinterpretation of the Manuscript)

Toward the middle of the 19th century, a small group of young painters formed a secret society in reaction against what they felt was the frivolous art of the day. They rejected the 'decadence' of the established Royal Academy and deeply admired the simplicities of the early 15th century. They wanted to bring English art back to a greater truth to nature, something they felt had been lost in the grand manner of Raphael.

John Ruskin's initial support of the Pre-Raphaelites gave the group the credibility they needed to be accepted as serious artists. Ruskin admired the group's commitment to nature and the belief that art should communicate truth. (Things went south however after Ruskin's wife left him for one of the Pre-Raphaelites).

. Brotherhood members were very concerned with the world in which they lived and the social problems brought about by the Industrial Revolution . In some cases, they painted scenes of modern life with a moral message, as in Rossetti's Found. This painting shows a young country woman turning in desperation to a life of prostitution, being unable to find suitable work in the burgeoning London metropolis. 1

“Although the official Brotherhood lasted only a few years, their work and objectives influenced a second wave of English painters and artisans, including Edward Burne-Jones and William Morris , who came down to London from Oxford University to begin their careers in 1856. They met Dante Gabriel Rossetti , whom they greatly admired, and even moved into his old rooms.

Morris and Rossetti set about designing a suite of furniture based on medieval models . These furnishings were an early foray into decorative arts. Within a few years, Morris founded Morris, Marshall, Faulkner, a firm devoted to producing artist-designed, hand-crafted household objects.”

Morris and his Pre-Raphaelite associates deeply believed that beautiful objects would improve individual lives adversely affected by the harsh industrial world.” For more information on the Pre-Raphaelites see the site for the Delaware Art Museum. 1

The Arts & Crafts Movement

The Arts and Crafts Movement was an international design movement that reacted against mass production, both the low quality of design and the demeaning conditions under which products were produced. The movement began in England in the late 1800s, and spread to the United States in the early decades of the 20th century.

The arts and crafts movement idealistically tried to rejoin art and industry together but the economies of scale worked against their goal of bringing good design to the masses. In the graphic arts field small private presses, forming under a model created by William Morris, reawakened fine printing and revivals of classic typefaces.Read more here

While the Arts and Crafts is not considered a true architectural movement, the Arts and Crafts cottage was a forerunner of a machine for living. The houses, designed to emulate medieval thatched huts, were cozy bungalows made from natural materials, (wood, stone and stucco). Doors were covered with wide eaves, porches with thick columns, chimneys, open floor plans, stained glass, and dark wood moldings.


Voir la vidéo: Teollinen vallankumous Hi1